Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Témoignage - Etudier à Florence, la dolce vit...

Témoignage - Etudier à Florence, la dolce vita studieuse

L’année dernière, Marie est partie pendant plus de quatre mois à Florence, en Italie, afin de compléter son parcours dans le Luxe à l’école EIML Paris. Elle te raconte son expérience et son quotidien dans une ville qu’elle a adorée.

Publié le 29 Octobre 2018 à 14h15 | | 0 avis

Témoignage - Etudier à Florence, la dolce vita studieuse

Je voulais aller étudier dans un pays qui était en adéquation avec mes études. Quoi de mieux que l’Italie, deuxième pays le plus réputé pour le luxe (pour la mode essentiellement) après la France, pour réaliser mon semestre à l’étranger ? Je me suis dit que vivre en Italie pendant quelques mois me permettrait de me familiariser avec elle, et d’en apprendre plus sur ce pays fascinant. J’ai notamment appris que contrairement à ce que tout le monde pense, la mode italienne ne vient pas de Milan mais de Florence. C’est également là-bas qu’ont lieu tous les défilés des Fashion Week italienne pour Homme et Enfant. Avant de partir, je m’étais fixé pour objectif de m’immerger dans la culture italienne, de progresser dans cette langue et d’en apprendre davantage sur le luxe et la mode de ce pays. La plupart de mes objectifs ont été atteints.

 

Apprendre la mode grâce à des professeurs bienveillants

Dans l’école américaine où j’étais, la FUA (Florence University of Arts), il y avait des cours de tout : de cuisine, de littérature, de psychologie… Je n’avais le droit de choisir que des cours spécifiques, liés à mon parcours à l’EIML Paris, et donc à la mode, au marketing ou au business.

Mon cours préféré, c’était l’Apparel Design, même si ça demandait beaucoup de travail. Avec ma classe, j’ai pu créer une collection capsule pour laquelle j’ai fourni un gros travail personnel (notamment de couture). A la fin du semestre, j’ai pu dire avec fierté que j’avais réussi à créer et coudre moi-même une tenue complète !

J’ai apprécié l’enseignement italien. Dans ma promotion, nous n’étions que des étudiants étrangers. Les professeurs étaient proches des élèves : ils nous donnaient même des conseils pour la vie de tous les jours. Tous alimentaient leurs cours magistraux d’exemples concrets et de vidéos, ce qui rendait les cours moins redondants. J’ai aussi pu faire des projets de groupes, comme à l’EIML Paris, qui pouvaient s’appliquer concrètement à Florence.

Ma journée type ? Au quotidien, je me levais, prenais un bon petit déjeuner et allais à l’école FAST (l’école de mode) pour avancer sur ma création et pratiquer sur ma machine à coudre. Je pouvais quitter l’école vers 11h30, aller au marché avec des amis, repasser à la maison et retourner déjeuner à l’extérieur. Ensuite, j’allais en cours, ou retournais à l’école travailler ma tenue, ou rentrais simplement chez moi. Le soir, j’aimais bien aller au sport à la « Palestra » de FUA et rentrer chez moi pour cuisiner… et pourquoi pas boire un verre dans la soirée !

➜ À voir aussi : Viens te renseigner sur les échanges internationaux lors des journées portes ouvertes

 

La vie quotidienne quand on est étudiante à Florence

Mon séjour s’est bien passé dès le début : l’Italie est un pays proche de la France et la culture n’est pas très différente. Je n’ai donc pas eu de choc culturel, contrairement à certains étudiants qui sont partis dans des pays beaucoup plus éloignés. Je parlais un peu italien, donc l’adaptation a été très facile, j’ai eu beaucoup de chance ! De plus, se loger à Florence est assez simple. FUA propose un « Housing » dans lequel on est logé avec d’autres étudiants de l’école dans des appartements : je n’ai pas pris cette option, et j’ai choisi de me débrouiller entièrement. Je logeais chez l’habitant. J’ai trouvé une chambre à louer chez une femme originaire de Florence à quelques minutes des bâtiments de la FUA. Pour 450 € par mois, j’avais mon intimité et une colocataire italienne, ce qui était un avantage pour moi : je parlais italien avec elle pour améliorer mon niveau. Ma logeuse louait une autre chambre, ce qui m’a permis de rencontrer deux autres filles étrangères qui venaient aussi étudier à Florence.

A Florence, il faut absolument observer les couchers de soleil depuis la piazza Michelangelo. On a vue sur l’Arno avec tous les ponts, c’est magnifique. On peut aussi aller boire un café (et manger une glace !) avec ses amis. Il faut également tester l’Aperitivo : on peut prendre un verre ou des amuse-bouche, c’est très convivial.

J’ai aussi eu la chance de beaucoup me balader en Italie, alors j’ai vu de nombreux jolis coins, chacun avait un charme particulier.

Son conseil : Osez sortir, allez voir des gens. Si les gens voient que vous êtes seul, que vous faites l’effort de sourire, de parler la langue et de vous ouvrir, ils seront plus disposés à vous aider !

➜ À voir aussi : Le système Universitaire en Italie