Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Boursiers : allez-vous avoir des points bonus p...

Boursiers : allez-vous avoir des points bonus pour intégrer les grandes écoles ?

Huit Grandes Ecoles ont remis des propositions à la Ministre de l’Enseignement supérieur , afin de progresser dans le domaine de l'ouverture sociale. Quelles sont leurs recommandations ?  Si tu es lycéen et boursier, certains points pourraient directement te concerner : voici l'essentiel à retenir.

Publié le 15 Octobre 2019 à 17h28 | | 0 avis

Boursiers : allez-vous avoir des points bonus pour intégrer les grandes écoles ?

La mission sur l’ouverture sociale des Grandes Ecoles a été lancée en juin dernier par le gouvernement auprès de quatre Ecoles Normales Supérieures (Paris, Lyon, Rennes, Paris-Saclay), de trois écoles de commerce (ESSEC, ESCP et HEC) et de l’Ecole Polytechnique. En cause : l’enseignement supérieur compte en moyenne 38% de boursiers, et seulement entre 11 et 19% dans les Grandes Ecoles. Leurs rapports ont été rendus publics ce lundi 14 octobre 2019.

 

Repérer dès le lycée les jeunes pouvant intégrer les grandes écoles

Les écoles missionnées proposent ainsi de « repérer dès le lycée, voire même le collège, des jeunes ayant le potentiel pour poursuivre des études à même de les amener à candidater dans de très grandes écoles », peut-on lire dans le rapport publié par l’ENS. Si tu es au lycée et que tu te poses des questions sur ton projet professionnel, sache que les écoles proposent également des actions supplémentaires pour accompagner les lycéens dans leur orientation. Elles suggèrent ainsi des partenariats entre « établissements et tutorats ». Une proposition consiste également à mettre en place un système de bourses spécifique sur critères sociaux afin d’encourager à l’entrée en CPGE ou en licence.

De leur côté, les écoles de commerce missionnées (ESSEC, ESCP et HEC) affirment avoir l’objectif « de pouvoir accueillir rapidement entre 20% et 25% d’étudiants boursiers dans leurs établissements ».

➜ À voir aussi : Ecoles d'ingénieurs : les nouveautés du Concours Avenir 2020

 

Des points de bonification pour les étudiants défavorisés

Les ENS suggèrent de mettre en ligne les sujets soumis aux concours d'entrée à l'issue des classes préparatoires « pour combler le déficit d’information sur les épreuves entre les différentes classes préparatoires ». « L’action la plus audacieuse serait d’attribuer des points de bonification pour des étudiants issus de milieux défavorisés lors de la phase d’admissibilité du concours d’entrée », peut-on lire dans le communiqué publié par les ENS. Une proposition qui fait déjà couler beaucoup d’encre. Concrètement, ces points de bonification permettraient de donner aux candidats « une chance de se présenter devant le jury d’admission ». « Le nombre de points pourrait être basé par exemple sur le statut de boursier de l’enseignement supérieur, ce qui permettrait de le moduler en attribuant un nombre de points plus élevé pour les niveaux de bourses plus élevés. Le jury d’admission, souverain, n’aurait pas connaissance de quels candidats auraient bénéficié de ces points de boursiers. Les boursiers reçus au concours seraient donc sélectionnés sur les mêmes critères et avec les mêmes exigences que l’ensemble des autres reçus. » Les ENS précisent qu’un tel dispositif ne pourrait prendre effet que si les classes préparatoires elles-mêmes s’inscrivent dans une démarche d’inclusivité et d’accompagnement des étudiants boursiers.

 

Un rééquilibrage territorial des classes préparatoires

Les écoles missionnées par le ministère de l’Enseignement supérieur conseillent également un rééquilibrage territorial entre les classes prépas situées en région. En effet, les élèves boursiers y « sont plus présents mais ont un taux de réussite moindre aux épreuves de sélection ». Les classes préparatoires d’Ile-de-France seraient dans une situation inverse.

 

Etudes longues pour les étudiants de milieux modestes : quelles solutions ?

Dernier chantier en prévision : la poursuite d’études longues pour les étudiants issus de milieux modestes, ce qui implique une prise en compte des aspects matériels et financiers de leur quotidien, selon les écoles. L’objectif ? « Empêcher que des jeunes prometteurs ne renoncent à des parcours d’excellence faute de moyens leur permettant de s’y engager dans de bonnes conditions »

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé via un communiqué le lancement d'un comité de pilotage sur l'ouverture sociale de l'enseignement supérieur. Le but étant d'affiner et d'adapter les propositions émises dans les rapports, et d'élargir cette préoccupation aux filières universitaires.

➜ À voir aussi : Prépa économique, quels débouchés ? Que faire après deux années de CPGE économiques et commerciales ?