Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Un étudiant en physique a vécu un an sous la ...

Un étudiant en physique a vécu un an sous la tente !

Une histoire assez inédite qui nous vient de nos « voisins » canadiens. L’histoire d’un étudiant qui a décidé de vivre dans une tente afin d’économiser et avoir assez d’argent pour payer ses études.

20 Juillet 2015 à 17h10 | | 0 avis

étudiant,physique,vivre,sous,tente,payer,étude

Un logement inédit

Evan Eames originaire de Montréal au Canada s’est retrouvé un an en Angleterre dans la banlieue de Manchester pour ses études. Il a très vite réalisé qu’il ne pouvait pas se permettre de payer un logement étudiant étant donné l’énormité de sa dette : plus de 20 000 livres.

Cet étudiant en astrophysique s’est don résolu à demander un espace où il pourrait planter sa tente gratuitement pour l’année. Il a donc passé plusieurs annonces sur des forums en ligne afin de parvenir à ses fins.

l'étudiant de 24 ans s’est donc vu offert un espace libre dans le jardin d’une certaine Charley Mantack en échange de cours de soutien en maths, physique, informatique et Français. C’était pour lui la seule solution possible, désespéré qu’il fût à l’idée de devoir rembourser encore plus de dettes.

Il a donc fait face à la rigueur des éléments pendant un an. Il a affronté le climat particulièrement hostile du nord de l’Angleterre.

Une expérience innatendue

Dans un post qu’il a publié en ligne il vantait tout les mérites qu’un hôte pourrait gagner de sa présence. Il parle notamment d’une sécurité supplémentaire et le droit de se vanter. En effet dit-il «  Vous pourrez dire à vos amis que vous avez un physicien canadien qui vit dans votre jardin (plutôt cool non ? ».

Mantack qui a surnommé Eames son gnome physicien raconte : "je cherchai un colocataire. J’ai vu qu’il était à la recherche d’un jardin et je me suis dit, pourquoi pas, c’était assez bizarre ! J’adore en parler aux gens, j’aime les choses bizarres, qui sortent de l’ordinaire comme cela".

En échange, Eames lui a donné des cours de soutien en maths pour l’aider dans ses cours de GCSE à l’université.

Pour se préserver du froid pendant l’hiver, il aurait porté deux paires de pantalons thermiques, un sweat, une combinaison et une veste. Après être tombé amoureux d’une autre étudiante en astrophysique, il est parvenu à la faire venir dans sa tente. C’état la seule femme qui n’était pas déroutée par le fait qu’il vive dans une tente.

Bien sur, des questions n’ont pas manquées de surgir :

Comment va-t-il aux toilettes et comment il se lave ? Il répond « Pour me laver j’avais les douches à l’école. Pour les toilettes, j’allais une fois avant de quitter la tente et une fois après y être retourné ».

Il raconte aussi que Mantack lui a offert un lit lors des nuits les plus froides mais il ne voulait pas s’imposer.

«  Etant donné que ne payais pas de loyer, je me serai senti coupable de vivre dans sa maison. La propriétaire m’a offert maintes fois son canapé, surtout dans les nuits les plus froides. Mais j’étais assez confortablement installé dans ma tente et je ne voulais pas m’imposer ».

Lorsqu’on lui demande quels sont ses meilleurs et se pires souvenirs de cette expérience il dit :

« Voyons voir … La pire était certainement la fois où je suis retourné chez moi après une tempête de neige et le vent avait balayé toutes les chevilles (maintenant la tente). J’avais froid et j’étais fatigué. C’était vraiment la dernière chose que je voulais faire. Mais je l’ai remise droite, j’ai nettoyé l’intérieur et je me suis glissé en grelottant à l’intérieur. C’était la seule fois où j’ai été proche d’abandonner la vie sous la tente.

Le meilleur, c’était une fois dans une chaude matinée de printemps, et il a commencé à pleuvoir et je suis allé à l’intérieur. Le bruit de l’eau sur la tente était tellement apaisant. Je me suis senti tellement bien et à l’abri dans mon petit sanctuaire… C’était vraiment une délicieuse expérience que je conserverai longtemps avec moi ».

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis