Les dossiers du mois :

Parcoursup 2020

Calendrier, formations, nouveautés, méthodo, conseils !

➜  Toutes les clés

 

Réforme du bac 

Nouvelles matières, nouvelles modalités d'évaluation, actualités 

➜  Tout sur le Bac 2021

 

Rapport de Stage

Méthodologie étape par étape et exemples  :

➜ Voir le dossier

 

 

#Conseil de pro : Comment bien rédiger ta lettre de motivation Parcoursup ? 

 

 

 

étudier à l'étranger

 

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

 

 

Quelles spécialités choisir pour faire des é...

Quelles spécialités choisir pour faire des études de médecine ?

Médecine, Odontologie, maïeutique, pharmacie ou même kiné, ces voies d’études post-bac t’attirent et tu te demandes avec quelles spécialités y arriver ? Entre les nouvelles voies d’entrée en études de santé et les nouveaux profils des bacheliers avec la réforme du bac, pas facile de s’y retrouver. Pas de panique, on te donner ici les réponses aux questions que tu te poses.

Publié le 03 Mars 2020 à 14h03 | | 0 avis

Quelles spécialités choisir pour faire des études de médecine ?

Des spécialités scientifiques en premier choix

« Nous ne conseillons pas plus une spécialité qu’une autre. Nous voulons des promotions aux profils divers ». Catherine Passirani, directrice du PluriPass à l’Université d’Angers, donne le ton. A une nuance près. Aux étudiants qui souhaiteraient s’orienter en pharmacie, la responsable de filière santé conseille toutefois d’opter pour des spécialités scientifiques, « mathématiques » et « physique-chimie » en tête. « C’est la voie la plus scientifique au sens dur du terme », ajoute-t-elle.

Pour un deuxième projet, opter pour un choix de cœur

Pour les autres spécialités, « libres à eux de choisir les matières qu’ils préfèrent ou celles dans lesquelles ils ont les meilleurs résultats ». Avec l’entrée en vigueur de la réforme des études de santé et la suppression de la première année commune aux études de santé (Paces), les lycéens peuvent désormais choisir entre deux nouvelles voies pour intégrer une filière de santé : le P.A.S.S. un parcours spécifique « accès santé », avec une option d’une autre discipline, ou la L.AS, une licence au choix (lettres, droit, économie, sciences…) avec une option « accès santé ». Si les étudiants valident leur première année, ils peuvent alors candidater dans la filière MMOP (médecine, maïeutique, odontologie, pharmacie) qui leur plait ; ou poursuivre en deuxième année de licence. « A Angers, nous conseillons aux lycéens d’opter pour des spécialités en lien avec leur deuxième projet professionnel. S’ils veulent à tout prix devenir médecin, ils n’ont pas besoin de garder les sciences de la vie et de la terre (SVT), ils en feront quoi qu’il en soit durant leur cursus ! », poursuit la directrice de la filière angevine.

Alors, pourquoi ne pas opter pour « histoire-géographie, géopolitique, sciences politiques », si vous ambitionnez une licence de droit ; « langues, littérature et cultures étrangères » pour ceux qui voudraient ponctuer leur première année d’anglais ; de « sciences de l’ingénieur », pour les plus scientifiques… « En intégrant des étudiants qui auront étudiés des disciplines très diverses, nous espérons former un panel de spécialistes aux qualités humaines indispensables pour accompagner des malades et s’adresser aux patients », développe Catherine Passirani, qui assure qu’à Angers, aucune sélection ne sera faite en fonction des spécialités.

➜ À voir aussi : Réforme du bac :Tout savoir sur la spécialité LLCE - Langues, littératures et cultures étrangères

Déjà des profils pluridisciplinaires à Angers

Depuis 2015, l’université d’Angers a déjà abandonné la Paces au profit du PluriPass, une année dans laquelle toutes les séries de bac étaient jusqu’à présent les bienvenues et qui permet une poursuite d’étude en santé ou dans une autre discipline, sans perdre une année.

« Le parcours est émaillé de douze unités d’enseignement avec des matières très diverses : biologie, chimie, sciences économiques et sociales, psychologie… Il faut déjà avoir un profil pluridisciplinaire pour intégrer notre cursus. Et cette diversification s’avère probante : depuis la mise en place de cette formation, les résultats des étudiants sont tout aussi bons ! », résume Catherine Passirani, qui a activement participé à la construction de la réforme des études de santé, Angers faisant figure d’exemple au niveau national.

➜ A lire aussi : Etudes de santé : L.AS, PASS quelles sont ces nouvelles appellations ?

par Emilie Weynants