Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Que faire après une prépa littéraire ?

Que faire après une prépa littéraire ?

Les étudiants des classes préparatoires littéraires visent principalement à intégrer l’ENS Ulm, Lyon ou Cachan. Mais, chaque année seuls 4% des étudiants de khâgne accèdent à une Ecole normale supérieure. Afin d'ouvrir plus de débouchés aux étudiants issus de CPGE littéraires, une cinquantaine d’écoles ont signé un partenariat avec les ENS. Ainsi, depuis la session 2011, les élèves de classes préparatoires littéraires peuvent présenter la banque d’épreuves littéraires (BEL).

Publié le 07 Novembre 2016 à 09h15 | | 2 avis

Que faire après une prépa littéraire ?

Dans cet article, digiSchool présente toutes les options qui s'offrent aux étudiants issus de classes préparatoires littéraires :

  • Passer et réussir les concours de l'ENS
  • Passer et réussir les concours de la Banque des épreuves littéraires (BEL)
  • Redoubler en cas d'échec au concours
  • Rejoindre l'université

 

La Banque des épreuves littéraires (BEL) ouvre les portes de quelles écoles ?

La BEL qui consiste en un écrit commun, s'est ouvert en 2011 à de nouvelle écoles. Désormais, les concours de fin de khâgne ouvrent d’autres portes, notamment celles des écoles de commerce et des IEP. BEL intègre en effet depuis 2011 plusieurs écoles de commerce, de traduction et d’interprétariat ainsi que des écoles de journalisme et les Instituts d’Etudes Politiques (IEP).

Les écoles concernées sont par la BEL sont :

  • Le Celsa (Paris IV)
  • Les écoles participant au concours BCE
  • Les écoles participant au concours Ecricome
  • L’école supérieure d’interprètes et de traducteurs (ESIT à Paris III)
  • Les 6 IEP ayant un concours commun
  • L’ISIT
  • L’École des Chartes

Cette ouverture a ainsi multiplier le nombre de débouchés par quatre pour les élèves issus de CPGE littéraires. Un grand pas vers la revalorisation des études littéraires.

 

Que faire en cas d'échec au concours ?

En cas d'échec au concours, deux options s'offrent aux étudiants issus de prépa littéraires :

  • redoubler la deuxième année de prépa ("khûbe") afin de pouvoir repasser les concours
  • se réorienter à l'université.

Les étudiants inscrits en classes préparatoires s’inscrivent en parallèle à l'université, dans la filière de leur choix. Cette inscription est un filet de sécurité qui leur permet de bénéficier du système d'équivalence à leur sortie de prépa, et d'intégrer ainsi directement la fac en deuxième ou troisième année de licence.

Généralement, les étudiants issus de prépa qui rejoignent les bancs de la fac optent pour les spécialités lettres classiques ou modernes, philosophie, langues, histoire ou géographie.

➜ À voir aussi : Faire ou ne pas faire une prépa: 10 éléments pour se décider

 

Se réorienter à la fin de la première année d'hypokhâgne 

Certains étudiants décident également de ne pas poursuivre leurs études en prépa après la première année de prépa littéraire (hypokhâgne). Soit parce qu'ils n'obtiennent pas leur votre passage en khâgne, soit parce que la filière ou l'ambiance de prépa ne leur conviennent pas.

Deux options s'offrent à ce type d'élèves :

  • rester dans le système prépa en optant pour une autre filière proche (prépa sciences sociales B/L, prépa commerciale par exemple)
  • quitter définitivement le monde de la prépa et se réorienter dans une licence à l’université en bénéficiant du système d'équivalences. 

➜ Voir le dossier : Comment survivre en classe prépa ?

digiSchool a sélectionné pour vous
Les avis sur cet article
Marie de digiSchool

20 / 20

Bonjour Lilian, En vérité, le principe des équivalences est simple. Les classes préparatoires nouent des partenariats avec l'université de l'académie, ce qui fait que les élèves de prépas sont inscrits parallèlement en prépa et à l'université (ce qui leur permet par exemple d'accéder à des services tels la Bibliothèque universitaire). Dans le cas d'une prépa littéraire, les élèves sont donc inscrits à la fac de lettres. Ils peuvent alors prétendre à une équivalence dans une ou deux matières qu'ils étudient en prépa: histoire, géographie, littérature, philosophie, langues vivantes... A l'issue de leur première année de prépa, ils valident donc une première année de licence dans la ou les matières demandées... Et une deuxième année de licence à la fin de la deuxième année de prépa. Ces équivalences sont obligatoirement reconnues par l'université qui les fournit, ce qui fait que l'élève sortant de première ou deuxième année de prépa peut s'y inscrire en L2 ou L3. Pour ce qui est des autres universités (celles qui n'ont pas délivré l'équivalence), elles ne sont pas obligées d'accepter l'élève, mais c'est souvent le cas. A titre d'exemple, il y a des étudiants qui ont pu intégrer une troisième année de licence d'histoire à l'université de Lyon alors qu'ils ont obtenu leur équivalence dans l'académie d'Aix-Marseille. En espérant vous avoir éclairé !
Par

Marie de digiSchool

- le 03 Juin 17h58
lilian

16 / 20

Bonjour, merci pour ces infos. J'ai toutefois besoin de plus de précisions... Le professeur de ma fille (1ère L) suggère de préparer un dossier pour qu'après son bac elle puisse s'engager dans une prépa littéraire, car d'après elle, elle dispose des capacités intellectuelles requises... Je souhaiterai mieux comprendre le système des équivalences avec l'Université dans le cas où elle souhaiterait reprendre un cursus classique... Qu'est-il possible de faire après une année de prépa ? et après deux années ? Merci pour votre aide !
Par

lilian

- le 02 Juin 19h53
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis