Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

5 idées reçues sur les études dans le digital

5 idées reçues sur les études dans le digital

Le digital ? C'est que du code... des maths... c'est destiné aux hommes... Halte aux idées reçues ! digiSchool et l'Ecole Supérieure du Digital démontent et décortiquent les préjugés liés à ce secteur en plein boom.

Publié le 08 Mars 2017 à 12h04 | | 0 avis

5 idées reçues sur les études dans le digital

1. Le digital, c’est un truc de mecs !

Alors de une, RIEN n’est un truc de mecs ok ? #GirlPower.

Et de deux, non, le numérique n’est pas spécialement un univers masculin. Les femmes réussissent dans ce secteur, et leur carrière progresse plus rapidement. Qui est à la tête de Station F, le plus grand incubateur d’Europe ? Roxane Varza. Qui est la numéro 2 de Facebook ? Sheryl Sandberg. Qui est à la tête de Yahoo ? Marissa Mayer.

A l’ESD, les classes de Mastères sont composées de 50% de filles. Et elles réussissent aussi bien que les garçons ! Et le contraire serait étonnant ! Les études en marketing, en communication et en design ont toujours attiré les filles, le fait que ces disciplines se pratiquent désormais via le numérique n’y change rien !

➜ Voir le dossier Ingénieur au féminin : comment et pourquoi devenir une femme scientifique ?

 

2. Rester toute la journée assis devant un écran, non merci !

Bon, c’est vrai, de plus en plus de métiers, la plupart même, nécessitent de travailler sur un ordinateur, ok. Alors oui, dans le digital aussi, on utilise un ordinateur, on avoue. C’est plutôt pratique.

Mais pour devenir un chargé de projet digital, on travaille de nombreuses compétences qui ne s’apprennent pas sur YouTube !

  • La créativité tire sa source de l’observation du réel, de son environnement… Pendant les cours d’expression plastique, les étudiants descendent dans la rue capturer des instants, des émotions… 
  • La prise de parole en public se travaille sur scène, en public !
  • Etc.

 

3. Il faut être bon en maths !

Pas forcément. Coder demande de faire preuve de logique, de rigueur, mais surtout de créativité. Cette discipline n’est donc en rien réservée aux matheux.

 

4. Le digital, c’est de l’informatique, non ?

Raté. L’informatique est au digital ce que le transport est au tourisme (et vice versa). Une condition nécessaire… mais pas suffisante.

Certes, le code est une composante essentielle de la sphère digitale. Il en est la grammaire qui permet le passage de l’idée à la réalisation pour un designer numérique comme pour un spécialiste du e-marketing. Mais un bachelor « Chargé de projet digital » consacre environ 25% de sa formation à l’apprentissage du code. Il apprend aussi le design, le marketing, la communication, le management… Bref, toutes les disciplines nécessaires à l’innovation dans un monde numérique.

➜ À voir aussi : Une semaine de cours à l'ESD, à quoi ça ressemble ?

 

5. Le digital, ce n’est pas pour les créatifs.

Ne dites pas ça à un étudiant de l’ESD, il pourrait, contrarié, vous faire avaler sa palette graphique. Non seulement le numérique nécessite beaucoup de créativité, mais la création et l’art s’aident beaucoup des outils numériques également ! L’ESD propose d’ailleurs un Mastère Création Digitale, un double-diplôme avec l'Ecole de Condé Design.