Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les métiers du funéraire recrutent

Les métiers du funéraire recrutent

On en parle peu, mais le secteur du funéraire est porteur, en pleine évolution et recrute beaucoup. En ce jour d’Halloween, la rédaction a décidé de mettre ses métiers sur le devant de la scène afin de te montrer leur diversité… et peut-être seras-tu intéressé par l’un d’entre eux.

Publié le 31 Octobre 2018 à 14h35 | | 0 avis

Les métiers du funéraire recrutent

Le domaine du funéraire reste tabou, et donc méconnu. La mort effraie, il est donc logique qu'elle n'alimente pas tous les jours les sujets des  conversations. Pourtant, certains en ont fait leur métier et leur vocation. Et pour cause : le domaine du funéraire connaît un véritable essor ces dernières années. Il recrute, certes, mais c'est aussi le terrain d'innovations positives.

 

Des formations assez courtes pour des métiers variés

Selon une infographie publiée par l’Etudiant, les salariés dans le domaine du secteur funéraire seraient à ce jour 22 000. Parmi eux, il y a 37% de maîtres de cérémonie, 28% de porteurs et 23% d'assistants funéraires. Il est intéressant de voir qu’une bonne partie des salariés du secteur funéraire, âgés de 25 à 29 ans, sont diplômés d’un BEP ou d’un CAP (30%). 23% ont arrêté leurs études au bac, et 21% sont sans formation. Les métiers du funéraire nécessitent en général des formations (très) courtes, mais ce n'est pas le cas de tous.

La thanatopraxie (ayant pour but de réaliser des soins au défunt), qui est reconnue par le ministère de la Santé, demande d’avoir un DUT (les formations sont dispensées à Lyon et Angers). Celle d’assistant funéraire, qui consiste à organiser les cérémonies, sera beaucoup plus brève : aucun diplôme n’est exigé. Cependant, il est recommandé d’avoir le niveau bac, parfois bac+2. Pour décrocher ce poste, il te faudra en revanche suivre une formation de 96 heures.

Le secteur du funéraire demande d’avoir une véritable vocation, et de savoir garder de la distance face à des situations parfois très difficiles. Au cours de la formation que tu choisiras, tu sauras assez rapidement si tu es vraiment fait pour ce domaine. Si tu veux avoir des explications concrètes sur ce secteur, tu peux par exemple consulter la chaîne de la youtubeuse Ask A Mortician, qui explique de façon décomplexée et respectueuse son métier d'entrepreneuse de pompes funèbres - beaucoup de ses vidéos sont sous-titrées en français, comme celle-ci.

 

Des places à prendre dans tous les domaines du funéraire

Les métiers du funéraire sont loin de se limiter à la thanatopraxie ou aux magasins de pompes funèbres. As-tu déjà entendu parler du métier de maître de cérémonie, qui officie pendant les enterrements ? De celui de marbrier, qui construit les sépultures ? Ou encore du conseiller funéraire, qui accompagne les familles pendant les obsèques ?

Et ce n’est pas tout, puisque de nouveaux métiers se créent dans le domaine du funéraire. Ainsi, la startup Elicci propose de personnaliser les cérémonies d’obsèques par la musique, en faisant intervenir des musiciens professionnels. Ces nouvelles professions sont dues aussi bien aux mentalités qui évoluent vis-à-vis de la mort qu’à des préoccupations fortes, comme la transition écologique. Sais-tu par exemple que certains fabricants de cercueils proposent des matériaux plus écologiques, comme le lin ? Ou qu’une urne funéraire bio a été inventée il y a quelques années afin que les cendres d’un disparu puissent permettre à un arbre de pousser ? Ainsi, les nouveaux cimetières sont des forêts… Une image assez jolie, quand on y pense.

Si le secteur du funéraire t’attire, n’hésite pas à te renseigner. Et, au moins, tu peux être certain qu’on n’y manquera jamais de travail.

➜ Voir la rubrique : Que faire après un Bac+2 ?