Les dossiers du mois :

Rentrée décalée

N'attend pas la prochaine rentrée pour te réorienter !

➜  Voir le dossier

 

Parcoursup 2020

Calendrier, formations, nouveautés, méthodo, conseils !

➜  Toutes les clés

 

Réforme du bac 

Nouvelles matières, nouvelles modalités d'évaluation, actualités 

➜  Tout sur le Bac 2021

 

Rapport de Stage

Méthodologie étape par étape et exemples  :

➜ Voir le dossier

 

 

#digiMentor : les conseils d'orientation de Nathalie Hector, directrice du programme Grande Ecole de l'EM Lyon

 

 

 

étudier à l'étranger

 

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

 

 

« Les classes prépas devront s'adapter aux no...

« Les classes prépas devront s'adapter aux nouveaux programmes du lycée »

Quel sera l’impact de la disparition des filières générales S, L et ES sur l’enseignement supérieur ? Pour Mickaël Prost, Président de l’UPS (Union des Professeurs de classes préparatoires Scientifiques) interviewé par digiSchool, c’est l’occasion pour les élèves d’enrichir leur parcours, et pour les formations post-bac de diversifier leurs voies d’accès. De nouveaux critères d’admission, une modification des programmes et une nouvelle classe prépa scientifique sont autant de changements qui vont arriver en 2021.

Publié le 16 Septembre 2019 à 17h58 | | 0 avis

« Les classes prépas devront s'adapter aux nouveaux programmes du lycée »

Pensez-vous que la disparition des filières générales est un atout pour les lycéens ?

« C’est un sujet compliqué. La disparition des filières L, ES et S a deux objectifs : que les élèves puissent personnaliser leur parcours, et qu’ils évitent l’orientation par défaut. C’est une richesse pour les lycéens qui ont déjà une idée précise des études ou du métier qu’ils souhaitent faire. En revanche, cela peut ête vécu comme un casse-tête pour ceux qui ne le savent pas et pour leurs parents ! Pas de panique : c’est normal d’hésiter. Il n'y a pas de chemin unique et plusieurs parcours possibles pour accéder à une formation post-bac.

Il faut aussi faire preuve de bon sens concernant le choix des enseignements de spécialité : le tronc commun en voie générale est tourné vers les matières littéraires. Les élèves attirés par les sciences prendront logiquement des enseignements de spécialité scientifiques. Ce panachage de disciplines scientifiques offre de belles opportunités en terme d'études puis de carrières. »

➜ À voir aussi : Réforme du lycée : les 12 enseignements de spécialité

 

Quels critères de sélection les professeurs de classes préparatoires vont-ils adopter pour admettre des élèves dans leurs promotions ?

« Actuellement, le recrutement des élèves par les professeurs de classes préparatoires se fait via l’étude des dossiers scolaires, c’est-à-dire les bulletins de notes et les résultats des épreuves anticipées du baccalauréat (français, TPE). En 2021, l’étude des candidatures sera étoffée, puisque nous examinerons aussi les résultats des épreuves de spécialité inscrits sur Parcoursup. (NdA : ces épreuves devraient avoir lieu en Terminale, au mois de mars.) Nous aurons ainsi une vision plus complète du candidat ou de la candidate. L'objectif, comme aujourd'hui, sera de déceler ses capacités scientifiques et son goût aptitude pour des études pluridisciplinaires exigeantes. »

➜ À voir aussi : Seconde, première, terminale : ce qui change au lycée à la rentrée scolaire 2019

 

Les enseignements de spécialité vont-ils transformer les programmes des prépas scientifiques, et plus largement des prépas en général ?

Nécessairement. Les programmes des classes prépas vont s’adapter aux nouveaux contenus enseignés au lycée afin de garantir une transition réussie entre l'année de terminale et la première année de prépa. Concernant les classes préparatoires scientifiques, leurs programmes seront retravaillés dès le mois d’octobre. Mais la formaton en classe prépa vise par ailleurs l'adéquation avec les attentes exprimées par les écoles d'ingénieurs. Les nouveaux programmes sont donc amenés à évoluer pour s'adapter au plus près aux besoins scientifiques et technologiques des Grandes Écoles. L'informatique a, par exemple, pris une part plus importante dans notre formation ces dernières années. »

➜ À voir aussi : Réforme du lycée : maths expertes, maths complémentaires, spécialité... que choisir ?

 

Les classes prépas vont-elles préconiser des enseignements de spécialité aux élèves qui souhaitent les intégrer ?

« Comme je l’ai déjà dit, il n’y a pas de chemin unique pour accéder une formation post-bac, et cela vaut aussi pour les classes prépas. Il y a cependant quelques enseignements incontournables qui seront précisés par les formations. En sciences, par exemple, il est nécessaire de choisir des spécialités qui permettent de développer les compétences requises à la poursuite d'études scientifiques.

Par exemple, en 1ère, pour tous les élèves qui se destinent à l’ingénierie ou à la recherche scientifique, les enseignements de spécialités de maths et de physique-chimie s’imposent. En terminale, il y a différentes opportunités pour les élèves qui visent une prépa scientifique. Les élèves pourront combiner mathématiques et physique-chimie, ce qui sera un choix probablement assez classique, ou bien associer les mathématiques aux matières numériques et sciences informatiques ou aux sciences de l'ingénieur.

Il n'y a pas de parcours unique car il n'y a pas une prépa scientifique, mais des prépas scientifiques avec différentes filières, qui conduiront toutes aux mêmes écoles d'ingénieur : près de deux cents, quel que soit la filière d'origine. Par ailleurs, une véritable demande a émergé ces dernières années pour créer une flière avec une coloration informatique. C'est pour cette raison qu'une nouvelle classe prépa scientfque est actuellement en préparation : la MPI (Maths Physique Informatique). Le jeu des différentes filières va ainsi permettre de couvrir toutes les aspirations scientifiques des lycéens. »

➜ À voir aussi : Bac technologique : ce qui change cette année

 

Sera-t-il possible, désormais, d’intégrer une prépa scientifique sans avoir suivi un programme 100% scientifique ? (Exemple : si un des enseignements de spécialités choisis par l’élève est artistique ou littéraire.)

« Etonnamment, on me pose souvent cette question. Est-ce qu’un lycéen qui a passé deux ans sans faire de sport peut intégrer une section sportive après son bac ? Cela n'est pas impossible sur le papier, mais paraîtrait relativement surprenant si on a un vrai appétit pour le sport et un besoin de s'exercer. De la même manière, dans le cas de la prépa scientifique, où les sciences occupent environ vingt-cinq heures hebdomadaires dans la formation, il convient de développer une véritable pratique scientifique au lycée. Il est donc chaudement recommandé de choisir les spécialités scientifiques adéquates en terminale.

Que les élèves de première qui le souhaitent n'hésitent cependant pas à diversifier les spécialités. Il sera toujours extrêmement intéressant d'approfondir son bagage scientfque par le jeu de trois disciplines scientifiques (les avancées dans le monde de la recherche se font souvent à la croisée des chemins...). Mais accompagner les mathématiques et la physique-chimie d'une troisième discipline litéraire peut faire sens. Il ne s'agit pas de mettre les disciplines en compétition, il vaut mieux au contraire faire davantage des choix par goût plutôt que par stratégie ! »

➜ Voir la rubrique : Réforme du lycée : toutes les infos sur les nouvelles matières et les modalités du bac 2021