Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

5 bonnes raisons de faire une année scolaire e...

5 bonnes raisons de faire une année scolaire en lycée à l'étranger

Partir entre 15 et 19 ans, donc pendant ses années de lycée ou juste après le Bac, présente de nombreux avantages peu connus. En effet, du fait que la France ne valide pas une année scolaire effectuée à l’étranger, la formule est généralement assez peu prisée... Pensez hors des sentiers battus avec WEP !

Publié le 26 Novembre 2016 à 12h15 | | 1 avis

5 bonnes raisons de faire une année scolaire en lycée à l'étranger

Il est courant en France de faire ses années de collège puis de lycée sans interruption. Souvent la suite logique est de passer son Bac, d’entamer ses études supérieures puis éventuellement, au cours de celles-ci, de partir effectuer un semestre ou une année à l’étranger, ou d’entrer dans le monde du travail.

Alors que des milliers de jeunes Allemands, Belges, Italiens et autres Européens partent tous les ans à l’assaut de lycées étrangers, les jeunes Français eux sont plus frileux. Quand on part après sa 3ème, on doit faire sa 2nde après l’année passée à l’étranger, bien qu’on ait été scolarisé. De même, quand on part après sa 2nde, on doit faire sa 1ère à son retour, ainsi de suite. Et pourtant, les bénéfices retirés de cette expérience ont une valeur inestimable !

 

1. Une découverte culturelle enrichissante

C’est une opportunité unique d’expérimenter « de l’intérieur » un système scolaire étranger. Vivre aux Etats-Unis le homecoming en automne (semaine au cours de laquelle on fête la rentrée scolaire), se préparer à son prom au printemps (bal de promotion où l’on se rend en limousine, les filles revêtant leurs magnifiques robes longues chamarrées et les garçons leur smoking), participer à la graduation ceremony (avec cape and gown), la fameuse cérémonie de remise des diplômes, (avec chapeau et toge). Aller en cours avec des Japonais et apprendre la calligraphie du Pays du Soleil Levant. Découvrir la culture aborigène, la culture maori ou encore l’histoire latino-américaine... respectivement dans une High School en Australie, en Nouvelle-Zélande, ou un instituto en Argentine.

 

2. Une expérience humaine immersive

C’est partager le quotidien d’une famille qui habite à l’autre bout de la planète, qui très souvent devient sa "deuxième famille" avec toutes les différences que cela peut comporter : âges différents des parents, nombre et âges différents des frères et soeurs, environnement différent, milieu socio-culturel-économique différent...

Autant d’aspects auxquels l’adolescent français doit s’adapter et pour cela se montrer ouvert d’esprit, tolérant, flexible. Des qualités qui seront ensuite de véritables atouts de poids pour la poursuite d’études, la carrière, et tout simplement la vie personnelle.

WEP

 

3. L'apprentissage puis la maîtrise d'une langue étrangère

Sur le plan linguistique, le gain est inégalable car le jeune vit une immersion de tous les instants dans la langue du pays d’accueil, du fait qu’il va à l’école avec des jeunes du pays et qu’il vit dans une famille dont il fait partie intégrante, comme un enfant de cette famille.

Une fois franchie la barrière de la langue, il suffit souvent de deux mois pour comprendre son entourage, quelques mois supplémentaires pour comprendre les médias, encore quelques mois pour s’exprimer avec aisance et au bout d’une année scolaire (environ 9-10 mois), l'élève revient proche du bilinguisme (c’est-à-dire qu’on ne traduit plus du français dans la langue mais qu’on pense et qu’on s’exprime dans la langue d’accueil, sans transiter par le français).

➜ À voir aussi : Parler anglais est devenu indispensable pour trouver un emploi

Parler une langue permet aussi de tisser des liens, de mieux communiquer avec son entourage. Au cours de cette année scolaire, on se fait très souvent des amis pour la vie, des amis locaux, que ce soit sa famille d’accueil, les voisins, les camarades de classe à l'école mais aussi des amis du monde entier qui sont venus étudier dans le même pays. Chez WEP, on peut même se faire des amis avant d’aller dans sa famille d’accueil, en participant à un mini-séjour à New York (cf.vidéo ci-dessous) ou un mini-séjour à Montréal si on effectue un programme scolaire aux Etats-Unis ou au Canada.

 

4. Un gain de maturité

S’imprégner d’une culture différente, aller à la rencontre des autres, participer à des activités inconnues jusqu’alors sont un enrichissement et des souvenirs pour toute la vie. Aller à l’école en juillet-août dans l’Hémisphère sud (alors que ce sont les vacances d’été en France), et au contraire, aller à la plage avec son frère kiwi en Nouvelle-Zélande en janvier, passer Noël au soleil dans le jardin de sa famille australienne, assister à un match de hockey à Halifax (Canada), porter un uniforme dans son école en Equateur...

Ce sont ces petites choses qui font qu’on repousse les limites de sa zone de confort, qu’on grandit, qu’on devient plus respectueux et responsable. Il n’est pas rare que les parents dont l’enfant est parti une année scolaire à l’étranger à l’âge de 15 ans disent que ce même enfant est rentré avec un an de plus en âge mais deux ans ou plus en maturité.

 

5. Sortir du lot

A l’heure de la mondialisation, sortir des sentiers battus à un plus jeune âge va faire la différence. Si l’idée de la mobilité internationale entre de plus en plus dans le fonctionnement et les programmes de notre enseignement supérieur, celle de partir jeune, quand on est au lycée, ne l’est pas tout à fait.

➜ À lire aussi : 5 astuces pour améliorer son niveau d'anglais

Or, les bénéfices de partir mineur ou tout jeune majeur pour une longue durée, contrebalance aisément le fait d’avoir "un an de retard" dans son cursus français ou que ses copains – copines soient dans la classe supérieure au retour. En effet, contrairement à certaines idées reçues, plus on est jeune, mieux on s’adapte et plus on développe le sens critique, on gagne confiance en soi parce qu’on n’a pas peur de la différence, on acquière une meilleure connaissance de soi, de ses aptitudes, de ses limites, car on les a éprouvées.... On devient alors un jeune citoyen du monde.

Article sponsorisé par WEP

 

Les organismes linguistiques pour partir à l'étranger :

   

Les assurances pour votre séjour à l'étranger :

         

Les Universités à l'étranger :

         
Les avis sur cet article
daa aliga ulrich

20 / 20

j'aimerais continuer mes études en France pour obtenu de bon diplôme et travail aidez moi?
Par

daa aliga ulrich

- le 08 Juin 12h57
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis