Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Bac 2014 : ouverture d'une enquête après des ...

Bac 2014 : ouverture d'une enquête après des soupçons de fuite

Alors que les Terminales de bac général sortent tout juste de leur épreuve de philo, on apprend que le ministère de l'Education a demandé l'ouverture d'une enquête à la gendarmerie ce lundi. La raison : un tweet révélant les sujets de philo dès 8h30...

Publié le 16 Juin 2014 à 11h45 | | 0 avis

Bac 2014 : ouverture d'une enquête après des soupçons de fuite

Des sujets sur Twitter dès 8h30

Le ministère de l'Education nationale a demandé ce matin l'ouverture d'une enquête après des soupçons de fuite du sujets de philosophie pour les séries ES et L. Maryline Baumard, la responsable du service éducation du Monde, l'annonçait tout à l'heure :

En cause, les tweets d'une étudiante en hypokhâgne. Pour une obscure raison, la jeune femme a publié les sujets de L et ES de philosophie à 8h31 ce matin, soit une demi-heure seulement après le début de l'épreuve.

Il n'est pourtant pas possible de connaître les sujets moins d'une heure après le début de l'épreuve. En effet, les candidats n'ont pas le droit de sortir durant cette première heure. L'enquête devra donc déterminer comment la jeune femme s'est procuré les sujets.


Un avantage pour les retardataires ?

L'affaire est d'autant plus grave qu'en raison des grèves SNCF, certains candidats se sont présentés en retard et ont donc pu accéder à ces sujets avant d'entrer la salle. "Chris" devra donc avoir une bonne excuse pour expliquer son geste, pour lequel elle n'avait pourtant rien à gagner. Si la fraude est avérée, elle risque jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et 9 000 euros d'amende. 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis