Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Dipty Chander, présidente d'E-mma et étudiant...

Dipty Chander, présidente d'E-mma et étudiante à EPITECH : « Je ne compte pas arrêter mon engagement pour la mixité »

Dipty Chander étudie en 5ème année à EPITECH, et occupe le poste de Technical Account Manager chez Microsoft. Elle est aussi la présidente d’E-mma, une association qui a pour but de promouvoir la mixité dans les filières tech. Dans cette interview inspirante, Dipty nous raconte comment elle s’est engagée, son quotidien de femme ingénieure, ses projets et d’où lui vient sa passion pour l’informatique !

09 Novembre 2017 à 11h42 | | 0 avis

Dipty Chander, présidente d'E-mma et étudiante à EPITECH : « Je ne compte pas arrêter mon engagement pour la mixité »

Comment est né votre engagement féministe, et votre implication dans l’association E-mma ?

Dipty : Mon engagement a toujours été là, quelque part. Mais c’est au moment de mon orientation que j’ai pour la première fois été freinée par des stéréotypes et des préjugés. Je voulais faire de l’informatique, et ma conseillère d’orientation m’a dit que c’était un milieu trop masculin, que je devrais me diriger vers autre chose. Elle m’a sorti une liste de formations qui n’étaient pas du tout ce que je voulais faire, comme le droit ou l’économie. Selon elle, comme il fallait prendre des notes sur un ordinateur, je ferais de l’informatique ! Elle n’avait pas du tout compris ce que je voulais faire, et pour elle les métiers de l’informatique n’étaient pas pour les femmes.

Quand je suis entrée à EPITECH, j’ai découvert que je n’étais pas la seule dans cette situation. Il y a 4% de filles dans l’école, ce qui représente à peine 10 à 20 filles par promo de 500 élèves, c’est la cata ! La plupart des femmes n’ont pas réussi à surmonter leurs freins, elles n’ont pas eu la force de poursuivre leur rêve. Je me suis dit que je voulais aider les filles, parce qu’il n’est jamais trop tard pour se réorienter ou intégrer la formation qui nous plaît ! Je me suis donc engagée dans E-mma. J’interviens aussi auprès des parents et des seniors, c’est important. Il faut leur dire que si leur fille est passionnée par l’informatique, elle doit y aller ! C’est vrai, ce n’est pas un secteur facile, il faut s’accrocher et je le vois tous les jours. Mais c’est aussi grâce à nos échecs qu’on peut avancer.

➜ À voir aussi : 3 questions à Emmanuel Carli, directeur général d'EPITECH : « L'informatique s'applique dans tous les secteurs, les potentialités sont infinies »

 

Qu’est-ce qui vous a poussée à étudier l’informatique, et qu’est-ce qui vous plaît dedans ?

Pendant mon collège-lycée, je faisais beaucoup de diapos sur mon ordi, des vidéos, j’adorais ça. Je me demandais tout le temps : comment marche Windows Movie Maker ? Qu’est-ce qui le fait fonctionner ? J’étais curieuse. L’informatique est un secteur qui bouge vite, qui évolue sans arrêt, les logiciels le montrent. Je voulais savoir ce qui se cachait derrière ce mystère complet !

 

Vous travaillez désormais chez Microsoft en tant que Technical Account Manager, vous avez fait vos preuves. Est-ce que vous rencontrez toujours des préjugés ou des difficultés liés au fait que vous êtes une femme ?

Régulièrement. C’est un milieu très masculin. Dès qu’une femme entre dans une pièce remplie d’hommes, ils vont aussitôt se demander : pourquoi est-ce qu’elle est là, est-ce qu’elle s’est perdue ? Je vois deux profils d’hommes dans ce secteur : ceux qui sont bienveillants et vont nous encourager, et ceux qui vont nous tirer vers le bas. Il y a aussi ceux qui vont voir arriver une femme jeune et qui a réussi. Ils seront impressionnés, mais ils vont immanquablement se comparer à elle, en se demandant pourquoi elle est plus brillante.

 

Quels sont vos projets pour l’avenir, en-dehors d’E-mma et Microsoft ?

Je suis actuellement en 5ème année à EPITECH. Je ne compte pas m’arrêter dans mon engagement pour la mixité dans les filières tech ! Je souhaite aussi impliquer les hommes sur le sujet. Après mes études, je veux travailler dans une entreprise où la question de la diversité est importante, ce qui est déjà le cas chez Microsoft. Je veux aussi continuer à promouvoir la place de la femme dans la tech. Je vais également lancer une chaîne Youtube, qui montrera des role models féminins qui travaillent dans la tech, et qui permettra aussi d’aborder des notions dans ce domaine.

 

J’ai pu interviewer Emmanuel Carli, le directeur général d’EPITECH, qui m’a dit que malgré toutes les actions menées pour attirer les filles dans votre école, leur pourcentage n’augmentait pas. Vous confirmez, ou vous voyez quand même du changement de votre côté ?

Mon objectif est plus global. Est-ce que les filles s’intéressent davantage aux métiers du numérique ? Oui, et je vois du progrès. C’est dans les métiers les plus tech que ça pèche beaucoup. Je travaille avec Monsieur Carli sur la façon d’aborder les métiers tech, de présenter les cours. Quitte à avoir plus de visuel dans ce domaine.

Quand je suis chez Microsoft, je vois que l’idée de diversité occupe une place importante dans nos projets. Cependant, la plupart des entreprises de ce type ne prennent pas en compte la vision des femmes, comment elles vont utiliser les logiciels ou les produits qui sont fabriqués ! C’est pour ça qu’il y a besoin de plus de femmes dans les équipes.

 

Que diriez-vous aux filles qui sont tentées d’étudier dans l’informatique, mais qui n’osent pas se jeter à l’eau ?

Concernant l’informatique, il y a trois mots qui m’ont toujours permis d’avancer dans les moments les plus durs, quand une soutenance se passait mal par exemple. La passion, parce que c’est très important d’être passionné par ce qu’on fait. Persévérer, aussi, c’est la clé. Enfin, continuer à croire, avoir le courage d’avancer malgré les échecs.

➜ Voir le dossier : Ingénieur au féminin : devenir une femme scientifique

 

Le petit portrait chinois : si j'étais...

  • ...un projet fou : je serai l'intelligence artificielle
  • ...un modèle : Bill Gates
  • ...une matière préférée à EPITECH : Product as a service
  • ...une devise : passion, détermination, persévérance

Découvrez EPITECH, l'école qui forme à l'innovation et l'expertise informatique :

Epitech Epitech, créée en 1999, forme chaque année 5500 étudiants à devenir des experts de l'IT. Elle est présente dans 13 villes en France et 3 en Europe hors France (Barcelone, Berlin, Bruxelles).
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis