Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Faire un séjour au pair en Italie

Faire un séjour au pair en Italie

Vous êtes attiré par l’Italie mais le budget vous bloque ? Avez-vous pensé à faire un séjour au pair ? Pour vivre en Italie à moindre coût, devenir jeune au pair est idéal pour les étudiants souhaitant être immergé au sein de la culture italienne ! Pour vous, digiSchool a rassemblé les informations nécessaires pour préparer son séjour au pair en Italie.

Publié le 09 Janvier 2017 à 16h35 | | 0 avis

Faire un séjour au pair en Italie

L’expérience au pair en Italie

Devenir jeune fille ou jeune homme au pair à l’étranger est une expérience unique pour les étudiants en quête de progrès rapide dans une langue et d’immersion culturelle. Pour faire un séjour au pair en Italie, certaines conditions s’appliquent : être âgé de 18 à 30 ans, avoir de bonnes bases en italien ou en anglais, être célibataire et sans enfant, pouvoir financer soi-même son séjour en Italie. Si vous remplissez ces conditions, tentez votre chance ! Mais... comment se passe le quotidien en tant que jeune au pair ?

  • Les horaires de travail : votre temps de travail est convenu avec votre famille d’accueil. Néanmoins, celui-ci ne doit pas dépasser 30 h/semaine. Vous devez donc travailler 5 h/jour réparties sur 6 jours maximum.
  • L’argent de poche : en tant que jeune au pair, vous ne percevez pas de rémunération puisque vous êtes logé, nourri et blanchi. Cependant, les familles en Italie donnent en moyenne entre 250 et 300 €/mois d’argent de poche.
  • Le temps libre : vous avez nécessairement une journée complète de libre par semaine. Au minimum une fois par mois, votre famille d’accueil doit vous donner votre dimanche de libre. Ce temps peut vous permettre de suivre des cours d’italien.

➜ À voir aussi : Comment partir au pair à l'étranger ?

 

Le contrat au pair en Italie

En Italie, il n’y a pas de programme au pair officiel. Ainsi, le pays n’a désigné aucun organisme compétent pour enregistrer le contrat au pair, qui n’est produit qu’en deux exemplaires. Un exemplaire doit être conservé par la famille d’accueil, l’autre par le jeune au pair. Nous vous recommandons de télécharger le contrat au pair officiel européen et de le corriger si besoin. Il est disponible en italien, mais également en anglais.

Ce contrat vous permettra d’établir par écrit tous les détails de votre séjour au pair, tels que les tâches à effectuer, vos horaires de travail, votre argent de poche, votre temps libre et l’autorisation de conduire le véhicule de la famille par exemple. Vous avez la possibilité de résilier votre contrat au pair à tout moment avec un préavis de deux semaines, pour avoir le temps de trouver une autre famille d’accueil ou préparer votre retour en France.

➜ Pour aller plus loin : La réglementation des voyages au pair

 

La couverture médicale en Italie durant un séjour au pair

Au moins 15 jours avant votre départ en Italie, pensez à vous procurer votre CEAM (carte européenne d'assurance maladie). Celle-ci vous permet d’attester de vos droits à l’assurance maladie, mais aussi de bénéficier d’une prise en charge sur le territoire italien de vos soins médicaux.

Si votre séjour au pair en Italie ne dépasse pas 3 mois, vous continuez à être couvert par votre assurance maladie en France grâce à votre CEAM. Néanmoins, il vous faut contacter votre caisse d’assurance maladie avant de partir en Italie pour connaitre les prestations de santé remboursées pendant votre séjour. Dans le cas où votre séjour dépasse 3 mois, la CEAM ne suffit pas : il faut également vous inscrire au bureau de l’état civil (anagrafe) et disposer d’un numéro d’identification fiscal (codice fiscale). C’est à votre famille d’accueil de verser votre contribution forfaitaire d’inscription.

 

Tous nos autres articles pour étudier en Italie :

 

Retour au Sommaire :

Étudier en Italie Les Autres Pays

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis