Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Études de médecine : la fin du concours en pr...

Études de médecine : la fin du concours en première année ?

Le gouvernement signera peut-être la fin du numerus clausus des études de médecine en supprimant le concours en fin de première année. Des compromis sont envisagés pour remplacer le système traditionnel.

Publié le 06 Septembre 2018 à 16h00 | | 0 avis

Études de médecine : la fin du concours en première année ?

Un concours de fin d'année remis en cause

Selon France Info, l'année dernière, 8 200 candidats sur 60 000, soit 15% environ, ont réussi le concours en fin de première année de médecine et sont passés en seconde année. 

D'après le président Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe, cette sélection ne garantit pas que les admis seront de très bons médecins. Ce serait peut-être trop tôt pour juger tel ou tel étudiant comme prometteur. En effet, la sélection devrait être plus diversifiée afin de ne pas privilégier ceux qui ont simplement les moyens de faire une prépa, de redoubler, soit d'assumer pleinement leurs études.

L'idée serait donc de remplacer ce concours de fin de première année par des partiels, comme dans la plupart des formations universitaires. Attention, la sélection serait toujours d'actualité, mais plus sous la même forme.

➜ À voir aussi : Numerus Clausus 2017 en chiffres

 

Deux solutions envisagées

Si le système actuel ne convient plus et semble inefficace, voire injuste, le principe de sélection reste inévitable en études de médecine. En effet, le numerus clausus, c'est-à-dire la limitation des candidats à concourir pour exercer tel ou tel métier, ne serait pas complètement supprimé. Tout simplement parce qu'il risquerait d'y avoir, les années suivantes, trop d'étudiants pour trop peu de stages. C'est pourquoi une solution doit être mise en œuvre pour éviter le chaos en études de médecine.

Tout d'abord, le gouvernement envisage de laisser le choix à chaque université du nombre de médecins qu'elle souhaite former. Sinon, il se pourrait qu'une sélection soit mise en place à la fin de la troisième année, éventuellement sous la forme d'un concours. Affaire à suivre...

➜ Voir le dossier : PACES et Numerus Clausus

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis