Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

[Témoignage] Comment je suis passé d'un parco...

[Témoignage] Comment je suis passé d'un parcours scientifique à la communication d'évènements esport

Sébastien travaillait depuis 5 ans dans le secteur médical, quand il a décidé de reprendre ses études et se réorienter dans son secteur de passion, le jeu vidéo. Retour sur son parcours.

Publié le 31 Octobre 2019 à 08h50 | | 0 avis

[Témoignage] Comment je suis passé d'un parcours scientifique à la communication d'évènements esport

Après un bac STL, Sébastien se destine à évoluer dans le domaine de la santé. Un début de carrière formateur, qui lui permet d’acquérir une belle expérience professionnelle. Mais il manquait LE petit truc dans son quotidien pour en faire un job passionnant pour lui.

« diplomeCGE » width=« 300 »

C’est après avoir participé à une édition de la Paris Games Week qu’il commence à se poser la question d’une réorientation dans le domaine de l’e-sport et du gaming. « Le jeu vidéo est une passion pour moi depuis des années, je me suis demandé pourquoi ne pas essayer d’en faire mon métier ». Au bout d’un an de réflexion et de renseignements pris auprès des écoles, Sébastien se lance : il quitte son poste et reprend ses études.

 

Pourquoi avoir choisi l’ISEFAC Bachelor ?

Grâce à ses cinq années d’expérience professionnelle et ses connaissances du milieu esportif, Sébastien rentre avec une équivalence bac+2 à l’ISEFAC Bachelor de Paris, en 3ème année de bachelor esport & gaming. « En tant qu’étudiant en réorientation, ça m’a permis d’économiser 2 ans de formation et de ne pas tout reprendre du début » confit-il avant de compléter « En choisissant ce Bachelor à l’ISEFAC, je savais que j’allais apprendre les bases fondamentales du marketing et de la communication, tout en me confrontant aux enjeux de l’univers esport. »

Au programme de sa 3ème année de Bachelor : des cours de stratégie de marque, de marketing, de production évènementielle, mais aussi des cours d’anglais et de droit. Il apprend à utiliser les logiciels de PAO et participe à des travaux de groupe sur des situations réelles liées au monde du gaming.
Sébastien finalise son année avec un stage de 6 mois chez WSC Group, l’agence de communication de Solary, elle-même une entreprise reconnue dans le milieu d’organisation d’évènements esport. « Même si je n’avais pas d’expérience dans le gaming, mon expérience professionnelle a joué pour mon recrutement chez Solary. J’ai eu de la chance, il n’y a pas beaucoup de place dans le milieu « pur » du gaming, il faut s’accrocher. ».

Pour aider les étudiants à trouver leur stage, l’école leur communique les dates des journées de speed-meeting organisées par les entreprises. Une grande majorité des professeurs étant des intervenants professionnels, ils partagent aussi des opportunités de poste avec les étudiants. Les bases acquises au cours de la formation permettent aussi aux étudiants de viser des stages dans des grands groupes qui travaillent sur des problématiques de gamification par exemple, ou des annonceurs qui se positionnent sur le domaine du jeu vidéo.

➜ Quiz : Es-tu fait pour un bachelor ?

 

« 80% des sujets qu’on aborde en cours chez XP sont placés dans un contexte de gaming »

Après son Bachelor, Sébastien veut aller plus loin dans sa formation, et entame à la rentrée 2019 un MBA à XP, l'école internationale de l'esport business et du gaming, sur le campus de Paris. Une première année de Mastère qu’il fait en alternance au siège de Meltdown, au sein du pôle évènementiel. « Je travaille sur la communication des évènements e-sport organisés dans les bars de notre réseau en France et à l’international : j’interviens autant sur le budget que sur les stratégies de com à mettre en place. Je travaille aussi en lien avec les graphistes pour la création des visuels de nos évènements à publier sur nos réseaux sociaux. »

Quand on demande à Sébastien ce qui lui plait dans cette école, il répond « ce que je trouve super intéressant dans ma formation, c’est que 80% des sujets qu’on aborde en cours à XP sont placés dans un contexte de gaming ». L’école est également à l’écoute de ses étudiants et les soutient dans des projets concrets. « Avec d’autres étudiants de promo, on a monté une équipe de esport et on a eu de bons résultats. On a été invités par Riot Games à assister à la LEC de League of Legends à Berlin et à visiter les locaux où se déroulait la compétition. L’école nous a alors pris en charge une partie de la logistique. »

Un conseil pour les futurs étudiants ?

« Le gaming est un milieu où il est bon d’être un peu couteau suisse. Je pense qu’il est important de savoir être opérationnel avec la suite Adobe, elle te servira toujours ! » Pour Sébastien, à qui il restera une année de M2 pour terminer son cursus, ses ambitions sont claires « si j’ai fait tout ça, c’est parce que je veux vraiment travailler dans ce milieu. Avec mes différentes expériences je vais me forger un CV, et pour la suite, ça se fera par opportunité ».

Les débouchés après un bac +3 ou un bac+5 dans le domaine du gaming sont assez larges, dans différents domaines : trafic manager ou community manager dans le digital, chef de projet e-sport, manager d’équipe esport ou responsable sponsoring dans le marketing, organisateur d’évènements ou journaliste esport dans la communication et les médias ou encore directeur artistique dans la création.

A la rentrée 2020, XP ouvrira 5 nouveaux campus en France et à l’international. Déjà présent à Paris, Lyon et Lille, les futurs professionnels du monde de l’esport et du jeu vidéo pourront suivre une formation à Bordeaux, Marseille, Strasbourg, Rennes et Barcelone.

➜ À lire aussi : Epitech lance "Epitech digital"