Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

5 conseils pour réussir son séjour à l'étra...

5 conseils pour réussir son séjour à l'étranger

Les universités et établissements d’enseignement supérieur français incitent de plus en plus leurs étudiants à partir à l’étranger le temps d’une année scolaire ou d’un stage. Suivez les conseils d’une experte en expatriation pour vos démarches administratives !

Publié le 08 Mars 2016 à 09h51 | | 1 avis

5 conseils pour réussir son séjour à l'étranger

Christine Bernard,  Directrice adjointe marketing et communication d'APRIL International Expat nous a expliqué les démarches pour une bonne mobilité internationale. En effet, l’expatriation fait désormais partie intégrante des cursus étudiants avec des programmes comme Erasmus. L’engouement pour les expériences internationales ne faiblit pas et peut générer beaucoup de questions pour les étudiants et parfois même plus pour leurs parents.

 

1. Préparer son départ à l’étranger en amont

Cela pourra paraître couler de source pour certains, mais Christine Bernard préfère le rappeler, prenez le temps d’assister aux diverses réunions d’information sur la mobilité internationale avant de partir à l’étranger !

Pour ne pas avoir de problème pour votre voyage, préparer votre dossier auprès du programme par lequel vous passez (Erasmus…). Un dossier solide est autant de soucis en moins !

Confrontez-vous aux tests de langues étrangères qui attestent de votre niveau comme le TOEFL ou le TOEIC et sélectionnez tous vos cours, spécialisations et options avant de partir. Demandez également votre carte étudiante internationale (ISIC) car elle vous permet de bénéficier de diverses réductions dans de nombreux pays du monde.

Mieux vaut également avoir prévu un logement au préalable ou en tout cas une solution d’hébergement temporaire afin de ne pas vous retrouver à la rue une fois arrivé sur le nouveau lieu de vos études.

➜ Test : Êtes-vous prêt à partir étudier à l'étranger ?

 

2. S'occuper des démarches administratives avant l’expatriation

Pour partir l’esprit tranquille, vérifiez la date de validité de votre carte d’identité ou de votre passeport. Si vous partez en-dehors de l’Union européenne il vous faudra impérativement un passeport en cours de validité. Il vous faudra également un visa étudiant ou de stage pour être accepté dans le pays de destination.

Résiliez ou suspendez tous vos abonnements en cours (téléphone, internet, EDF…) et trouvez un endroit où stocker vos affaires pour pouvoir les retrouver à votre retour.

Informez impérativement les administrations, notamment les impôts, de votre départ afin qu’elles puissent vous suivre et adapter le versement de vos aides éventuelles (CAF, bourses...).

Enfin, achetez bien en avance tous vos billets d’avion, de train, et autres en vous rapprochant d’agences de voyage spécialisées dans ce genre de mobilité internationale d’étudiants.

 

3. Préserver sa santé à l’étranger

Si vous avez besoin de consulter un médecin à l’étranger, mieux vaut être bien couvert ! Si vous êtes toujours inscrits dans un établissement français, vous continuerez à cotiser à la sécu étudiante, à laquelle vous pourrez transmettre vos frais de santé mais comme une seule agence s’en occupe et que ce type de demande fait l’objet d’une procédure spécifique, les délais de remboursements sont donc plus longs…

A noter également : vous devrez tous les cas avancer les frais et serez remboursés sur la base des tarifs de la secu française. Exemple pour une consultation de médecin aux USA Coût après conversion : 90 euros. Prise en charge par la sécu : 15,10 euros. Reste à votre charge : 74,90 euros.

Pour les étudiants qui partent dans un pays de l’UE, il faut prendre la Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM) qui est donnée à toute personne assurée à la sécu, valable 12 mois et qui permet d’être remboursé dans les mêmes conditions que n’importe quel citoyen du pays de destination. Attention cependant, les médecins ne sont pas obligés de l’accepter.

Souscrivez une assurance spécifique, un pack qui comprend l’assurance santé, l’assistance et la responsabilité civile d’une valeur moyenne de 100 euros par mois qui vous permet d’être couvert en toutes circonstances pour la durée de votre séjour. Vous pourrez en souscrire auprès de mutuelles étudiantes et de courtiers en assurance comme APRIL International..

Enfin, avant de partir dans un pays étranger, demandez un check-up complet à votre médecin et faites faire tous les vaccins nécessaires.

 

4. Les documents à emporter avec soi

Partir serein, c’est aussi partir en ayant tous les papiers et documents importants sur soi ! Voici donc une check-list de tous les documents que vous devez absolument avoir avec vous en toutes circonstances :

  • Documents de voyage (billets, visas)
  • Justificatif d’acceptation dans l’établissement de formation étranger
  • Carte d’étudiant, convention de stage
  • Lettre de recommandation (très demandée dans de nombreux pays étrangers)
  • Copie des diplômes, tests, certifications
  • Assurance internationale
  • Permis de conduire : demandez un permis international à votre préfecture (c’est gratuit). Ce document doit impérativement être demandé avant votre départ. Attention, un permis de conduire international n’est pas reconnu dans tous les pays et n’est valable que pour une durée maximale de 3 ans. En cas de court séjour, vous pourrez le plus souvent utiliser votre permis français. Et au sein de l’UE, votre permis est valable partout.
  • Carnet de vaccination
  • Ordonnances : les médicaments qui vous sont prescrits trouvent toujours une équivalence à l’international
  • CV d’ores et déjà rédigé dans la langue du pays de destination

Scannez également l’ensemble de vos documents importants pour parer à toute perte ou vol (papiers d’identité, factures, justificatifs…). Certains packs d’assurance couvrent les pertes de bagage et autres imprévus.

 

5. Evaluer son budget avant le séjour

Si vous restez plus de trois mois en-dehors de France, ouvrez un compte bancaire local pour vous éviter des frais de transaction supplémentaires pour régler votre loyer, vos abonnements… Pour ouvrir ce compte il vous faudra fournir des justificatifs d’identité, de domicile, du statut étudiant, votre visa.

➜ À voir aussi : Les différentes bourses pour partir étudier à l'étranger

Prévoir des moyens de paiement acceptés à l’étranger en se renseignant au préalable sur les accords des banques avec les pays étrangers pour réduire au maximum les surcoûts de transaction.

Enfin, cela paraît sûrement évident mais il est impératif de bien évaluer le coût de la vie sur place avec le montant moyen des loyers, des abonnements, des transports, etc afin d’établir un budget suffisant pour y vivre !

Besoin d'un coup de pouce financier ?

Il existe de nombreuses aides pour permettre aux étudiants de voyager et séjourner à l’étranger à moindres frais, renseignez-vous sur lesbourses que vous pouvez demander et obtenir. Le montant des différentes aides financières dépend le plus souvent de la destination. Si vous partez dans le cadre du programme Erasmus, vous pourrez bénéficier d’une bourse d’études ou de stage.

Vous comptez étudier en Allemagne ? L’OFAJ (Office franco-allemand pour la jeunesse) accorde également des bourses à certains étudiants français. Vous effectuez un stage à l’étranger dans le cadre du programme Eurodyssée ? Une bourse mensuelle vous sera versée. Explorez toutes les pistes de financement !

Les avis sur cet article
JULIA

20 / 20

combien recoit une historienne par mois à l'étranger?
Par

JULIA

- le 21 Juin 11h08
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis