Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Ostéopathe libéral : les secrets pour réussi...

Ostéopathe libéral : les secrets pour réussir son installation

Xuan Maxel est un jeune ostéoptahe de 26 ans, diplômé depuis 2013. Il a réalisé sa formation en 6 ans au sein de l’Ecole Supérieure d’Ostéopathie de Paris à Marne La Vallée (ESO). Pour digiSchool, il revient sur son parcours, les étapes qui ont jalonné son installation en libéral et son quotidien de jeune ostéopathe. 

Publié le 16 Janvier 2015 à 16h50 | | 1 avis

Ostéopathe libéral : les secrets pour réussir son installation

 

Présentez-nous votre parcours depuis le baccaulauréat 

Issu d’un BAC S, j'ai immédiatement intégré l’ESO Paris. Actuellement, je suis assistant en clinique ostéopathique et assistant de cours de pratique ostéopathique. Je suis également trésorier du réseau des anciens élèves de l’Ecole Supérieure d’Ostéopathie : ESO Alumni.

Parallèlement à ma 5ème et 6ème année, j’ai obtenu un Master en Science à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Cela me permet aujourd’hui d’avoir à la fois mon cabinet d’ostéopathe libéral à Chennevières sur Marne dans le 94 mais aussi d’enseigner à la fois mon métier et ma passion dans l’école ou j’ai été formé.

Je suis également assistant de recherche au laboratoire ESO Paris recherche ce qui me permet de poursuivre les recherches que j'avais entreprises lors de mon master. Ce travail a déjà débouché sur quatre congrès nationaux et internationaux ainsi qu’une première publication dans une revue hautement scientifique. Le but étant de prochainement m’inscrire en doctorat.

 

Pourquoi avoir opté pour le statut libéral ?

Le statut de libéral me permet d’organiser mes journées selon les objectifs que je me suis moi-même fixé et en fonction des besoins de mes patients. Ainsi, je peux varier mes activités afin d’être toujours dans une dynamique de motivation. J'ai toujours eu peur de la routine et de la lassitude.

 

Quelles difficultés avez-vous rencontré lors de votre installation ?

Le plus difficile a été de construire un réseau, c’est-à-dire se présenter aux médecins, kinésithérapeutes, spécialistes ainsi qu'à toutes les autres professions médicales avec lesquelles un ostéoptahe est amené à travailler. La profession n’étant que depuis peu bien règlementée, j’ai dû faire face à une certaine réticence tout à fait légitime de ces professionnels. Il est donc essentiel de prendre le temps d’expliquer notre métier.

Construire son réseau demande du temps. En fait, les retours par le bouche à oreille que peuvent faire les patients à leur entourage ou à leur médecin sont essentiels à la constitution d'une patientèle. La réputation est une donnée clé. Plusieurs années sont ainsi nécessaires pour avoir un réseau complet. 

 

ESO, ostéopathie, école supérieure d'ostéopathie

 

Ouvrir son cabinet d'ostéopathe en libéral : 5 secrets pour réussir ?

Voici mes 5 conseils pour réussir son intallation et sa carrière d'ostéopathe en libéral.

  • Soyez patient

S’installer  en libéral lorsqu'on est un jeune ostéopathe c’est long ! Cela prend du temps. Il est préférable de prendre du recul plutôt que de se précipiter. Effectuer des remplacements d’ostéopathes dont les patientèles sont déjà bien développées est un bon moyen pour assurer les premiers revenus.

  • Ne soyez pas timide

Il faut oser aller vers les médecins, se présenter aux clubs de sports locaux, proposer nos services aux entreprises, etc. On peut être le meilleur ostéopathe du monde, mais si personne ne sait que l’on existe cela ne servira à rien.

Afin de s’installer et de se développer correctement, un ostéoptahe a deux choix concernant le lieu de son implantation : choisir un lieu avec un ratio d’ostéopathes par habitants pertinent ou bien opter pour un lieu où vous avez déjà un réseau.

Le principe est d’assurer un revenu minimum pour payer ses charges. En ce qui me concerne, en combinant ces deux points j’ai pu payer l’ensemble de mes charges le deuxième mois de mon installation et commencer à me verser un petit salaire le cinquième mois.

  • Diversifiez votre activité

Il n’est pas impossible de s’installer à Paris ou il y a déjà beaucoup d’ostéopathes. Il faut juste être conscient que ce sera sûrement plus long qu’ailleurs pour se constituer une patientèle. Je recommande fortement dans ce cas de ne pas uniquement compter sur votre cabinet mais comme dit précédemment, d’effectuer des remplacements et de diversifier son activité.

  • Communiquez, échangez

Etre un ostéoptahe libéral ne signifie pas vivre en ermite. Par exemple, le réseau des diplômés de l’ESO (ESO Alumni) permet d’échanger avec ses confrères, de s’informer sur des démarches administratives complexes ou encore de demander des conseils sur des formations continues. L’expérience de nos prédécesseurs est très riche. D’autres réseaux existent également comme ceux des syndicats d’ostéopathes.

Comment se déroule la journée d'un jeune ostéopathe installé en libéral ? 

Il n’est pas facile de vous raconter une journée type car je fais en sorte qu’aucune routine ne s’installe ! 

Généralement les rendez-vous de la matinée s'étalent de 9h à midi. Je prends ensuite une pause déjeuner. Vers 13h30, je donne des cours à l'ESO ou bien j'interviens en entreprise jusqu’à environ 18h30. Je retourne ensuite en consultation de 19h jusqu’à parfois 22h selon les urgences.

La soirée est consacrée à ma comptabilité et j'en profite pour finir de remplir les dossiers des patients. Une part non négligeable des temps informels dans la journée d'un jeune ostéopathe consiste à remplir des formulaires administratifs et surtout à les comprendre. Toutes les journées ne sont pas aussi remplies. Je ne donne pas des cours tous les jours et certains soirs je fais du sport lorsque je n'ai pas de patient.


Faire ses études d'ostéopathie avec ESO Paris 

ESO Paris SUPOSTEO

L'Ecole Supérieure d'Ostéopathie dispense un cursus d’excellence en 6 années après le baccalauréat. Le titre de l'ESO est homologué par l'Etat au niveau 1 du RNCP (Bac+5). L’école accueille la plus grande clinique ostéopathique de France. 

 

Les avis sur cet article
La Ganytoise

20 / 20

Ne pas oublier qu'il y a des coins où l'on cherche des osteos et faut faire de la route pour en trouver. Je suis Ganytoise (Gasny), et pas d'osteo, pourtant 3000 habitants, et rien non plus dans les villes voisines... obligé de faire 10km pour aller à Mantes La Jolie...
Par

La Ganytoise

- le 27 Juillet 02h44
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis