Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Ecoles de l'internet : coup marketing ou vraies...

Ecoles de l'internet : coup marketing ou vraies formations ?

28 Mars 2011 à 00h00 | | 7 avis

Ecoles de l'internet : coup marketing ou vraies formations ?

Elles s'appellent EEMI, ESCEN, HETIC, Sup'Internet, et 3 d'entre elles ouvriront à la rentrée 2011. Les écoles de l'internet sont-elles des coups marketing ou de vraies formations ? MediaEtudiant.fr a étudié le cas de ces 4 établissements pour dresser un état des lieux.

L'EEMI, coup de pied dans la fourmilière

Le marché de l'emploi dans les métiers de l'internet  se développe, avec 700 000 emplois créés entre 1995 et 2009*. Et l'on voit se développer un nouveau type d'établissements : les écoles de l'internet, des formations dédiées à 100% aux métiers du web.

Le coup d'envoi médiatique a été donné lorsque 3 patrons emblématiques du web français ont annoncé la création de l'EEMI, "leur" école. Il faut dire que Jacques-Antoine Granjon (Vente-Privée), Xavier Niel (Free) et Marc Simoncini (Meetic) sont de sérieux clients du milieu. Si bien que l'information a rapidement fait le tour du web.

Dans les semaines qui ont suivi, 2 autres écoles ont été annoncées pour la rentrée 2011 : Sup'Internet et l'ESCEN


Pourquoi 3 nouvelles écoles en un an ?

N'assiste-t-on pas à un simple coup marketing, avec toutes ces écoles qui, d'un coup, fleurissent ? Denys Chomel, cofondateur d'HETIC (fondée en 2001), est bon joueur : "L'angoisse des entreprises de l'internet, aujourd'hui, c'est le recrutement. C'est une très bonne chose que des écoles s'ouvrent, car il va y avoir une vraie pénurie de professionnels."

Un point de vue partagé par ses concurrents. A l'EEMI, Stéphanie de Kerdrel explique que "des grands acteurs de l'internet indiquaient un manque dans le recrutement, que ce soit des grandes entreprises ou des PME. Aujourd'hui, il y a beaucoup de prestataires, mais ça ne suffit plus. Il faut aussi des spécialistes en interne."

Même constat de la part de Fabrice Bardèche, vice-président de IONIS Education Group (Sup'Internet), pour qui "les métiers de l'internet sont très mal couverts en France : on trouve beaucoup d'ingénieurs, mais pas suffisamment de personnes formées à un niveau intermédiaire."

Autre point sur lequel les établissements tombent d'accord : la nécessité de rendre les métiers de l'internet visibles. Pour Eric Combalbert, directeur de l'ESCEN, "ce sont des métiers peu connus. Les étudiants qui ont une utilisation d'internet pour les loisirs n'ont pas forcément l'idée d'y travailler. Les conseillers d'orientation, eux, sont pour l'instant peu informés."

L'occasion aussi de souligner que ces 4 écoles ne recrutent pas que des bacheliers S et ES mais aussi des titulaires d'un Bac L, et même de séries technologiques ou de bac pro.


4 écoles de l'internet complètement différentes

Les 4 établissements ont beau être d'accord sur le besoin de former des professionnels, le contenu des formations n'en est pas moins sensiblement différent.

Pour Eric Combalbert (ESCEN), il fallait créer "une école de commerce dédiée à l'internet, qui soit spécialisée et donne accès à des fonctions managériales, en proposant une formation en 5 ans". La durée de formation est d'ailleurs un des facteurs qui distinguent les écoles entre elles. Du côté de l'EEMI, Stéphanie de Kerdrel répond que "les formations généralistes durent trop longtemps. Pour nous, la durée optimale est de 3 ans."

Sup'Internet, l'ESCEN et l'EEMI proposent une ou plusieurs filières qui orientent vers un pôle de métiers spécifiques. Une philosophie aux antipodes de celle de l'HETIC, où Denys Chomel nous confie :

"Nous pensons qu'internet est une vraie révolution, qui entraine une transformation des territoires, de l'entreprise, de l'urbanisme... et pas seulement des métiers. La découpe entre écoles de commerce, de communication, et d'ingénieur est donc obsolète. Je pense que les gens se trompent en séparant le métier de graphiste des autres, par exemple. Il ne s'agit pas de dire que tout le monde doit tout savoir faire, mais il faut vraiment comprendre les différents métiers."


Fiches techniques des 4 établissements

Pour aller plus loin et vous faire votre propre opinion, voici un point sur les caractéristiques principales de l'HETIC, l'EEMI, Sup Internet et l'ESCEN. Vous pouvez également y retrouver un lien vers les interviews des responsables des 4 écoles.

HETIC : Hautes Etudes en Technologies de l'Information et de la Communication

  • HETICFormation : la formation regroupe les 3 pôles : ingénieur, commerce, et communication. Elle ne distingue pas ces 3 filières, les étudiants se spécialisent à travers les projets d'études et les stages ;
  • Durée des études : 5 ans ;
  • Diplôme : diplôme HETIC d'Expert en Ingénierie et Management de la Communication, reconnu au niveau I par l'Etat (établissement créé en  2001) ;
  • Stages : expérience pro à l'intérieur de l'école en 3ème et 4ème année, 4 mois en stage à temps plein, 6 mois en contrat pro à mi temps, 6 mois en contrat pro à temps plein ;
  • Prix : 5 650€ à 6 750€ (selon les années). Total : 24 650€ sur 5 ans (en tenant compte de la prise en charge des frais de 5ème année par l'entreprise) ;
  • En résumé ? "Une vraie école-entreprise" ;


EEMI : Ecole Européenne des Métiers de l'Internet

  • EEMI Formation : Une école des métiers d'internet en 3 ans. 20 métiers répartis sur 5 pôles : Gestion de projet, Web design et graphisme, webmarketing et innovation, programmation et développement multimédia, communication et suivi web ;
  • Durée des études : 3 ans ;
  • Diplôme : Le diplôme à bac +3 n'est pas reconnu par l'Etat pour l'instant (ce qui est normal puisque l'école ouvre cette année) ;
  • Stages : un stage chaque année ;
  • Prix : 9 500€ par an. Prix total : 28 500€ sur 3 ans. Pour l'année scolaire 2011-2012, les membres fondateurs financent une partie de la scolarité : les étudiants bénéficieront d'un tarif préférentiel de 6 500€ la 1ère année ;
  • En résumé ? "Les intervenants seront la vraie force de l'EEMI" ;


Sup'Internet

  • Formation : 3 filières : Business et Management de sites internet, Graphisme et Design, Développeurs et Techniciens Web ;
  • Durée des études : 3 ans ;
  • Diplôme : Le diplôme à bac +3 n'est pas reconnu par l'Etat pour l'instant (ce qui est normal puisque l'école ouvre cette année) ;
  • Stages : 4 mois en 1ère et 2ème année, 3/4 du temps en 3ème année ;
  • Prix : 4 900 à 5 400€ l'année. Total sur 3 ans : 15 700€ ;
  • En résumé ? "Des profils opérationnels avec des spécialisations métiers fortes" ;


ESCEN : Ecole Supérieur de Commerce et d'Economie Numérique

  • ESCENFormation : l'ESCEN a vocation à former aux métiers de l'internet à vocation managériale, marketing et communication ;
  • Durée des études : 5 ans ;
  • Diplôme : Le diplôme à bac +5 n'est pas reconnu par l'Etat pour l'instant (ce qui est normal puisque l'école ouvre cette année). En revanche, l'école permet d'obtenir un BTS au bout de 2 ans, reconnu par l'Etat ;
  • Stages : 5 stages (un par an) ;
  • Prix : 5 400€ à 6 800€, selon les années. Total : 30 800€ sur 5 ans (sauf pour la 2ème année de MBA, academic track : 9 800€) ;
  • En résumé ? "Une école de e-commerce avant tout" ;

 

En résumé, notre enquête nous a permis de distinguer de grandes différences entre ces écoles, et toutes représentent une vision des métiers. Y a-t-il un coup marketing derrière ces écoles ? Pour part, sans doute, mais on assiste aussi à l'évolution d'un milieu qui se professionnalise. Stéphanie de Kerdrel résume : "il y a de la place pour plusieurs établissements, qui préparent à des métiers incontournables".

Il peut sembler aventureux de choisir une école de l'internet. D'une part, 3 d'entre elles ouvrent pour la 1ère fois en septembre 2011. Il y a aussi la crainte de se fermer des portes en choisissant une formation 100% internet. Mais on peut aussi se dire que, étant donnée la taille du marché aujourd'hui, les opportunités seront nombreuses.

Reste à savoir si, dans les faits, les 3 nouvelles écoles sauront donner à leurs étudiants les clés de l'accès à l'emploi. Et ça, seuls les premiers diplômés le découvriront...

A.S.

 

*source : Owni.fr

Les avis sur cet article
ExpérienceEEMI

4 / 20

Aller à l'EEMI c'est perdre plus de 8k € / an + 3 à 5 ans de sa vie Si votre objectif est de faire du web passez votre chemin
Par

ExpérienceEEMI

- le 16 Janvier 20h31
Nicolas Dray

4 / 20

Je suis aller en 2011 à l'EEMI C'est une grosse arnaque niveau prix c'est que des mecs qui ont rater leurs Etudes et qui savent pas où aller et les cours c'est vraiment de la grosse metde
Par

Nicolas Dray

- le 18 Décembre 01h28
Plus de commentaires
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis