Les dossiers du mois :

Parcoursup 2020

Calendrier, formations, nouveautés, méthodo, conseils !

➜  Toutes les clés

 

Réforme du bac 

Nouvelles matières, nouvelles modalités d'évaluation, actualités 

➜  Tout sur le Bac 2021

 

Rapport de Stage

Méthodologie étape par étape et exemples  :

➜ Voir le dossier

 

 

#RENTREE 2020 : tout savoir sur la rentrée au lycée (protocole sanitaire, calendrier, positionnement)

 

 

 

étudier à l'étranger

 

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

 

 

Santé à l'étranger : 4 erreurs à éviter

Santé à l'étranger : 4 erreurs à éviter

Tu envisages, ou tu as déjà décidé, de vivre l’aventure l’internationale et de partir étudier à l’étranger ? États-Unis, Canada, Australie, Argentine, Chine… Quelle que soit ta destination et la durée de ton séjour, la question de la santé doit faire partie de tes préparatifs de départ, histoire de ne pas te retrouver pris·e de court une fois sur place. Pour parer à toute difficulté, 4 erreurs malheureusement courantes sont à éviter. Objectif : profiter pleinement de ton expérience de globe-trotter en toute sécurité.

Publié le 18 Mars 2020 à 08h44 | | 0 avis

Santé à l'étranger : 4 erreurs à éviter

Article rédigé en partenariat avec APRIL International

Erreur #1 : partir sans assurance santé

Et pour cause ! En dehors de l’Union européenne, tu n’es plus couvert·e par la Sécurité sociale française ni par ta mutuelle habituelle… et tu n’es généralement pas éligible à la protection sociale de ton pays d’accueil. Résultat : si tu as besoin de consulter un médecin ou d’être hospitalisé·e, ce sera à toi de régler tous les frais, qui peuvent être très chers en fonction des pays. Une consultation généraliste aux États-Unis ? Compte 200 €. 135 € au Canada, et 60 € au Mexique…

Pour éviter ces difficultés, la majorité des États exige que leurs visiteurs et leurs résidents temporaires disposent d’une assurance santé. Ton attestation peut être demandée à différentes étapes de tes démarches de départ, selon ta destination. Elle peut être une condition :

  • de validation de ton inscription à l’université ;
  • d’obtention de ton visa ou de ton permis d’études ;
  • ou de ton entrée sur le territoire, tout simplement !

 

Tu peux généralement avoir la possibilité de choisir entre une assurance santé locale (par exemple une assurance santé étudiante proposée par ton école ou ton université) ou une assurance internationale étudiants souscrite en France. Cette 2nde option présente certains avantages : 

  • ton contrat et le détail de tes garanties sont rédigés en français et sont donc clairs ;
  • tu disposes de garanties additionnelles comme le rapatriement sanitaire (parfois exigé par  certains pays), l’assistance ou la couverture de ta responsabilité civile 
  • tu es couvert·e dans tous les pays que tu pourras traverser ou que tu souhaiteras visiter (ce qui n’est pas toujours le cas des assurances locales, dont certaines sont même limitées à des territoires précis et ne s’étendent pas à tout leur pays).

 

Erreur #2 : penser que l’assurance de ta carte bancaire suffit pour couvrir les frais

En effet, elle fait rarement le poids à l’étranger ! 

Premièrement parce que la couverture à l’étranger des garanties associées aux cartes bancaires sont très généralement limitées aux séjours de moins de 90 jours. Au-delà, elles ne jouent plus.

Deuxièmement parce que les dépenses qu’elles remboursent sont toujours plafonnées : à 11 000 € par an pour les cartes Visa et Mastercard, et à 155 000 € pour les cartes Premier et Gold. Autant dire pas grand chose si jamais tu devais être hospitalisé·e en Californie : une simple opération de l’appendicite avec 5 jours d’hospitalisation pourrait te coûter la modique somme de 50 000 € !

Troisièmement parce que des franchises sont quasiment toujours appliquées aux dépenses couvertes ; de 70 à 200 € en fonction des cartes, tu auras donc toujours un reste à charge à tes frais.

Erreur #3 : choisir tes professionnels de santé à l’aveuglette

Quand on est loin de chez soi, sans ses repères habituels, immergé dans un environnement culturel différent sur de nombreux plans, il est essentiel de pouvoir s’appuyer sur des professionnels de confiance en cas de souci de santé… Et les trouver suppose d’anticiper, pour ne pas être pris de court en cas d’urgence.

Les recherches internet, les avis des moteurs de recherche ou les vagues recommandations d’amis suffisent rarement à bien s’orienter et s’adresser, sans inquiétude, à des médecins de qualité…

C’est justement pour ça que les assurances internationales misent sur des réseaux de soins référencés ! Il s’agit de médecins généralistes et spécialistes, d’établissement hospitaliers et de pharmacies spécialement sélectionnés sur la base de leur qualité, mais aussi de leurs tarifs ajustés. En t’adressant à eux, tu as la garantie d’être bien soigné·e, par un professionnel partenaire de ton assurance, qui ne te fera pas payer de facture salée. Dans certains pays, tu bénéficies aussi du tiers-payant : ton assurance couvre directement tes frais, tu n’as aucune avance à effectuer. 

Erreur #4 : laisser traîner tes petits tracas de santé

Nouvel environnement, nouveau climat, nouveau régime alimentaire, nouveau rythme, nouveaux réseaux… Tous ces changements ne sont pas sans conséquence sur la santé, et parfois sur le moral ! 

C’est pourquoi il est important d’être à l’écoute de soi, et de prendre au sérieux les signaux qui, mêmes légers, appellent à consulter un médecin et arrêter de remettre ce projet à demain. Mal de dent, troubles intestinaux, toux persistante, baisse de tonus, ou gros coup de blues… Inutile de relativiser : en prenant les choses en main de façon réactive, tu évites les complications dont la gestion est toujours plus délicate à l’autre bout du monde. Tu peux aussi en parler avec les conseillers de ton assurance santé, pour te décider à consulter et choisir avec eux le médecin à qui t’adresser !

➜ Voir la rubrique : Étudier à l'étranger