Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Numerus clausus 2014 : le débat étudiant

Numerus clausus 2014 : le débat étudiant

Publié le 13 Janvier 2014 à 16h10 | | 0 avis

Numerus clausus 2014 : le débat étudiant

digiSchool média est allé à la rencontre des étudiants de la faculté de médecine de l'université Claude Bernard Lyon 1 après l'annonce du numerus clausus 2014. Les étudiants en PACES ou ceux ayant déjà franchi l'obstacle de la première année s'interrogent sur ce système de sélection. Tous s'accordent à dire qu'il y a un problème mais les solutions ne sont pas toujours facile à trouver.

 

Numerus Clausus 2016

 

"Ce n'est pas très clair tout ça"

Sur la vingtaine d'étudiants interrogés aux abords de la faculté de médecine de Lyon 1, une écrasante majorité ne comprend pas bien le système de sélection pour les études de santé, et donc le numerus clausus. Matthieu, en 2ème année de médecine, n'approuve pas le côté trop restrictif du numerus clausus : "Il faut être capable de battre tout le monde, même si c'est une mentalité que je n'aime pas beaucoup. C'est très difficile à vivre la compétition comme ça."

Pour Rémi, étudiant en quatrième année de médecine, c'est la définition même du numerus clausus qui pose problème : "Pour nous, étudiants en médecine, le numérus clausus, on ne sait pas vraiment sur quel terme et sur quelle base il est défini. Ce n'est pas très clair tout ça."

Retour en image sur les questions que se posent les étudiants sur la pertinence du numerus clausus

 


Quelles solutions proposent les étudiants ?

Face à ce scepticisme entourant le numerus clausus, que proposent les étudiants pour améliorer ou changer ce système de sélection ? Pour Rémi, notre étudiant en médecine, le problème se trouve là : existe-il une autre solution ? Pas sûr : "Critiquer c'est une chose, mais est-on capable de proposer d'autres solutions, moi je n'en suis pas capable. Élargir le numerus clausus, oui, mais pourquoi, pour une plus forte concentration de médecins en ville ? "

En revanche pour Matthieu, une solution est toute trouvée et existe même déjà. Si pour lui, le numerus clausus est "stupide", il faudrait prendre exemple sur une licence santé qui propose un concours à la fin de la 3ème année et non à la fin de la 1ère comme c'est le cas actuellement. Cette fameuse licence santé, notamment délivrée à Caen selon Matthieu, semble plus pertinente : "c'est beaucoup plus approprié comme système de fonctionnement. Ça permet aux étudiants de se faire une idée sur tous les métiers et de se dire : ok j'avais voulu être médecin mais faire autre chose ce n'est pas si mal."

Il est vrai qu'à l'heure actuelle, les étudiants qui ne passent pas le cap de la première année (plus de 75% chaque année) ne peuvent se faire une idée quant aux multiples métiers possibles dans la filière santé.


Découvrez l’école d’ostéopathie ESO SUPOSTEO

ESO SUPOSTEO

ESO SUPOSTEO

L'Ecole Supérieure d'Ostéopathie est une école d'ostéopathie en 6 ans agréée par l'État. Située à Champs-sur-Marne (77), l’école recrute directement après le Bac et accueille la plus grande clinique ostéopathique de France.

Dossier spécial ESO SUPOSTEO | Site internet de l'école

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis