Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les rattrapages vont-ils être supprimés à l'...

Les rattrapages vont-ils être supprimés à l'Université ?

Après le scandale des copies blanches et alors que le ministère de l’Éducation nationale annonçait hier des mesures en faveur du pouvoir d’achat des étudiants, une nouvelle affaire vient bouleverser ce début de vacances.

Publié le 07 Juillet 2016 à 09h42 | | 0 avis

Les rattrapages vont-ils être supprimés à l'Université ?

Lyon-I, Strasbourg, Avignon, Brest et Bordeaux devaient tester ce dispositif

En 2012, l’université alsacienne a instauré l’évaluation continue comme seul mode d’examen, supprimant ainsi les rattrapages. Les tribunaux lui ont rapidement enjoint de rétablir les rattrapages, estimant que cette mesure était illégale. Pourtant, un projet d’arrêté permettant aux universités de Lyon-I, Strasbourg, Avignon, Brest et Bordeaux d’expérimenter ce dispositif figurait jusqu’à très récemment à l’ordre du jour du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) qui se tiendra lundi 11 juillet.

➜ Rentrée 2016 : Le coût de la vie étudiante ne connaîtra pas de hausse

 

Il n’y aura pas d’expérimentation

Le secrétariat d’État à l’enseignement supérieur avait demandé aux universités participantes de faire voter dans leurs conseils le principe du dispositif en juin. Pourtant, cette expérimentation n’aura pas lieu. L’UNEF, premier syndicat étudiant, a eu raison de ce test.

➜ À voir : Scandale des copies blanches : vers un renforcement des contrôles d'assiduité ?

 

Un lien avec la loi travail?

Alexandre Leroy, président de la FAGE, s’est exprimé récemment à ce sujet dans le Monde: "Après la mobilisation contre la loi travail et à la veille de la négociation sur la sélection en master, le gouvernement ne veut pas faire de vague". Jean-Loup Salzmann, président de la conférence des présidents d’université (CPU), n’y est pas non plus allé de main morte: "le gouvernement préfère entendre l’UNEF plutôt que l’ensemble des représentants de la communauté universitaire".

➜ À lire : Le service civique va-t-il devenir obligatoire pour les 18-25 ans ?

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis