Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Bac 2019 : une pétition dénonce un sujet de f...

Bac 2019 : une pétition dénonce un sujet de français « trop difficile »

Chaque baccalauréat, ou presque, connaît sa ou ses pétitions. Cette année, c’est l’épreuve de français qui est l’objet du courroux des élèves de 1ère ES et S, qui demandent une notation plus clémente. La pétition lancée mercredi par l’un d’eux a déjà récolté plus de 31 879 signatures.

Publié le 20 Juin 2019 à 15h37 | | 0 avis

Bac 2019 : une pétition dénonce un sujet de français « trop difficile »

L’an dernier, une pétition avait été lancée par un élève de Terminale S pour protester contre un sujet de mathématiques jugé trop difficile. Pour cette session 2019, une nouvelle pétition, créée par un lycéen sous le pseudonyme de Jean Valjean, a été publiée sur le site Change.org, au nom des élèves de 1ère ES et S. A l'origine de l'initiative : le sujet de l’épreuve de français, qui avait pour thème « Ecriture poétique et quête de sens, du Moyen Age à nos jours ». Pour l’illustrer, un corpus de poèmes signés Anna de Noailles, Alphonse de Lamartine, Yves Bonnefoy et Andrée Chedid étaient proposé.

➜ À voir aussi : Bac 2018 : les Terminales S lancent une pétition contre le sujet de maths

 

Andrée Chedid est bien une femme

Si la première partie de l'épreuve de français repose sur des questions liées au corpus, la seconde partie est un sujet d’écriture. Celui-ci peut être une dissertation, un commentaire de texte ou un sujet d’invention, au choix. Ce qui contrarie, semble-t-il, plusieurs élèves, c’est qu’ils se sont vus contraints de prendre le commentaire de texte. « Rappelons le (sic) que la majorité des professeurs invitent leurs élèves à prendre le commentaire dû à la difficulté de la dissertation en poésie et du sujet d'invention », peut-on lire dans la pétition. Le commentaire de texte portait donc sur le poème d’Andrée Chedid, « Destination : arbre » (1991). Après leur épreuve, de nombreux élèves ont en effet découvert qu’Andrée Chedid était une femme, et non un homme comme ils l’avaient cru – alors que le « e » placé à la fin du prénom est un assez bon indicateur.

 

Un travail « détruit, inutile et bafoué » ?

La pétition précise en outre que le poème n’était rattaché à aucun des mouvements littéraires que les élèves ont étudiés pendant l’année. « Et oui, c'est dur le français et les élèves le travaillent beaucoup. Mais ce lundi 17 juin 2019, ce travail fut détruit, inutile et bafoué, poursuit l’auteur de la pétition. Des centaines d'heures de travails pour tomber sur l'inconnu. » Il ajoute : « Or, les élèves ayant choisis (sic) les filières S et ES ne sont pas pour la plupart à l'aise avec la matière du Français. La difficulté de l'épreuve était extrêmement élevée par rapport à la capacité des élèves à raisonner et à connaitre des notions sur la poésie. » Cette affirmation ne remettrait-elle pas un peu en cause la capacité de réflexion des élèves ? La pétition appelle en tout cas à « assouplir les critères de notations donnés par l'Education Nationale sur la session 2019 du baccalauréat de Français pour la série S/ES »

Interviewée par France Info, la professeure de français Catherine Boulanger reconnaît que « le sujet [de français] n'était pas le plus facile », mais qu'il s'inscrit « complètement dans le programme ». Concernant la pétition, son avis est tranché : « Faire une pétition parce que c'est dur, que certains élèves ne savaient pas qu'Andrée Chedid était une femme, c'est n'importe quoi. Cela me fait rire car une année, pour un texte d'Anatole France, certains élèves ont cru que France était le prénom de l'auteur et l'ont pris pour une femme ». Que les élèves se rassurent : selon Catherine Boulanger, aucun professeur ne devrait sanctionner les élèves qui ont pris Andrée Chedid pour un homme dans leurs copies.

 

Le bac 2019 : une édition particulièrement difficile ?

On peut s’interroger, bien sûr, sur le bien-fondé d’un tel reproche, et sur le niveau des épreuves du baccalauréat cette année. Selon les professeurs de digiSchool, la difficulté de l’épreuve d’histoire-géographie était assez élevée. L’épreuve de physique-chimie destinée aux élèves de Terminale S semble également plus ardue que d’habitude : « Les exercices étaient très inhabituels, beaucoup d’élèves vont à mon avis s’y casser les dents... », précise en off un de nos professeurs. Mais sur le reste des épreuves, il sembleraient que les sujets soient assez classiques.

➜ Voir la rubrique : Bac 2019 : toutes les infos