Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

5 mesures pour faire bouger l'écosystème de l...

5 mesures pour faire bouger l'écosystème de l'orientation

Présidentielles 2017 - L'association Elles Bougent propose 5 mesures pour faire bouger l'écosystème de l'orientation. L'objectif ? Privilégier un choix de métiers plutôt que de formations, favoriser la mixité des filières et renforcer la féminisation des secteurs industriels et technologiques !

Publié le 20 Septembre 2016 à 18h16 | | 0 avis

5 mesures pour faire bouger l'écosystème de l'orientation

Depuis 10 ans, Elles bougent et ses partenaires s'engagent pour faire découvrir aux jeunes filles les filières scientifiques et techniques en manque de talents féminins. Issues de son expérience de terrain, au croisement des mondes de l'entreprise, de l'éducation et de l'enseignement supérieur, les propositions d'Elles bougent ont l'ambition d'accélérer le mouvement de la mixité dans les métiers de l'industrie et du numérique.

 

1. Se baser sur des envies plus que des notes

Aujourd'hui, nous constatons que l'orientation est basée essentiellement sur les résultats scolaires. Elle se fait souvent par élimination plus que par choix et l'élève choisit avant tout un cursus de formation, plutôt qu'un métier. Il faut développer une meilleure connaissance des métiers par les élèves. La rencontre sur le terrain avec des role models permet aux élèves de trouver leur fibre, leur vocation par identification et projection dans ces femmes qui témoignent de façon dynamique et enthousiaste de leur métier-passion.

C'est cette motivation qui permettra ensuite à l'étudiant-e de réussir, même dans des cursus de formation exigeants. D'autant plus que les filières techniques sont accessibles par plusieurs voies, souvent méconnues. La proposition n°1 consiste donc à multiplier les rencontres entre élèves et personnes en activité, très en amont de l'orientation, afin de donner une vue très large de la palette des métiers, pour finalement susciter des vocations par projection et identification avec un ou plusieurs role models.

➜ À lire : 8 bonnes raisons de devenir ingénieure au féminin

 

2. Créer un module obligatoire de projet professionnel

La découverte des métiers et la question de l'orientation doivent être des sujets récurrents pour l'élève du collège au lycée, lui permettant progressivement de cheminer dans ses réflexions sur son futur métier. De véritables créneaux obligatoires doivent être consacrés à la construction du projet professionnel, du collège jusqu'à la terminale. Encadrés par des coordinateurs, ils pourront s'appuyer sur un réseau d'experts et de professionnels pour présenter aux élèves, à partir d'exemples concrets, la diversité des métiers.

Il s'agit également de renforcer les séquences d'observation pour permettre aux élèves de découvrir pendant leur formation plusieurs métiers, plusieurs secteurs, plusieurs services d'une même entreprise. Ce module pourrait être géré sous cotutelle du Ministère de l'Education nationale et de celui du Travail, ou celui des Finances et de l'Economie, ces derniers permettant la connexion directe avec la réalité professionnelle.

 

3. (In)former les parents

On constate que les jeunes femmes qui s'orientent vers les filières scientifiques et techniques bénéficient souvent de milieux propices, à savoir des proches ingénieurs et/ou enseignants. On sait combien les parents ont un rôle de prescripteur pour leurs enfants. Or, ceux-ci se sentent souvent démunis et angoissés face à cette responsabilité, faisant appel à leurs propres souvenirs d'orientation, désormais obsolètes ou incomplets.

D'où l'importance pour l'association de travailler avec eux pour les informer sur la réalité des métiers d'aujourd'hui et de demain, les rassurer et leur permettre de dépasser eux-mêmes leurs propres représentations et stéréotypes sur les métiers et filières. Le 8 mars 2017, pour la première fois, Elles bougent dédiera l'un de ses grands rendez-vous annuels à des visites parents-filles.

➜ Editorial : Ingénieur au féminin, un rêve et une réalité possibles

 

4. Revisiter les vecteurs culturels

On sait combien certains programmes tv ou web - séries, films, pastilles, émissions/concours - influencent les représentations liées à des métiers avec un impact majeur sur les vocations pour ces métiers. C'est le cas d'émissions comme MasterChef ou Top Chef pour les métiers de l'hôtellerie/restauration, de séries policières pour la criminologie et la police scientifique ou des séries type Urgence pour les carrières médicales. Tous ces programmes ont fait exploser les vocations pour les secteurs qu'ils mettent en lumière.

Les médias ont un rôle à jouer pour faire évoluer les représentations des métiers auprès du grand public. Elles bougent interpelle les chaines de télévision pour qu'elles commandent et diffusent ce genre de programme et prêtera son concours aux sociétés de production pour les aider à relever ce défi. Si l'on veut sensibiliser l'ensemble de l'écosystème de l'orientation – parents, enseignants, élèves etc. – il est fondamental de ne négliger aucune piste et de s'appuyer sur des canaux solides et avérés.

 

5. Favoriser la mixité dans les systèmes d'admission

Pour Elles bougent, il est plus que nécessaire de revoir les règles des systèmes d'admission pour équilibrer le nombre d'admis en fixant un ratio de progression de 10% sur le nombre d'élèves du exe le moins représenté, chaque année - et d'envoyer un signal fort à l'ensemble de la société. Concrètement, pour 10 filles en année N dans une filière essentiellement masculine, ou 10 garçons dans une filière majoritairement féminine, l'objectif serait d'en avoir 11 (+10%) en année N+1. Et ainsi de suite.

Pour cela, il faut fixer un cadre légal autorisant cette pratique. On peut prendre comme modèle la loi Copé-Zimmermann du 27 janvier 2011 relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d'administration et de surveillance et à l'égalité professionnelle.

➜ À voir aussi : La place des femmes dans l'industrie, la technologie et l'innovation en 10 points clés