Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Grève du bac 2019 : quel impact pour les lycé...

Grève du bac 2019 : quel impact pour les lycéens ?

Plusieurs syndicats appellent à une grève de la surveillance des épreuves de philo et de français le 1er jour du baccalauréat le 17 juin 2019. Alors que tu es plongé dans tes révisions, on fait le point sur les raisons de cette grève et l’impact sur tes épreuves.

Publié le 04 Juin 2019 à 08h57 | | 0 avis

Grève du bac 2019 : quel impact pour les lycéens ?

Pourquoi un appel à la mobilisation ?

Début avril, le SNES-FSU, principal syndicat des enseignants du second degré lançait une consultation auprès de ses adhérents pour appeler à une grève de surveillance du bac 2019 lors du premier jour des épreuves lundi 17 juin (pour les épreuves de philosophie et de français) et du Brevet des collèges (jeudi 27 juin). Une action inscrite dans la continuité des revendications portées autour de la réforme du lycée et du nouveau baccalauréat et des revalorisations salariales des enseignants.

Contacté mercredi 28 mai avant que ne soit communiquée la décision de lancer l’appel à la grève le 17 juin, le SNES-FSU nous expliquait que « le but est d’impacter les lycéens le moins possible, mais si on va au bout, c’est parce que le Ministre reste sourd à nos revendications ». Plusieurs organisations syndicales représentant les établissements d’enseignement publics et privés, ainsi que des collectifs d’enseignants et de personnels de l’éducation tels que « les Stylos rouges » se sont joints au mouvement et à l’appel de cette grève.

Dans une tribune publiée dans le JDD le 1er juin, Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES-FSU affirmait que « cette ­modalité d'action est exceptionnelle et se veut à la mesure de la gravité de la situation ». On pouvait également lire le 3 mai sur le compte twitter du syndicat que « la poursuite de l’action, en particulier le 27 et le #DNB sera mise en débat à l’issue du 17 (juin) ».

En réaction à l’appel à la grève, la Fédération des Parents d’Elèves de l'Enseignement Public et Avenir Lycéens appelait de leur côté à la responsabilité. « Avenir Lycéen et la PEEP respectent le principe constitutionnel qu’est le droit de grève. Cependant, il ne doit pas entraver le droit des élèves d’étudier ou que leur examen se déroule dans des conditions optimales pour la réussite de tous ».

 

➜ À voir aussi : BAC 2019 en direct : révisions, annales, LIVES, exercices ... 

 

Faut-il craindre une perturbation des épreuves ?

Au lendemain de l’annonce de l’appel à la grève du 17 juin, le Ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer se voulait rassurant et assurait sur son compte Twitter le 30 mai : « Nous assurerons bien entendu un fonctionnement normal de la session du baccalauréat 2019. L’esprit de responsabilité et le professionnalisme de nos professeurs et de tous nos personnels le permettront. Chaque élève doit préparer son examen dans un esprit de quiétude. »

Dans une interview sur Europe1 il ajoutait même « C’est mon devoir de dire à chaque élève, chaque famille, qu’ils ne doivent pas se préoccuper de ce sujet, c’est mon devoir d’assurer le fait que ça se passera bien ».

 

Comment s'organise la surveillance d'examens ?

Non, contrairement à certaines affirmations postées sur les réseaux, il n’est pas possible de faire appel à des parents d’élèves ou à des bénévoles pour surveiller les examen. Même si ces suggestions font preuve d’une volonté de rassurer les futurs bacheliers, la réglementation ne le permettrait pas.

La surveillance des examens est organisée par les chefs de centres d’examens. Chaque « établissement centre d’épreuves » peut compter sur un ensemble de personnels enseignants, surveillants, personnels administratifs et voire même faire appel à des vacataires. En fonction des effectifs, ou dans un cas de déclaration de préavis de grève 48h avant la date visée, le chef du centre d’examen peut anticiper un surplus de surveillants pour assurer le bon déroulement de l’épreuve le jour J.

Conclusion: si la menace de grève est reelle, elle ne devrait pas en l’etat des informations que nous avons pu récolter, perturber la tenue des épreuves pour les futurs bacheliers.

 

➜ À voir aussi : Dates du BAC 2019