Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Le gouvernement fournira une aide aux étudiant...

Le gouvernement fournira une aide aux étudiants étant dans une université loin de chez eux

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, a annoncé le jeudi 12 juillet sur Europe 1 que les frais d'inscription à l'université allaient baisser et qu'une aide à la mobilité serait accordée aux étudiants. Tout cela, dès la rentrée 2018.

Publié le 16 Juillet 2018 à 18h09 | | 0 avis

Le gouvernement fournira une aide aux étudiants étant dans une université loin de chez eux

 

Frédérique Vidal, lors de cette fameuse interview sur Europe 1, a parlé des nombreuses mesures qui seront mises en place dès cette rentrée pour aider les étudiants. Ainsi, le gouvernement va baisser les frais de scolarité : ils passeront de 184 euros à 170 euros pour la licence. Les frais en master passeront de 256 à 243 euros. Les étudiants seront affiliés au régime général de la Sécurité sociale. Ils devaient auparavant cotiser à une sécurité sociale étudiante qui coûtait 217 euros. L'aide la plus novatrice est bien celle apportée aux étudiants qui sont loin de chez eux et appelée « aide à la mobilité ».

 

Une aide financière pour choisir sa formation

Frédérique Vidal a déclaré qu'une enveloppe de 7 millions d'euros a été débloquée pour l'aide à la mobilité. Par exemple, si un étudiant veut faire une formation loin de chez lui, mais qu'il n' a pas les moyens de se déplacer et de se loger dans une autre ville, le gouvernement l'aidera. La somme versée ira de 200 à 1000 euros par étudiant, selon sa situation financière ou celle de ses parents. Selon la ministre de l'Enseignement supérieur, cette mesure devrait concerner près de 10 000 jeunes. L'idée est venue à Frédérique Vidal l'été dernier, lorsqu'elle a rencontré une étudiante qui avait été acceptée dans une formation très sélective, mais le coût de transport et de logement était tel qu'elle a fini par renoncer. « Je me suis dit que c'était extrêmement dommage d'être contraint par ce genre de question »,  a-t-elle ajouté à la matinale d'Europe 1. La somme de l'aide à la mobilité va venir s'ajouter à l'APL.

➜ À voir aussi : Universités : Frédérique Vidal annonce la création de 10 000 places supplémentaires

 

Une solution pour placer tous les étudiants

Même si la ministre se réjouit que la plupart des élèves sur la plateforme Parcoursup aient trouvé une formation, il y en a près de 130 000, comme elle le dit dans l'interview, qui sont laissés de côté. Ils sont aidés par des commissions rectorales. Si un élève est accepté dans un établissement mais qu'il ne peut s'y rendre pour des raisons de coût, c'est un élève qui reste sans formation. C'est donc un problème de plus pour le gouvernement. La ministre l'admet elle-même : « L'objectif est que lorsque l'on propose des places aux lycéens dans des filières qui les intéressent, et c'est ce que font les commissions rectorales, si ces filières sont éloignées et que les jeunes hésitent à accepter à cause de cet éloignement, on peut leur proposer cet accompagnement financier. »

➜ Voir le dossier : Université