Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Mini-entreprise : le dispositif qui donne le go...

Mini-entreprise : le dispositif qui donne le goût de l'entrepreneuriat aux élèves du secondaire

En région Nord-Pas De Calais, l’initiative « La Suite dans les idées » en partenariat notamment avec le Rectorat de Lille propose des actions afin de développer le goût de l’entrepreneuriat chez les plus jeunes et ce, de la primaire au secondaire.

23 Janvier 2015 à 14h15 | | 0 avis

mini-entreprise, dispositif, entrepreneuriat, entreprise, goût d\'entreprendre,élève, lycée

Si les étudiants de la région bénéficient d’espaces d’accueil, les hubhouses, qui accompagnent les jeunes de moins de 30 ans porteurs de projet, les élèves de primaires au secondaire ne sont pas non plus laissés de côté.

Les mini-entreprises, un dispositif qui insuffle l’esprit d’entreprendre aux élèves de secondaire

Insuffler un tel esprit d’entreprendre aux plus jeunes est primordial pour leur permettre de développer des compétences et des aptitudes en lien. C’est ainsi que 20 548 élèves ont déjà été sensibilisés à l’entrepreneuriat au travers de nombreuses actions labellisées et en cohérence avec les objectifs de l’Education nationale. Avec les actions menées par La Suite dans les idées, de l’école primaire à la fin du lycée, les élèves apprennent à travailler en autonomie, à prendre plus d’initiatives mais aussi à être responsables d’un projet et acquérir suffisamment de confiance en eux pour le défendre. Parmi ces actions, celle des mini-entreprises nous a été expliquée par Patricia Remoussenard Responsable de la Recherche Idée sur les Mini-Entreprises en Nord-Pas de Calais.

Les mini-entreprises ont pour vocation de sensibiliser à l’esprit d’entreprendre dès le plus jeune âge, via des actions concrètes menées auprès d’élèves du primaire et du secondaire. L’origine des mini-entreprises remonte au début du XXème siècle. Au lendemain de la seconde guerre mondiale naît le « Junior Achievement Worldwide ». Les Etats-Unis envisageaient la création de petites entreprises comme voie de réinsertion pour les anciens combattants. C’est en 1963 que le concept est apparu en Europe et en France. Et en 2005 dans le Nord-Pas de Calais, avec l’association Entreprendre pour Apprendre, en tant que partenaire du Rectorat.

Les mini-entreprises interrogent la manière d’enseigner en mettant en œuvre une pédagogie par projets, par l’action inspirée du « learning by doing ». Les élèves apprennent autrement et les professeurs enseignent d’une autre façon. Tout le monde est gagnant. Le métier de l’enseignant s’enrichit via notamment la possibilité d’une pédagogie alternative. Aussi, une nouvelle relation se noue entre élèves et professeurs.

Le but du projet mini-entreprise est d’apprendre aux jeunes élèves à faire vivre une entreprise fictive, de procéder à son montage pendant un an comme s’il s’agissait d’une véritable société. Un groupe d’élèves travaille accompagné par des professeurs, des acteurs du monde professionnel et du personnel pédagogique à identifier une idée porteuse pour la création de l’entreprise et à la concrétiser de la forme administrative, juridique au dégagement de profits en passant par la distribution des rôles.

Autonomie, prise d’initiatives, les mini-entreprises dynamisent les jeunes élèves

Pour Patricia Remoussenard, ce projet permet de développer la connaissance d’un territoire par les jeunes, d’aborder avec une nouvelle pédagogie d’action, d’expériences et de projets le milieu professionnel et de sensibiliser les élèves à la question de la parité et la place des femmes dans le monde du travail.

Nous avons eu beaucoup de retours positifs, il y a un impact immédiat sur les élèves. Ils sont redynamisés dans leur scolarité, le projet de mini-entreprise agit comme un révélateur de talents

Cette initiative majeure pour les jeunes reste pourtant hors programme de l’Education nationale, sur la base du volontariat, ce qui empêche les lycéens de terminale de se plonger plus dedans avec la préparation du Baccalauréat. En revanche les autres classes, et notamment au collège, dans le cadre de l'option découverte professionnelle.

Il y a un intérêt très fort pour ce dispositif, les jeunes sont très enthousiastes à l’idée d’y participer

Même si la charge de travail scolaire s’en trouve largement alourdie, la pédagogie par expérience permet de revenir sur le projet et de prendre du recul dessus pour dégager les points de progression de chaque élève.

Si la région compte bien maintenir ce dispositif pour l’avenir, Patricia Remoussenard et son équipe proposent que les acquis développés par les jeunes au cours du projet soient davantage valorisés et reconnus. Affaire à suivre.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis