Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Réforme du lycée : quels changements pour les...

Réforme du lycée : quels changements pour les classes prépas ?

La réforme du lycée va avoir des conséquences directes sur l’enseignement des classes préparatoires. De premiers éléments de réponse se dessinent autour des changements à venir en prépas scientifiques et économiques.

Publié le 14 Juin 2019 à 16h43 | | 0 avis

Réforme du lycée : quels changements pour les classes prépas ?

Qui dit réforme du bac et choix des cours à la carte, dit adaptation de l’enseignement supérieur. A commencer par les classes préparatoires, qui ont un rôle majeur à jouer dans l’orientation. Présent au congrès de l’APHEC (Association des professeurs de classes préparatoires économiques et commerciales) le 8 juin à Rouen, le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a annoncé les premiers changements qui allaient survenir pour les classes prépas économiques. La veille, la Cfedi (Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs) tenait un colloque à Toulouse pour débattre, entre autres, de l’avenir des prépas scientifiques.

 

Refonte des classes préparatoires économiques et enseignements à la carte

Les changements souhaités par le ministre pour les classes préparatoires économiques s’annoncent importants. Les filières ECE (économique et commerciale économique) et ECS (économique et commerciale option scientifique) devraient ainsi fusionner, pour n’en former qu’une seule. Jean-Michel Blanquer évoque aussi la possible création d’un « tronc commun relevant des humanités », rapporte New Tank Education. Enfin, les élèves de prépa économique devraient pouvoir choisir entre deux enseignements obligatoires :

• en SHS (sciences humaines et sociales) : parmi économie, sociologie, histoire du monde contemporain, histoire, géopolitique du monde contemporain, social, histoire

• un enseignement de mathématiques : mathématiques appliquées ou approfondies.

La place que prendra l’enseignement de l’économie, quant à elle, reste à définir.

➜ À voir aussi : Orientation post-bac : et pourquoi pas une classe prépa ?

 

Prépas scientifiques : une nouvelle filière et les enseignements de spécialité à choisir au lycée

Pendant le colloque de la Cdefi, Dominique Obert, inspecteur général de l'éducation nationale et doyen du groupe physique-chimie, a indiqué que les CPGE scientifiques devraient s’adapter à la réforme du bac. Il a ainsi évoqué plusieurs pistes dans ce sens :

• ajustement des programmes des CPGE

• proposer plusieurs approches pédagogiques

• créer une nouvelle filière MPI (mathématiques, physique et informatique) pour pouvoir accueillir en prépa les élèves ayant choisi la spécialité numérique et sciences informatiques

Concernant la réforme du bac, le choix des enseignements de spécialité est tout indiqué pour les lycéens visant une école d’ingénieurs, d’après Claude Maranges, professeur à l’Insa de Toulouse :

« mathématiques et physique-chimie, ainsi qu’une troisième au choix en première »

« au moins la spécialité de mathématiques », en terminale. En revanche, pour la seconde majeure, la « réflexion n’est pas encore aboutie », a-t-il précisé.

« Grâce à cette réforme, nous allons gagner sur la qualité des candidats, a reconnu Claude Maranges, toujours d'après News Tank Education. En revanche, l’hétérogénéité des profils sera sans doute plus difficile à gérer. »

➜ À voir aussi : Bac 2021 : comment choisir ses spécialités pour entrer en prépa ?

 

Rassurer les lycéens sur le rôle des CPGE

Le ministre de l’Education nationale a en tout cas incité les professeurs membres de l’APHEC à « désangoisser les lycéens ». « Les responsables de grandes écoles peuvent parfois se désoler d’avoir des étudiants qui considèrent avoir tout donné lors des CPGE pour ensuite avoir l’impression d’avoir franchi un nirvana qui les autorise à ne plus travailler, a-t-il déclaré. Ça n’est pas sain, ni psychologiquement ni socialement, et cela fait partie des choses qui doivent évoluer ». Un concours ne doit pas être « un sas vers la réussite absolue ou l’échec absolue », a-t-il conclu.

L'impact de la réforme du lycée sur l'enseignement supérieur commence à se profiler à travers ces premiers changements. Reste à savoir comme les écoles et les universités s'y adapteront à leur tour.