Les dossiers du mois :

Parcoursup 2020

Calendrier, formations, nouveautés, méthodo, conseils !

➜  Toutes les clés

 

Réforme du bac 

Nouvelles matières, nouvelles modalités d'évaluation, actualités 

➜  Tout sur le Bac 2021

 

Rapport de Stage

Méthodologie étape par étape et exemples  :

➜ Voir le dossier

 

 

#Conseil de pro : Comment bien rédiger ta lettre de motivation Parcoursup ? 

 

 

 

étudier à l'étranger

 

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

 

 

Quelles spécialités choisir au lycée pour en...

Quelles spécialités choisir au lycée pour entrer en STAPS ?

Attiré après ton bac par des études de sciences et techniques des activités physiques et sportive, une filière mêlant enseignements scientifiques et pratique du sport ? Et bien bonne nouvelle, les licences STAPS s’ouvrent à de nouveaux profils ! Deux professionnels t’en disent plus sur les spécialités à choisir au lycée.

Publié le 18 Mars 2020 à 18h10 | | 0 avis

Quelles spécialités choisir au lycée pour entrer en STAPS ?

En STAPS, tu suis des enseignements scientifiques pluridisciplinaires

« La réforme du bac a été pensée pour assouplir tous les itinéraires d’orientation, pour faire en sorte qu’il n’y ai plus de suprématie du bac scientifique, pour diversifier les profils. Ce qui prévaut aujourd’hui, quelle que soit la filière, en termes de sélection, c’est le dossier de l’élève », introduisent de concert, Michel Roger-Gilmert, directeur du CIO MediaCom et Sylvie Boudrillet, psychologue de l’Education nationale.

La licence de sciences et techniques des activités physiques et sportives n’est pas sélective, mais les attendus nationaux détaillés dans Parcoursup identifient des compétences : « Les études en Staps comportent des enseignements scientifiques pluridisciplinaires (sciences de la vie, sciences humaines et sociales). Les étudiants doivent être en mesure d’assimiler ces contenus et de construire un raisonnement à partir de concepts scientifiques », peut-on lire. D’autres éléments entrent en ligne de compte : l’expression écrite et des capacités d’argumentation, de raisonnement, de synthèse ; une pratique sportive régulière et diversifiée ainsi qu’un intérêt pour la responsabilité collective, associative ou citoyenne doublé d’une expérience significative dans ces domaines.

« Quelles que soient les combinaisons de spécialités que choisiront les lycéens, il n’y a rien de fermé. Les universités ne refuseront pas de dossier à cause celles-ci. Il faut donc choisir ses enseignements dans une logique de bon sens, selon ses appétences, ses motivations à travailler telle ou telle matière, ses centres d’intérêt, ses résultats scolaires… Il ne faut pas prendre physique-chimie si votre moyenne est de 6/20 ! », argue Sylvie Boudrillet.

➜ Le sais-tu : Qu’est ce que les attendus Parcoursup ?

 

Pense à l’option mathématiques

D’après les responsables interrogés, l’ancrage par filière reste toutefois très marqué dans les esprits. Lycéens et parents d’élèves ont toujours tendance à raisonner stratégiquement en fonction de ce qui les rassure et non par les intérêts des élèves. « Beaucoup de familles ont reconstruit les anciennes séries de bac via le choix de leur triplette. On remarque d’ailleurs que c’est très genré : les garçons optent majoritairement pour une combinaison scientifique quand les filles privilégient les humanités », note Michel Roger-Gilmert. « Il faut vraiment avoir en tête que la diversification des parcours et des profils priment aujourd’hui. Et que les formations, Staps en fait partie, vont aussi devoir ajuster leurs critères d’examen de dossier ! », poursuit Sylvie Boudrillet.

La réforme oblige alors le jeune à se positionner en fonction de l’élaboration de son projet d’étude. « Difficile d’imaginer un lycéen qui voudrait intégrer une licence à caractère scientifique et qui ne retiendrait pas un enseignement de mathématiques», ajoute la psychologue, en précisant que l’option de maths complémentaires pourrait aussi lui convenir.

➜ À voir aussi : Maths expertes, maths complémentaires, spécialité... que choisir ?

 

Par Emilie Weynants