Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

«Il faut être polyvalent et sensible aux nouv...

«Il faut être polyvalent et sensible aux nouvelles technologies», témoigne Louis, pharmacien

Témoignage - Après avoir travaillé en hôpital et dans diverses pharmacies de ville ou de campagne, Louis a repris une pharmacie de campagne dans le Lot et Garonne. Il nous raconte sont parcours pour devenir pharmacien.

Publié le 10 Mai 2017 à 17h24 | | 0 avis

«Il faut être polyvalent et sensible aux nouvelles technologies», témoigne Louis, pharmacien

Qu’est-ce qui vous a orienté vers l’univers de la santé et de la pharmacie ?

"Mon entourage travaillait dans le secteur de la santé, mes parents étaient médecins. J'ai donc été attiré très tôt par les métiers de la santé. Les études de pharmacie m’ont plu pour leur côté scientifique. On y touche à la chimie, à la physique, etc."

 

Quelle a été votre formation ?

"J’ai fait mes études à la faculté de pharmacie de Lille 2. J’ai passé mon doctorat en pharmacie, c’est le grade nécessaire pour pouvoir exercer en officine."

➜ A faire : Testez vos connaissances sur les études de santé

 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel ?

"J'ai terminé mes études en 2000, mes premiers postes ont été des remplacements pour les congés dans différentes pharmacies de ville ou de campagne.

En 2002, j'ai obtenu mon premier poste stable en tant qu’assistant pharmacien. Je suis resté deux ans.

J'ai ensuite repris, en 2004, une petite officine de centre ville sur Lille, que j'ai revendue en 2008.

J’ai alors repris des remplacements, à l'hôpital cette fois, et j'ai travaillé dans le milieu de l'oxygène médical jusqu'en 2013. A ce moment-là j’ai repris une officine de campagne dans le 47 (Lot et Garonne)."

 

En quoi consiste votre activité au quotidien, quand vous êtes dans une officine ?

"L'activité principale se passe au comptoir avec la délivrance et les conseils pour les délivrances. Il y a aussi la gestion du stock qui prend beaucoup de temps (négociations avec les fournisseurs, passage des commandes...)."

 

Que pensez-vous du métier de pharmacien aujourd’hui ?

"C'est un métier ou il faut beaucoup de polyvalence car on touche à beaucoup de domaines lorsqu’on est titulaire de pharmacie. De plus, le métier est en train d'évoluer avec l'arrivée des nouvelles technologies, sans parler de la baisse des marges qui nous oblige à gérer au plus près les dépenses et optimiser le stock de l'officine."

 

Est-il difficile d’y démarrer ?

"Travailler en tant que pharmacien est toujours possible, notamment par le biais des remplacements. Mais reprendre une officine devient plus difficile car les banques demandent un apport plus important qu'autrefois.

De plus, Internet ou les circuits de grande distribution nous ont pris des parts de marché. L'installation est néanmoins plus aisée en campagne ou notamment on peut bénéficier d'exonération fiscale, par exemple, lorsqu’on choisit de créer ou de reprendre une officine située dans une ZRR (zone de revitalisation rurale)."

 

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui veut se lancer dans le métier ?

"Même si l’officine reste la voie la plus empruntée, il faut savoir que les études de pharmacie peuvent mener à plein de métiers différents, On peut très bien travailler en pharmacie à l'hôpital ou dans l'industrie...

Et, comme je l’ai dit précédemment, reprendre une officine reste possible, surtout si on ne rechigne pas à aller en milieu rural où il y a une réelle demande."

➜ Notre dossier à découvrir : Comment réussir la PACES ?