Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

APL et colocation : 60% des colocs dépendent d...

APL et colocation : 60% des colocs dépendent des aides au logement

Le leader de la colocation en ligne en France, Appartager.com, a réalisé une enquête auprès des membres de son site sur les aides au logement dont ils bénéficient. Résultat, ils sont 60% à dépendre de l’APL pour payer leur loyer !

04 Février 2015 à 12h20 | | 0 avis

APL, aides logement, colocation, colocataires

Le site revendique actuellement 10 millions de visiteurs par an et la plus grande communauté de colocataires de France. Grâce à cet impressionnant panel, Appartager.com a pu sonder ses membres pour en savoir plus sur leurs conditions de vie et leurs finances en colocation.

Près de 60% des colocs dépendent financièrement de l’APL

A la question « Sans APL (aide personnalisée au logement), pourriez-vous continuer à vous loger ? », ce sont près de 6 personnes sur 10 qui ont répondu non, indiquant ainsi clairement leur dépendance à cette allocation qui vient d’être mise en cause récemment par les inspections générales des Finances et des Affaires sociales. En effet, le rapport estime que trop d’argent est dépensé dans l’APL et qu’il serait bon de revoir les conditions d’attribution notamment aux étudiants.

Peu de bonnes alternatives aux APL pour les colocataires

Appartager a également demandé à ses membres quelles seraient alors leurs alternatives en cas de perte des aides au logement. A la question « Vos parents pourraient-ils vous aider ? », 61,71% ont répondu par la négative. Hormis ceux dont la famille et les amis pourraient être de secours, les solutions sont variées mais peu enthousiasmantes. Ils sont nombreux à évoquer la possibilité de chercher un petit boulot, de s’éloigner des centres-villes pour trouver des loyers moins chers, voire d’arrêter leurs études. Certains répondent avec ironie, masquant ainsi un profond désarroi, qu’ils seraient prêts à envisager des issues plus radicales encore : une tente, un squat, un pont, la prostitution.

« Les résultats de ce sondage sont alarmants : la majorité des colocataires dépendent des APL pour payer leur loyer. Sans ces aides, les solutions alternatives sont le plus souvent au détriment de leur confort, voire de leurs études. Ce constat dramatique est à mettre en parallèle des discussions en cours suite au rapport commandé par le gouvernement qui préconise de restreindre l’accès aux APL. Si l’on se tient à ces propositions, n’est-ce pas là un risque supplémentaire d’aggraver le mal-logement dans notre pays ? », déclare Karim Goudiaby, CEO d’Appartager.com.

* Ce sondage a été réalisé par Appartager.com entre le 30 janvier et le 03 février 2016 auprès de ses membres, et a obtenu 466 réponses. 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis