Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

« Devoirs faits » : un nouveau type de soutie...

« Devoirs faits » : un nouveau type de soutien scolaire qui veut changer la donne

Ne plus avoir de devoirs à faire en rentrant du collège ? C’est le pari lancé par le ministère de l’Education nationale, qui lance le concept « Devoirs faits ». L’objectif : que les collégiens fassent leurs devoirs dans l'établissement, pendant la journée ou après les cours.

Publié le 19 Octobre 2017 à 11h28 | | 0 avis

« Devoirs faits » : un nouveau type de soutien scolaire qui veut changer la donne

L’éducation était un des grands axes du programme d’Emmanuel Macron. Après les vacances de la Toussaint, une nouvelle mesure devrait entrer en application : « Devoirs faits ». Le concept est simple : « C'est un temps dédié, en dehors des heures de classe, et dans l’établissement, pendant lequel l’élève effectue les devoirs demandés par ses professeurs », selon le communiqué officiel délivré par le ministère de l’Education nationale. « Devoirs faits » devrait également permettre aux équipes pédagogiques de redéfinir le but et le type des devoirs donnés aux élèves. A noter que « Devoirs faits » n’est pas obligatoire : seuls les collégiens volontaires participent au dispositif, qui est surtout destiné aux élèves en difficulté.

 

Qui supervisera « Devoirs faits » ?

C’est là toute la question, et elle fait d’ores et déjà débat. « Chaque établissement est invité à organiser l’activité avec les personnels ressources qu’il peut mobiliser », peut-on lire sur le communiqué. Officiellement, tous les professeurs volontaires pourront participer à « Devoirs faits » en fonction de leurs disponibilités. Mais pas seulement. Le ministère compte aussi sur des volontaires en service civique, des associations ou des surveillants. Certains collèges ont déjà trouvé des solutions, comme celui de Saint-André-lez-Lille, qui va faire appel à des seniors pour superviser les élèves, d'après La Voix du Nord. Le dispositif prévoit au minimum deux intervenants pour 30 élèves.

Dans un article publié sur 20 minutes, Valérie Sipahimalani, secrétaire générale du Snes, s’interroge : « Les chefs d’établissements disposeront-ils de suffisamment d’heures supplémentaires pour avoir recours aux enseignants ? Idem pour les assistants d’éducation : on en manque déjà, comment les déployer sur ce dispositif en plus ? ». Cependant, le dispositif « Devoirs faits » pourrait intéresser de nombreux aspirants professeurs (via les services civiques) ou des professeurs débutants qui voudraient arrondir leurs fins de mois.

➜ À voir aussi : À quoi sert le soutien scolaire ?

 

Des intervenants formés qui assureront un vrai suivi des élèves

« Une formation peut s’avérer nécessaire selon le niveau d’expertise de l’intervenant ou sa familiarité avec l’établissement », indique le communiqué publié par le ministère. Cette formation permettrait de pouvoir accompagner au mieux l’élève, de comprendre son cadre de travail dans l’établissement et à l’extérieur. L'intervenant prendrait ainsi part à un projet d’accompagnement de l’élève. Ce qui implique qu'il noue des relations avec l’élève, ses professeurs, mais aussi sa famille.

L’intervenant de « Devoirs faits » devra ainsi tenir un journal des apprentissages de l’élève, et permettre à ce dernier de trouver la méthode d’apprentissage qui lui convient le mieux. C’est donc un travail au cas par cas, en lien avec les enseignants. Selon le ministère, 30% des élèves pourraient être intéressés par le dispositif. « Le risque avec une telle mesure, c’est que les élèves qui fonctionnent bien au collège s’en saisissent, mais qu’elle passe à côté de ceux qui en ont le plus besoin », nuance cependant Valérie Sipahimalani dans 20 minutes. Il n’y a plus qu’à attendre le lancement officiel de « Devoirs faits » afin de le vérifier.

➜ À voir aussi : Ce qu'il faut savoir sur le décrochage scolaire