Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Comment étudier à l'étranger moins cher ?

Comment étudier à l'étranger moins cher ?

Étudier à l’étranger, c’est génial. On peut découvrir une autre culture, une autre manière de concevoir l’apprentissage, rencontrer des gens, et c’est un plus non négligeable sur le CV. Le problème, c’est que ça a un coût, parfois trop lourd pour ceux qui ont des difficultés financières. On vous propose quelques astuces pour le réduire !

Publié le 13 Avril 2017 à 15h45 | | 0 avis

Comment étudier à l'étranger moins cher ?

Bien choisir sa destination pour étudier à l’étranger

Cela peut paraître tout bête, et pourtant c’est une question primordiale. Vous devez définir ce qui vous intéresse vraiment dans le pays que vous choisissez, et vérifier si une autre destination n’est pas possible. Par exemple, mettons que vous vouliez étudier à l’étranger pour progresser en anglais : l’Angleterre est-elle réellement la meilleure destination ? L’Écosse propose une bourse pour compenser les frais d’inscriptions, Malte ou l’Irlande coûtent moins chers pour une ambiance plus pittoresque, plus ensoleillée dans le cas de Malte… Et on parle anglais dans toutes ces destinations !

Alors, comment choisir une destination moins coûteuse ? Vous pouvez :

  • Choisir une destination près de la France : si vous pouvez vous éviter un billet d’avion, tant mieux ! Une destination accessible en voiture ou en train par exemple facilitera vos trajets et coûtera moins, et si vous habitez ou avez de la famille pas trop loin de la frontière, c’est l’idéal !
  • Privilégier les destinations moins demandées : vous connaissez les règles de l’offre et de la demande, plus une destination sera demandée et en général plus elle sera coûteuse. L’Europe de l’Ouest est ainsi souvent plus chère, alors que des villes de l’Est comme Bucarest ou Athènes seront souvent bien plus intéressantes en terme de prix.
  • Éviter les capitales si possibles : souvent, les capitales sont plus chères que les grandes villes moins connues, il suffit de voir Paris ! Renseignez-vous sur le coût de la vie et des loyers selon les villes, si vous en avez la possibilité l’opération sera vite rentable
  • Passer le plus de temps possible sur le logement : c’est le plus souvent le point qui engloutira la part la plus importante de votre budget, alors ne lésinez pas sur vos recherches à ce sujet. Cherchez des logements étudiants ou des collocations en priorité, il s’agit souvent des options les moins chères, et utilisez bien les différents sites spécifiques à chaque pays pour trouver, il y a presque toujours des sites de référence pour vous aiguiller

➜ À voir aussi : Obtenir un double-diplôme en étudiant à l'étranger

 

 

Obtenir une bourse pour étudier à l’étranger

Il existe de nombreuses bourses pour partir à l’étranger, ou divers aides plus spécifiques, et une de vos principales missions, si vous voulez partir à un prix abordable, va être d’explorer toutes les options possibles en la matière. En voici quelques-unes que nous pouvons vous recommander :

  • La bourse Erasmus : si vous partez dans un autre pays européen, le meilleur programme demeure probablement le programme Erasmus. Cependant, il faut s’y prendre bien à l’avance, souvent un an, et comme c’est un programme d’échange, il vaut mieux choisir une destination depuis laquelle beaucoup d’étudiants viennent. Le programme Erasmus améliore généralement grandement les coûts des frais d’inscription, tout en offrant une bourse et un soutien logistique.
  • La bourse du CROUS : si vous êtes boursiers sur critères sociaux auprès du CROUS, il est généralement possible de leur demander également une bourse spécifique à votre mobilité, ou de conserver votre bourse : il faut vous renseignez auprès d’eux. Attention cependant, ils ont la réputation d’être pénible sur le plan administratif, il faut donc là aussi s’y prendre bien à l’avance.
  • Les bourses proposées par la région : même si vous n’êtes ni boursiers du CROUS ni en programme Erasmus, les régions proposent souvent une bourse de mobilité internationale à destination des élèves partant à l’étranger. Le montant et les conditions d’obtention sont chaque fois spécifiques à la région, mais attention, il y a souvent des documents à faire signer à la fois en France et à l’étranger, assurez-vous de ne rien oublier !
  • Les bourses proposées par le pays d’accueil : il existe des bourses particulières pour les étudiants de certains pays auxquelles vous pouvez avoir le droit, notamment s’il s’agit d’un pays membre de l’Union Européenne ou de l’espace Schengen. À titre d’exemple, l’Écosse propose dans certains cas de payer les frais d’inscriptions des étudiants de ses universités, y compris ceux qui viennent d’autres pays européens.

➜ Plus d'options : Financer ses études avec des bourses d'études

 

Travailler à l’étranger

Une option plus difficile mais certainement plus rentable. Tout le problème, c’est que s’il est pour l’instant plutôt facile de travailler dans l’Union Européenne, de nombreux pays demandent un permis de travail, et peuvent être très exigeants pour le délivrer. C’est par exemple le cas des États-Unis, pour lesquels vous avez intérêt à avoir un CV impeccable et du temps devant vous pour que votre demande soit correctement traitée. L’autre difficulté, c’est concilier les études et le travail : la charge est souvent importante à l’étranger, alors ajouter un travail devient difficile. Néanmoins, voici quelques pistes pour réussir malgré tout :

  • Le stage : tout simple, mais une option facile et accessible à tous. Si vous avez un stage à faire durant votre cursus, alors tout devrait bien se passer : vous aurez le temps et l’énergie pour l’accomplir, et vous aurez tous les documents pour. La difficulté sera alors de trouver un stage… Rémunéré ! Et oui, si la loi française impose une indemnisation de stage à partir de deux mois, ce n’est pas du tout le cas pour les autres pays, et chacun possède une législation spécifique. Et si vous n’avez pas de stage obligatoire, vous pouvez tenter le stage volontaire, suivant les possibilités accordées par votre école : c’est elle qui vous renseignera.
  • Le séjour au pair : ne nous leurrons pas, cette option est plus accessible à la population féminine, mais rien ne vous empêche de tenter votre chance. Il est cependant impératif d’être mature, responsable et capable de s’occuper d’enfants, car vous aurez la responsabilité des enfants de votre famille d’accueil. Vous aurez également des tâches ménagères à faire, mais vous serez nourri, logé et blanchi, sans compter une petite gratification. Différents sites existent pour vous aider, dont un bon nombre gratuits mais avec moins de garanties, c’est à vous de voir l’investissement que vous être prêt à mettre.
  • Les jobs étudiants propres au pays : les jobs étudiants ne sont en effet pas les mêmes suivants les pays ! Dans certains pays, où les étudiants sont habitués très tôt à travailler en dehors des cours, des aménagements particuliers sont conçus pour leur permettre d’exercer librement. D’autres pays proposent des emplois que l’on ne trouve pas en France, comme les livraisons de journaux pratiqués très jeunes dans les pays anglo-saxons. Un autre moyen de découvrir la culture locale !
  • Les missions à distance : attention, sujet complexe mais qu’il faut mentionner. Si vous avez des talents particuliers, vous pouvez prendre des missions en free-lance à faire chez vous. C’est notamment le cas pour ceux qui peuvent faire des travaux informatique, musicaux, d’illustration ou d’écriture. La difficulté est ici au niveau de la déclaration des revenus : tout ce qui concerne l’auto-entreprenariat ou le free-lance est souvent un casse-tête administratif sans nom. Il existe des statuts qui peuvent vous permettre de vous en sortir, mais ils sont spécifiques à chaque pays et il faudra vous renseigner sur place.

➜ Les bonnes raisons de faire un stage à l'étranger, une valeur sûre pour son avenir professionnel

 

Partir étudier à l'étranger moins cher
Cliquer pour afficher en grand

 

Changer ses habitudes de consommation

Une autre source de dépense importante vient de vos habitudes de consommation : si vous voulez faire des économies, il falloir s’habituer au mode de vie du pays où vous aller et acheter local. Par exemple, le fromage et le vin, certes très clichés, sont moins chers en France que dans de nombreux autres pays, et si vous avez l’habitude d’en déguster en grande quantité, votre porte-monnaie risque de ne pas apprécier. Ou la fameuse baguette : vous pouvez trouver une boulangerie française pour garder vos traditions, mais vous allez sans doute dépenser plus que nécessaire.

Laissez-vous donc conquérir par les saveurs locales et essayez les recettes du coin, un autre moyen de découvrir la culture, voir de partager et de rencontrer si vous allez demander conseil. Les produits les plus consommés de chaque pays sont souvent parmi les moins chers, profitez-en. Il existe aussi des initiatives associatives, comme des paniers de légumes et fruits du coin avec des prix abordables, parfait si vous aimez cuisiner !

➜ Revenir au dossier Étudier à l'étranger : Le Guide complet pays par pays

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis