Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

"J'ai mis 4 ans à trouver ma voie mais je ne r...

"J'ai mis 4 ans à trouver ma voie mais je ne regrette rien !"

Media Etudiant poursuit sa série sur ces jeunes qui se sont réorientés quelques années après leur bac. Parce qu'on a tous le droit de se tromper, et que ce que vous envisagez de faire après l'obtention de votre bac 2013 n'est peut-être finalement pas ce que vous ferez dans 5 ou 10 ans ! Aujourd'hui, c'est Anne-Gaëlle qui nous fait part de son expérience...

10 Juin 2013 à 09h17 | | 0 avis


Mon profil

J'ai aujourd'hui 27 ans ça fait 9 ans que j'ai passé mon baccalauréat, série scientifique.
J'ai obtenu un DEUG de Biologie
J'ai fait une licence de Lettres Modernes
Je suis actuellement en Master professionnel "Métiers de la rédaction".
Je suis aussi en stage dans une entreprise web en tant que rédactrice.
  • J'ai 27 ans et cela fait 9 ans que j'ai passé mon baccalauréat, série littéraire option anglais renforcé
  • J'ai obtenu une licence de psychologie
  • Puis j'ai obtenu un DUT Services et Réseaux de Communication suivi d'une licence professionnelle en Marketing Digital
  • Je suis actuellement responsable éditoriale pour un site internet


Un bac L plutôt qu'un bac ES

Au lycée, j'étais plutôt moyenne et je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie. Certaines personnes savent très vite où elles veulent aller, mais ce n'était pas du tout mon cas. Difficile donc, en seconde, de savoir vers quel bac j'allais me tourner. Le bac scientifique était exclu d'emblée, car je n'avais aucun goût pour les mathématiques ou la physique. J'hésitais donc entre un bac ES ou un bac L, avec un léger penchant pour le bac littéraire. En effet, je me sentais plus d'attrait pour les lettres et la philo que pour l'économie et les statistiques. 

Le problème, c'est qu'aujourd'hui, lorsqu'on envisage de faire un bac L, on se heurte à l'incompréhension de son entourage. Un bac ES, passe encore, mais un bac L ? Que peut-on bien faire avec ça, ce n'est même pas un vrai diplôme ! J'exagère si peu... On m'a même dit que j'étais dingue de vouloir suivre cette voie. D'autres ont insinué que je ne devais vraiment pas être douée pour en arriver là. Mais peu importe, c'est finalement la voie que j'ai choisie.

2 ans plus tard, j'ai obtenu mon bac littéraire du premier coup, mais de justesse, avec des résultats au bac assez moyens. Malheureusement, je n'avais eu que 10 à mon épreuve de philo, et avec un coefficient 7, ça compte. Cela n'a pas été un problème pour autant : je ne courais pas après une mention puisque que je n'en avais pas besoin. A la rentrée suivante, j'ai intégré une licence en sciences humaines mention psychologie avec l'envie de devenir psychologue clinicienne


La fac de psycho : le test de motivation

C'est là que je me suis heurtée aux réalités de la fac. 500 étudiants en première année, 200 en 3ème et seulement 30 places en master. Les cours me plaisaient beaucoup, je trouvais cette filière vraiment intéressante, mais au fond de moi, je ne pouvais m'empêcher de penser : "Et si tu n'y arrives pas ?". J'avais l'impression qu'il y avait beaucoup de gens bien plus motivés que moi. Ajoutez à cela l'organisation désastreuse de l'université et, arrivée au milieu de ma 2ème année, j'ai pris la décision d'arrêter, démotivée.

J'ai tout de même passé ma licence et j'ai décidé de me réorienter, comme plusieurs de mes amies. Certaines sont parties tenter leur chance comme profs, d'autres comme infirmières. Moi, j'ai intégré un Brevet Professionnel de préparatrice en pharmacie en apprentissage, ce qu'avait fait l'un de mes proches. Cela ne s'est malheureusement pas bien passé et, à bout de nerfs, j'ai mis un terme à cette formation au bout de quelques mois.

Retour à la case départ. J'avais 22 ans, et pas d'autres bagages qu'une licence en psycho. Je me suis retrouvée au chômage pendant plusieurs mois, au cours desquels Pôle Emploi ne m'a proposé que des contrats de 15 heures par semaine comme femme de ménage. 


Le DUT SRC, la renaissance

Pendant cette période, j'ai pris le temps de m'interroger sur ce que j'aimais vraiment faire. Passionnée de nouvelles technologies, on m'a parlé du DUT SRC, une formation dans le web mêlant communication, graphisme et développement. J'ai envoyé ma candidature et j'ai été acceptée.

Là, enfin, je me suis sentie dans mon élément. Je me suis véritablement épanouie au cours de ces 2 années : j'ai trouvé ce que je voulais faire de ma vie et j'ai aussi rencontré de nombreuses personnes qui partageaient les mêmes centres d'intérêt que moi. Bien sûr, j'étais parmi les plus âgés de ma promo mais ça ne m'a pas dérangé. Au contraire, je pense même que ça m'a donné plus confiance en moi. J'ai terminé ma formation dans les 15 premiers du classement. J'ai poursuivi avec une licence professionnelle en alternance en Marketing Digital, que j'ai obtenue en 2011 avec une bonne moyenne. J'ai trouvé un emploi directement après mon diplôme et je n'ai, depuis, pas envisagé de changer de voie. 

Au final, j'ai passé 4 ans à errer dans l'enseignement supérieur, mais c'est le temps qu'il m'a fallu pour découvrir ce que je voulais vraiment faire. Alors si je peux donner un conseil, c'est celui-ci : ne vous mettez pas la pression. Si vous vous apprêtez à passer le bac mais ne savez pas encore ce que vous allez faire, ce n'est pas grave ! Rappelez-vous que vous avez le droit de vous tromper et de changer d'avis. 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis