Voulez-vous recevoir des notifications pour vous aider dans vos Révisions et votre Orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui

 

Les Dossiers du Mois :

Secteur du numérique : Pari gagnant ?

Plongez-vous dans le monde du digital !

➜ Voir le dossier

 

Tout savoir sur le double-diplôme

Obtenez 1 diplôme français + 1 diplôme international !

➜ Voir le dossier

 

Ingénieur au féminin

Comment devenir une femme scientifique ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

[Suite enquête] Les étudiants en école de co...

[Suite enquête] Les étudiants en école de commerce ont-ils une bonne raison d'avoir la grosse tête?

Les étudiants en école de commerce auraient la grosse tête, paraît-il. Est-ce vrai ? Ou est-ce juste une rumeur propagée par quelques étudiants jaloux ? Pour le savoir, découvrez la première partie de notre enquête menée auprès de 605 étudiants. Pour l’heure, nous avons décidé de mettre les choses à plat : si cette rumeur est avérée, ont-ils une bonne raison d’avoir la grosse tête ?

20 Avril 2016 à 18h07 | | 0 avis

école de commerce

L’embauche à la sortie des écoles de commerce 

La première question que l’on peut se poser est la suivante : a-t-on plus de chances de trouver du travail lorsqu’on sort d’une école de commerce ? Après tout, c’est en général le but des études.  La CGE (Conférence des Grandes Ecoles) a pris la décision de répondre à cette question en faisant une enquête auprès des étudiants de 37 écoles de commerce de l’association. Elle nous apprend ainsi que 78.5% des jeunes diplômés en management en 2011 ont trouvé un emploi moins de 2 mois après leur entrée dans la vie active. Ce taux est un peu plus élevé que celui de la promotion précédente (76.2%).

-

des jeunes diplômés en management en 2011 ont trouvé un emploi moins de 2 mois après leur entrée dans la vie active. 

(Source : Conférence des Grandes Ecoles)

-

Le taux net d’emploi atteint 83.5% pour la promotion 2011. Pas mal compte tenu de la situation économique actuelle. Ce taux est stable par rapport à celui de la promotion précédente (83.7%).

À noter que les hommes sont mieux lotis : 75.9% des femmes ont trouvé leur premier job en moins de 2 mois, contre 80.9% pour ces messieurs. De même, le taux net d’emploi atteint 81.9% chez ces dames, contre 84.7% chez les hommes. Elles sont 16,1% en recherche d’emploi, alors qu’ils ne sont que 13.4%. A titre de comparaison, rappelons que le taux de chômage en France atteint tout de même 22.7% de la population active chez les 15-24 ans (un chiffre qui descend toutefois à 9% pour les 25-49 ans).

-

16.1% des femmes diplômées d'une école de commerce sont en recherche d'emploi. Leurs homologues masculins sont un peu mieux lotis : seuls 13.4% d'entre eux sont au chômage. 

(Source : Conférence des Grandes Ecoles)

On peut ensuite s’interroger sur la qualité du poste obtenu. Avoir obtenu un job, c’est bien, mais s’épanouir dans sa vie professionnelle avec un job intéressant, c’est mieux. De ce côté-là aussi, la CGE nous apprend que les jeunes diplômés ne se plaignent pas : le taux de satisfaction atteint 4/5.

Des frais de scolarité élevés

Les écoles de commerce ne sont pas gratuites. Au contraire, elles affichent bien souvent des frais de scolarité élevés. Comptez 7 500 euros par an en moyenne, sachant que vous devrez débourser jusqu'à 15 000 euros pour intégrer l’ESSEC de Cergy-Pontoise. Les écoles de commerce sont donc parfois considérées comme des écoles accessibles uniquement aux jeunes venant de familles aisées. Rappelons à ce sujet que l'objectif du gouvernement est d'atteindre une part de 30% d'étudiants boursiers dans ces écoles. 

Les admissions parallèles en écoles de commerce


Un plus gros salaire ?

Lorsqu’on a dépensé plusieurs milliers d’euros par an pour sa formation, on est en droit d’attendre un retour sur son investissement.  Nous allons donc voir si le jeu en vaut la chandelle.

Tout d’abord, précisons une chose : tout dépend de l’emploi que les jeunes diplômés décrochent, et surtout, de l’endroit où ils s’installent. En prenant en compte les primes et les avantages divers, ils gagnent en moyenne 33 800 euros bruts par an en Province et 39 100 euros en Île-de-France.
Les femmes sont nettement moins bien servies que les hommes : elles gagnent 31 700 euros contre 35 900 euros pour ces messieurs en Province. En Île-de-France, la différence se creuse : elles touchent 36 800 euros par an lorsque leurs homologues masculins empochent 41 200 euros.

-

En euros, c'est le salaire annuel moyen brut, avec primes et avantages divers, des diplômés d'école de commerce qui travaillent en province. 

Ce chiffre atteint 39 100 euros en Île-de-France et 47 600 euros à l'étranger

(Source : Conférence des Grandes Ecoles)

-

Mieux rémunérés à l'étranger

En attendant, c’est bien à l’étranger que les jeunes diplômés doivent se rendre s’ils veulent obtenir le meilleur retour sur investissement. En moyenne, avec primes et avantages divers, ils gagnent 47 600 euros par an ! Néanmoins, inutile de rappeler une fois encore que les femmes gagnent beaucoup moins.  Elles sont rémunérées à hauteur de 41 900 euros par an, soit à peu près autant que ce que gagnent les hommes en Île-de-France…

Notons tout de même que l’écart est moins important entre les 2 sexes si l’on exclut les primes et les avantages. Il varie toutefois de 2400 à 5700 euros par an, toujours à l’avantage des messieurs.

Hors primes et avantages, en Province, un jeune diplômé gagne 30 200 euros annuels. Ce chiffre atteint 35 600 en Île-de-France et 41 000 euros à l’étranger. Pour comparer, une récente étude de l’APEC réalisée auprès de jeunes ayant au moins Bac +4 nous apprend que le salaire annuel brut moyen des diplômés d'université est de 26 200 euros. Les diplômés sortant d’une école de commerce semblent donc mieux lotis que leurs camarades de formations différentes.

L'école de commerce est-il le lieu d'études idéal ?

Un meilleur salaire et un meilleur taux d’embauche à la sortie : l’école de commerce serait donc le lieu d’études idéal des étudiants ? Cela en a tout l’air. Toutefois, il faut nuancer. Une école de commerce ne vous offrira pas 100% d’embauche à la sortie, avec un salaire dépassant 40 000 euros annuel en débutant.  N’oubliez pas que toutes les écoles de commerce ne se valent pas, et que tous les secteurs d’activité et toutes les entreprises non plus. 

Si les chiffres semblent clairement en faveur des écoles de commerce, il ne s’agit pas d’une solution miracle. Sachez prendre le recul nécessaire pour vous diriger vers une formation qui correspond avant tout à vos projets et à vos affinités. Et si l’une des nombreuses écoles de commerce françaises ou internationales vous attire, alors lancez-vous ! 


Découvrez ces écoles de commerce qui recrutent à Bac+2/3 :

Première Grande école de Commerce spécialisée dans le management du sport. AMOS forme des managers, des commerciaux, des gestionnaires et des entrepreneurs de haut niveau dans toutes les branches des métiers du sport. AMOS se veut la référence et l'interlocuteur du mouvement sportif et du sport business.

Interview | Site | Témoignage étudiant

L’IPAG Business School délivre un diplôme Grade Master visé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et est membre de l'UGEI (Union des Grandes Écoles Indépendantes). Située sur 4 campus (Paris, Nice, Yunnan en Chine et Riverside en Californie, USA), elle dispense 1 Programme Grande Ecole avec 15 spécialisations, dont les masters peuvent être suivis en alternance, 7 Bachelors et 6 MBA. L’admission à l’IPAG se fait via le concours Ambitions+.

Interview Site | Témoignage étudiant

Créé en 1986, l’ISCOM, Institut Supérieur de Communication et publicité, dispense une formation généraliste associant vision stratégique et maîtrise opérationnelle de la fonction communication en entreprise. Elle propose les spécialisations suivantes: communication globale des entreprises et des marques, marketing/publicité, Relations publiques, presse, événementiel, Communication et création numérique, Communication internationale.

Interview Site | Témoignage étudiant

Le Programme Business & Management 3+2 de l’ISG est un cursus en 5 ans qui permet aux étudiants de personnaliser leur parcours dès la sortie du lycée: enseignements d’ouverture lors des 2 premières années de Bachelor (marketing, communication, finance, linguistique…), ouverture à l’international ou expertise professionnelle lors de la 3e année et la possibilité de choisir entre 5 parcours en Master.

Accrédité AACSB depuis 2005, le Groupe ESC Clermont est une Grande Ecole de management s’appuyant sur un corps professoral permanent et un incubateur intramuros depuis 2014. L’ensemble de ses programmes, de ses doubles diplômes et de ses filières d’excellence sont co-construits avec ses partenaires entreprises, écoles et universités internationales avec pour objectif une insertion professionnelle au meilleur niveau.

Interview Site | Témoignage étudiant

L’ISEE Business School est une école de commerce à Paris. Elle propose des formations de Bac +3 à Bac +5 en Management en entreprises et en Affaires internationales. Les admissions parallèles peuvent se faire en 2e, 4e ou 5e année en fonction du diplôme préparé.

Interview | Site | Témoignage étudiant

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis