Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

« Je conseillerais de profiter dès les premie...

« Je conseillerais de profiter dès les premiers jours car le temps passe très vite »

TÉMOIGNAGE - Pauline L. est étudiante en master à l'IFAG. Actuellement en mobilité en Irlande, elle témoigne pour digiSchool.

Publié le 18 Mai 2016 à 16h55 | | 0 avis

« Je conseillerais de profiter dès les premiers jours car le temps passe très vite »

Quel est votre parcours scolaire?

"J’ai effectué un baccalauréat général dans la série Economique et Sociale, tout en ayant la spécialité Economie. Une fois mon baccalauréat obtenu, je me suis orientée vers une licence Administration Economique et Sociale au sein de l’Université de Rennes 2. J’y ai effectué mes deux premières années. La troisième année de licence, j’ai pu bénéficier d’un partenariat Erasmus entre mon université et une faculté irlandaise située à Limerick. J’y suis restée un an, puis lorsque je suis revenue en France j’ai obtenu ma licence AES. Je me suis ensuite inscrite à l’IFAG de Lyon en Bac +4 pour valider un diplôme Manager d’Entreprise ou de Centre de Profit, grâce auquel je bénéficie actuellement d’un partenariat avec le Griffith College de Dublin."

Dans quel cadre êtes-vous parti étudier à l'étranger? Combien de temps?

"Ayant déjà effectué une année à l’étranger, je ne voyais pas d’inconvénient à repartir une année de plus hors du territoire français. Ayant pris connaissance de la filière internationale de l'IFAG proposant un partenariat avec une faculté dublinoise, je ne pouvais qu’être partante pour une deuxième année en Irlande. Je n’ai pas eu de difficultés d’adaptation étant donné que j’avais déjà réalisé une année scolaire à Limerick. Mon partenariat avec le Griffith College de Dublin est valide de septembre 2015 à Mai 2016."

Lors de mon année à Limerick, je commençais déjà à me préoccuper de la poursuite de mes études. Ayant effectué trois années de scolarité dans des universités, je souhaitais me rapprocher davantage d’une plus petite structure pour avoir un enseignement et un suivi plus personnalisés. J’ai ainsi effectué les examens d’entrée pour l’IFAG sachant que j’étudiais à Limerick.
Ayant déjà effectué une année à l’étranger, je ne voyais pas d’inconvénient à repartir une année de plus hors du territoire français. Ayant pris connaissance de la filière internationale proposant un partenariat avec une faculté Dublinoise, je ne pouvais qu’être partante pour une deuxième année en Irlande. Je n’ai pas eu de difficultés d’adaptation étant donné que j’avais déjà réalisé une année scolaire à Limerick. Lors de mon année à Limerick, je commençais déjà à me préoccuper de la poursuite de mes études. Ayant effectué trois années de scolarité dans des universités, je souhaitais me rapprocher davantage d’une plus petite structure pour avoir un enseignement et un suivi plus personnalisés. J’ai ainsi effectué les examens d’entrée pour l’IFAG sachant que j’étudiais à Limerick.Ayant déjà effectué une année à l’étranger, je ne voyais pas d’inconvénient à repartir une année de plus hors du territoire français. Ayant pris connaissance de la filière internationale proposant un partenariat avec une faculté Dublinoise, je ne pouvais qu’être partante pour une deuxième année en Irlande. Je n’ai pas eu de difficultés d’adaptation étant donné que j’avais déjà réalisé une année scolaire à Limerick. "

➜ À voir aussi : Les trois destinations préférées des étudiants en 2016

Quel ville/pays avez-vous choisi et pourquoi?

"Dans mon cas, il n’y avait pas d’autre partenariat de proposé que celui à Dublin."

Comment s'est déroulée votre expérience là-bas?

"Mon expérience jusqu’à maintenant s’est très bien déroulée et j’espère qu’elle va le rester jusqu’à la fin de mon séjour."

Qu'avez-vous appris, en termes de compétences mais aussi humainement?

"J’étais déjà familière avec ce type d’échange, ainsi qu’avec le pays, et la ville de Dublin pour y avoir été quelques fois lors de mon année à Limerick. Tout d’abord, le fait d’être complètement immergée dans une autre culture, dans une autre langue est un premier challenge. Au fur et à mesure du séjour, on apprend à profiter d’avantage de l’environnement unique que nous avons autour de nous. On apprend aussi à découvrir d’autres cultures et façons de faire auxquelles nous étions pas habitués, voir confrontés, auparavant. En termes de compétences, je pourrais mentionner les modalités d’enseignement et d’évaluation qui peuvent changer de celles en France."

➜ À voir aussi : Le coût des études à l'étranger

Quelles qualités faut-il avoir, selon vous, pour partir étudier à l'étranger?

"Tout d’abord, on pense à la maitrise de la langue. Je peux affirmer selon ma propre expérience que certes la maitrise de la langue est primordiale, mais que même en ayant des connaissances plutôt rudimentaires, cela n’est pas une aussi grande barrière que l’on peut imager. Lorsque que je suis arrivée à Limerick, j’avais de bonnes connaissances en anglais, surtout à l’écrit, et plus de difficultés à l’orale. La compréhension et l’expression orales s’enrichissent lorqu'on passe du temps avec des natifs. 

Il faut également avoir un certain goût pour l’aventure, savoir être autonome. Effectuer un partenariat international ce n’est pas que pour étudier une année dans un autre pays, c’est aussi pour découvrir une nouvelle culture et de nouveaux paysages par exemple. Je dirais donc qu’il est préférable d’avoir déjà effectué plusieurs voyages à l’étranger pour se familiariser avec d’autres cultures et également pour s’ouvrir l’esprit."

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants encore hésitants?

"Je conseillerais de profiter dès les premiers jours car le temps passe très vite, surtout au départ de l’échange lorsque nous ne sommes pas habitué à l’environnement. Ne serait-ce que trouver un magasin pour faire les courses, ou trouver quel chemin est le plus pratique pour se rendre sur le campus nécessite du temps et de l’investissement. Par ailleurs, les débuts de semestre sont réalisés de manière à être relativement allégés en termes de cours et de travail personnel. Je conseillerais donc une fois de plus de profiter des premières semaines pour voyager. 

Je conseillerais également aux étudiants souhaitant effectuer un échange à l’étranger de ne pas fréquenter que des internationaux, et surtout ne pas rester qu’avec des personnes originaires du même pays que vous. Même s’il est plus facile de parler sa langue natale et de rester avec des gens qui nous sont familiers, le but du séjour est de découvrir une autre culture et de se perfectionner dans une autre langue. 

Je conseille également d’essayer de s’investir dans la vie locale, ne serait-ce qu’en participant à des activités sportives ou culturelles locales. "

Retour au dossier

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis