Les dossiers du mois :

Rentrée décalée

N'attend pas la prochaine rentrée pour te réorienter !

➜  Voir le dossier

 

Parcoursup 2020

Calendrier, formations, nouveautés, méthodo, conseils !

➜  Toutes les clés

 

Réforme du bac 

Nouvelles matières, nouvelles modalités d'évaluation, actualités 

➜  Tout sur le Bac 2021

 

Rapport de Stage

Méthodologie étape par étape et exemples  :

➜ Voir le dossier

 

 

#digiMentor : les conseils d'orientation de Nathalie Hector, directrice du programme Grande Ecole de l'EM Lyon

 

 

 

étudier à l'étranger

 

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

 

 

Le handicap est-il mieux encadré par les unive...

Le handicap est-il mieux encadré par les universités ?

En juillet, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a fait le point sur les avancées concernant l’inclusion des étudiants handicapés à l'université. Bilan : si des progrès sont à souligner, des améliorations restent à faire dans certains domaines.

Publié le 29 Juillet 2019 à 11h44 | | 0 avis

Le handicap est-il mieux encadré par les universités ?

Le 10 juillet dernier, Frédérique Vidal s’est exprimée pendant son audition par la commission d’enquête sur l’inclusion des élèves handicapés dans l’école et l’université. Concernant les étudiants, l’enjeu le plus important reste l’accessibilité à l’ensemble des bâtiments. « Les enquêtes montrent que 67 % du parc ESR (NdA : Enseignement  supérieur et recherche) est accessible et fonctionnel. En ce qui concerne les bâtiments totalement non accessibles entre 2012 et 2018, on est passé de 18 % du parc non accessible du tout, à 12 % », a annoncé la ministre, citée par News Tank Education.

 

Les mesures déjà existantes pour faciliter l’inclusion des étudiants handicapés

Ces dernières années, plusieurs mesures ont été mises en place dans le but de faciliter l’accès des personnes handicapées à l’université. La Loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, votée en 2005, a été l'une des premières. Elle a été promulguée afin de faciliter l'accès des personnes en situation de handicap à tous les aspects de la vie sociale (éducation emploi, transports, etc). Cette loi a été suivie, entre autres, par la charte « Université handicap de 2007 », qui permettait quant à elle de créer des dispositifs d’accueil adaptés aux étudiants en situation de handicap. C'est-à-dire que, via des services dédiés au sein de l'enseignement supérieur, les équipes médicales et pédagogiques définissent un plan d'accompagnement de l'étudiant avec l'étudiant lui-même. La première charte handicap de la Conférence des grandes écoles a finalement été signée en février 2019. Cette charte a été à l'origine de la remise de treize bourses de mobilité internationale à des étudiants en situation de handicap.

Outre ces mesures, Frédérique Vidal a tenu à préciser que depuis cette année la plateforme Parcoursup permettait l’inclusion des étudiants handicapés. En effet, toutes les formations inscrites sur Parcoursup sont dotées d’un référent handicap. Il est également possible de remplir une fiche de liaison, présente sur la plateforme, afin d’indiquer les modalités d’accompagnement dont les étudiants ont bénéficié pendant leur parcours. Cette fiche est transmise à la CAES (commission d'accès à l'enseignement supérieur), qui est chargée du réexamen des candidatures. Selon la ministre, « 504 demandes de droit au réexamen ont été adressées aux CAES, 471 propositions ont été faites et 408 ont été acceptées ».

Enfin, la ministre a évoqué l’arrêté licence, publié en juillet 2018, qui permet notamment d'aménager plus largement le rythme des cours à l'université en prenant en compte les contraintes spécifiques de certains étudiants, dont ceux en situation de handicap.  « Un pas supplémentaire » selon Frédérique Vidal, qui « permet d’aller plus loin dans la construction de ces parcours modulaires permettant dès le premier cycle de se spécialiser progressivement, de valider à son rythme les crédits nécessaires pour l’obtention d’une licence ».

➜ À voir aussi : Phase complémentaire de Parcoursup : dans les coulisses de la CAES

 

Quelles évolutions reste-t-il à apporter pour l’accueil des étudiants handicapés ?

Plusieurs questions ont été soulevées par les députés après l’intervention de Frédérique Vidal, rapporte News Tank Education. Différents chantiers doivent ainsi être explorés afin d’améliorer encore les conditions d’accueil des étudiants handicapés à l’université. 

En réponse aux députés, la ministre a assuré que le gouvernement travaillait sur la mobilité des étudiants en situation de handicap, l’aménagement des logements et des universités ainsi que l’accompagnement du travail personnel. Se pose également la question des tiers temps, qui suscite des interrogations chez les députés. En effet, chaque épreuve est encadrée par des textes réglementaires, alors que le tiers-temps consiste en un dépassement du temps de ces épreuves. Il y aurait donc une incompatibilité des textes, selon la députée Cécile Rilhac (LREM, Val-d'Oise) qui concerne en particulier les épreuves longues et sur laquelle Frédérique Vidal a assuré qu’elle se pencherait.

Enfin, concernant l’autocensure des jeunes personnes handicapées vis-à-vis de l’enseignement supérieur, la ministre a déclaré que « la meilleure façon de vaincre l’autocensure est d’être extrêmement accueillant et ne jamais faire sentir à ces étudiants que ce sont des poids ».

➜ À voir aussi : Parcoursup 2019 : quels dispositifs pour les candidats en situation de handicap ?