Les dossiers du mois :

Parcoursup 2020

Calendrier, formations, nouveautés, méthodo, conseils !

➜  Toutes les clés

 

Réforme du bac 

Nouvelles matières, nouvelles modalités d'évaluation, actualités 

➜  Tout sur le Bac 2021

 

Rapport de Stage

Méthodologie étape par étape et exemples  :

➜ Voir le dossier

 

 

#RENTREE 2020 : tout savoir sur la rentrée au lycée (protocole sanitaire, calendrier, positionnement)

 

 

 

étudier à l'étranger

 

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

 

 

[Sondage] 51,3% des étudiants ont été témoi...

[Sondage] 51,3% des étudiants ont été témoins de sexisme ou de discrimination dans leur formation

A l’occasion de la Journée des droits des femmes, digiSchool a sondé sa communauté afin de savoir si elle avait déjà été confrontée aux problèmes de harcèlement sexuel et de discrimination au sein d'une formation. Si 28,5% des sondés affirment en avoir été victimes, 51,3% affirment en avoir été témoins. Face à ce problème sociétal, il semble que les formations commencent, petit à petit, à mettre en place des solutions.

Publié le 06 Mars 2020 à 12h19 | | 0 avis

[Sondage] 51,3% des étudiants ont été témoins de sexisme ou de discrimination dans leur formation

Le 16 janvier dernier, 514 étudiants de grandes écoles de commerce ont publié une tribune afin de dénoncer le sexisme, l'homophobie et le racisme qui étaient présents dans leurs établissements. digiSchool a voulu donner la parole sur ce sujet à sa communauté. Nous en publions les résultats à l'occasion du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes. Le sondage a été effectué entre le 13 février et le 5 mars 2020, sur un échantillon de 301 étudiantes et étudiants post-bac, de bac+1 à bac+5. La majorité d'entre eux sont issus de licence ou de master en université (52%), de BTS (23,5%) et de bachelor, PGE ou master en Grande Ecole (12,8%).

 

La moitié des étudiants témoins de harcèlement sexuel ou de discrimination

A la question « As-tu déjà été victime de harcèlement sexuel, de sexisme ou de discrimination dans ta formation ? », 28,5% des sondés répondent par l’affirmative.

Les sondés qui ont apporté leur témoignage rapportent des situations tristement banales. Une étudiante évoque ainsi du « sexisme "ordinaire" par un camarade estimant qu'une femme est moins capable de faire des études supérieures ». Plusieurs jeunes femmes évoquent ainsi leurs difficultés d’étudier dans des filières avec une majorité masculine, où leurs compétences sont remises en cause. « En tant que femme, il était normal que je n'aie pas de facilités en informatique », rapporte l'une d'elles. 

Sur le plan des discriminations, des personnes interrogées évoquent des mises à l’écart dues à leur couleur de peau, ou des moqueries de la part de leurs professeurs. « J'ai eu un professeur de français qui se moquait de mon accent et faisait des blagues sur mon pays d'origine pour les autres élèves », écrit l'une d'elles.

Si une majorité de sondés n’a pas été victime de harcèlement, ils sont en revanche 51,3% à avoir été témoins de harcèlement sexuel, de sexisme ou de discrimination au sein de leur formation. Parmi eux, 84% disent avoir été témoins de blagues lourdes (sexistes, racistes ou homophobes) prononcées entre étudiants. 37,4% déclarent avoir vu des groupes de discussions aux sujets discriminatoires circuler sur internet (comme des classements des « plus belles élèves », des montages photos par mail ou sur les réseaux). Et 30,7% ont été témoins de gestes déplacés, comme une caresse inappropriée ou une main aux fesses.

Enfin, 15,4% de personnes interrogées reconnaissent avoir déjà fait une blague trop lourde à une ou un autre étudiant, en rapport avec ses origines ou son genre.

➜ À voir aussi : 8 mars : jeune fille, tu peux choisir l'orientation que tu veux

 

Les étudiants s’informent sur les problèmes du sexisme et des discriminations

La bonne nouvelle, c’est que les étudiants sont plutôt informés sur les sujets du harcèlement sexuel, du sexisme et des discriminations. Ils sont en effet 50,7% à affirmer régulièrement s’informer et « trouver ces sujets importants ». 31,9% se renseignent sur ces sujets quand ils font la une de l’actualité, et 17,4% disent ne « pas vraiment » s’y intéresser.

Le mouvement #metoo a des conséquences dans l'enseignement supérieur, puisque 49% des sondés pensent qu'il a contribué à libérer la parole des étudiants. 35,7% ne connaissent pas ce mouvement, et 15,3% affirment que les problèmes de sexisme continuent dans leur établissement malgré #metoo.

Malheureusement, 63,8% des étudiants interrogés par digiSchool affirment qu’aucune action de prévention n’est menée dans leur établissement concernant le harcèlement sexuel et les discriminations. Pourtant, les choses avancent petit à petit. En effet, 17,1% des personnes sondées affirment que « la direction de leur école/université/établissement est consciente des problèmes de harcèlement et communique sur le sujet ». De plus, 19,1% des étudiants interrogés disent qu’une ou plusieurs associations de leur établissement mènent des actions sur ce thème.

➜ À voir aussi : Harcèlement sexuel en milieu étudiant : une lente prise de conscience

 

Quelques actions menées au sein des formations contre le sexisme et les discriminations, citées par les étudiants :

« Des "cafés stratégiques" sont régulièrement organisés pour discuter des problèmes du sexisme ou de la queerphobie. »

« On a le programme EQUAL.ID à Toulouse Business School pour l’égalité femmes-hommes. »

« L’université met en place des rondes régulières aux alentours du campus. »

« Il y a des affiches sur les murs qui donnent un numéro ou un site avec lesquels on peut se confier. Sur notre groupe facebook, des jeunes ont également partagé une interview youtube pour qu’on rejoigne le mouvement. »

« Nous avons des événements entre 12h et 14h dans la caféteria et le restaurant universitaire. Le repas est gratuit, et un intervenant vient communiquer au ce sujet du harcèlement sexuel et des discriminations. »

« Il y a très peu de filles au lycée professionnel, du coup dès qu'il y a une remarque sexisme ou autres, les enseignants et le personnel de l'établissement prennent des mesures très strictes. »

Infographie : harcèlement sexuel et discriminations