Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Numerus clausus 2017 : Sage-femme (Maïeutique)

Numerus clausus 2017 : Sage-femme (Maïeutique)

Sage-femme est un métier du monde médical qui a pour mission d'assurer un suivi pré et postnatal avant même de s'occuper de l'accouchement. Il faut avoir un excellent sens du relationnel, une solide stabilité émotionnelle et beaucoup d'endurance.

Publié le 12 Janvier 2017 à 11h50 | | 2 avis

Numerus clausus 2017 : Sage-femme (Maïeutique)

Une sage-femme est parfois amenée à travailler de nuit et c'est souvent le cas. Et comme son nom l'indique, il faut une certaine sagesse pour pouvoir excercer un tel métier, maîtriser ses émotions, garder les pieds sur terre en ayant une grande résistance physique et mentale.

 

Le numérus clausus 2017 sage-femme

Entre 2015 et 2016 le nombre de places accordées pour effectuer des études de sage-femme en France avait perdu onze places. Il était de 1 005 places en 2016 contre 1 012 en 2015.

Cette année, le numerus clausus 2017, publié par le Journal Officiel, a de nouveau baissé en nombre de places (cinq places en moins), soit 1 000 places. Cette baisse ne concerne que l'Université de Lorraine.

➜ Voir le dossier : Tout savoir sur le Numerus Clausus 2017 en PACES

 

Les rôles et compétences d'une sage-femme

  • Assurer un suivi prénatal : Elle aura pour rôle de préparer la future maman à l'accouchement, mentalement et physiquement. Durant cette période la sage-femme se contente d'informer et de prévenir la mère enceinte.
  • L'accouchement : Pour 70% des cas, la sage-femme est seule à assurer l'accouchement, étape par étape elle surveille et guide la personne jusqu'à la naissance du nouveau-né. 
  • Assurer un suivi postnatal : Les jours après l'accouchement, la sage-femme surveille l'état de santé de l'enfant et en cas de besoin, prodigue des soins à la mère.

Pour mener une telle activité, on demandera à la sage-femme de posséder un excellent sens du relationnel, une bonne condition physique et un moral d'acier. Il faut gagner la confiance des femmes enceintes, les aider, les soutenir à tout moment.

Il n'y a pas d'heure pour un accouchement, c'est pourquoi la sage-femme doit être disponible et rester professionnelle de jour comme de nuit. De plus, entre la pression, le rythme soutenu et les émotions il faut qu'elle arrive à garder son sang froid.

➜ À voir aussi : La PACES, ou Première Année Commune des Etudes de SantéE

 

Le parcours scolaire d'une sage-femme

Pour devenir sage-femme 5 années d'études (post-bac) sont nécessaires : une année à l'université et quatre autres dans l'une des 38 écoles de sages-femmes agréées.

Les études de sage-femme font partie de ces cursus soumis au numerus clausus dès la première année en faculté de médecine, la PACES. Un concours au nombre de places restreint, puisque seulement 20% des étudiants y sont admis.

 


L'INSEEC propose des formations spécialisées dans le domaine de la santé :

Il y a une quinzaine d’années, s’appuyant sur l’expertise de son corps professoral et sur la notoriété du programme « Grande Ecole », l’INSEEC a ouvert, d’abord à Paris puis à Bordeaux, Lyon, Chambéry et Londres, des programmes Masters of Science & MBA spécialisés en 1 ou 2 ans (niveau Bac+4/5), sanctionnés par un Titre certifié RNCP niveau I. Parmi eux, on trouve notamment la formation « Directeur des Etablissements de Santé ».

Les avis sur cet article
bibilolo

4 / 20

Médiocre, c'est un métier passionnant mais pas assez reconnu. Les sages-femmes ont une très lourde responsabilité, elles appartiennent au corps médical mais n'ont pas du tout la reconnaissance du médecin. et pourtant, elles sont aussi comptétentes que lui dans leur domaine. Vous ne faites en rien ressentir cette responsabilité. J'ai accouché deux fois à la maison et seule une sage-femme était présente. De la folie, diriez-vous... Eh bien non ! J'avais constitué un dossier à l'hôpital qui permettait en cas de problème une prise en charge aussi rapide que pour n'importe quelle "patiente " mais l'accouchement fut beaucoup plus agréable que celui de la clinique. Un seul point : la sage-femme doit être sécurisante et ma confiance témoigne de ses hautes responsabilités et des qualités techniques et médicales dont la sage-femme doit témoigner. Pour mon expérience, la première a montré beaucoup plus compétence et s'est ainsi montrée plus sécurisante que la seconde. Plusieurs femmes firent le même constat. Mais, c'est comme un médecin, cela dépend des qualités de la personne. Docteur en Pharmacie
Par

bibilolo

- le 06 Janvier 15h46
Naiki

4 / 20

il a été oublié - comme c'est étrange - que les sages femmes font aussi des suivis de grossesse ,de la déclaration de naissance et de toutes les consultations de grossesse, prescrivent les examens ,donnent des conseils dietétiques et orientent les femmes auprès des gynécologues si il y a problème qu'elles savent dépister et prescrivent des arrets de travail de 15 jours .Nous sommes une profession médicale avec un Ordre des Sages femmes .Et nous sommes encore en GREVE pour que ce statut soit reconnu .
Par

Naiki

- le 07 Janvier 14h02