Les dossiers du mois :

Rentrée décalée

N'attend pas la prochaine rentrée pour te réorienter !

➜  Voir le dossier

 

Parcoursup 2020

Calendrier, formations, nouveautés, méthodo, conseils !

➜  Toutes les clés

 

Réforme du bac 

Nouvelles matières, nouvelles modalités d'évaluation, actualités 

➜  Tout sur le Bac 2021

 

Rapport de Stage

Méthodologie étape par étape et exemples  :

➜ Voir le dossier

 

 

#orientation : Comment savoir si tu es fait pour les métiers du marketing ?

 

 

 

étudier à l'étranger

 

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

 

 

Le premier campus européen est né à Strasbourg

Le premier campus européen est né à Strasbourg

Un pas de plus vers l'intégration européenne? Dès la rentrée de 2016, les étudiants  de cinq grandes universités françaises, suisses et allemandes seront officiellement élèves du Campus européen Eucor.

Publié le 30 Mai 2016 à 15h20 | | 0 avis

Le premier campus européen est né à Strasbourg

Le mercredi 11 mai 2016 était officiellement inauguré à Strasbourg le premier campus européen, né de la formation d'un Groupement européen de coopération territoriale (GETC). Regroupant les Universités de Strasbourg, Mulhouse, Bâle (Suisse), Fribourg et Karlsruhe (Allemagne), il compte pas moins de 15 000 chercheurs, 115 000 étudiants et totalise un budget de 2,3 millions d'euros.

➜ À voir aussi : Etudier en Allemagne

 

Faire tomber les frontières administratives

Echanges étudiants, mobilités des professeurs, équipements communs, diplômes, crédits de recherche... Les cinq universités ont bien l'intention de tout partager. La formation d'un GETC permettra en effet de simplifier nombre de démarches administratives, que ce soit du point de vue des étudiants ou du personnel enseignant.

"C’est un outil du 21e siècle qui permettra un meilleur échange de nos étudiants, de recruter des professeurs sur deux universités, de partager les crédits de recherche… Autant de choses qui sont bloquées par des frontières administratives et nationales. On va décupler le nombre de cursus internationaux en faisant de cette proximité un atout. Et pour les étudiants, avoir un CV trinational est un plus", a ainsi expliqué Alain Beretz, président de l’université de Strasbourg.

➜ À voir aussi : Etudier en Suisse

 

Donner plus de moyens à la recherche

"Il est prouvé scientifiquement que la diversité - de langue, de religion - est un moteur de productivité et de qualité de la recherche", a déclaré lors de l'inauguration le commissaire européen à la Recherche, Carlos Moedas.

À terme, ce nouveau campus européen devrait être le porteur de la mise en place d'un "espace scientifique européen" capable de "diffuser les initiatives d'excellence" à l'échelle européenne et internationale.

➜ À voir aussi : Erasmus : le programme d'échange, les bourses

 

Des questions encore problématiques

La création de ce campus européen présente son lot de belles promesses... Mais aussi son lot de défis. Coopération des administrations, gestion des financements, de nombreuses questions restent à régler avant de parvenir à une parfait imbrication des cinq universités.

À ce jour financé par le programme européen Interreg, ce campus européen promet de perturber "les règles classiques du financement de la recherche", comme l'a constaté le secrétaire d'Etat français chargé de l'Enseignement supérieur, Thierry Mandon.

De son côté, le président du nouveau campus Hans-Jochen Schwiewer est bien conscient du chemin restant à parcourir: "on ne se fait pas d’illusion, tout ne sera pas très simple. Il nous faudra résoudre de nombreux problèmes entre les différentes administrations des trois pays."