Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Sorties ciné du 31 octobre : « Looper », Bru...

Sorties ciné du 31 octobre : « Looper », Bruce Willis nous fait faire un retour vers le futur

Comme chaque semaine, la rédaction vous livre sa sélection cinéma. Ce mardi, focus sur « Looper » de Rian Johnson, avec Bruce Willis.

30 Octobre 2012 à 10h33 | | 0 avis

Sorties ciné du 31 octobre : « Looper », Bruce Willis nous fait faire un retour vers le futur

« Looper »

Bruce Willis revient dans un film de science-fiction où le méchant c’est… lui-même. 

Le synopsis

Dans un futur proche, la machine à remonter le temps a été inventée et aussitôt rendue illégale. Malgré cette interdiction, elle est utilisée par la Mafia pour éliminer les témoins gênants de certaines de ses actions. Pour ce faire, elle envoie ses futures victimes dans le passé où elles sont tuées par ceux que l’on appelle des « loopers ». Un jour, l’un de ces « loopers » découvre que celui qu’il doit tuer n’est autre que lui-même avec 20 ans de plus. Et là, la machine se met à dérailler.

Une anecdote

Pour interpréter la version jeune du personnage de Bruce Willis, Joseph Gordon-Levitt a dû se plier à des heures de maquillage. Ce ne sont pas moins de trois heures qu’il passait tous les matins aux mains des maquilleurs pour ressembler le plus possible à l’acteur de la saga « Die Hard ». Avec des résultats bluffants puisque Bruce Willis lui-même aurait un peu eu peur face à son « double » jeune.

Pourquoi ça va marcher ?

Jusque là, la majorité des critiques s’accordent pour encenser ce film. De plus, le réalisateur et les producteurs du film sont parvenus à créer le buzz sur le net en faisant parler de "Looper". L’attente des spectateurs est sans précédent et la curiosité pour ce film de science-fiction au budget « modeste » devrait remplir les salles. C’est déjà le cas aux Etats-Unis.

La bande-annonce

 

 

 


Les autres films qui sortent ce mercredi 31 octobre 2012

 

LES AUTRES FILMS DE LA SEMAINE
PARANORMAL ACTIVITY 4

Katie et son neveu Hunter emménagent dans un nouveau quartier. Alice et sa mère, qui sont leurs voisines, remarquent que d’étranges évènements se déroulent depuis leur arrivée. Alice entend des bruits et des lumières s’allument toutes seules la nuit. Terrifiée par le petit garçon qu'elle croit voir, Alice se confie à sa mère qui ne la prend pas au sérieux.

Anecdote : Le procédé utilisé par la saga « Paranormal Activity » est le found footage, technique qui fut utilisée initialement dans « Blair Witch Project ». Elle consiste à donner l’illusion de la réalité en présentant des images comme filmées par des caméras de surveillance ou des caméras d’amateurs. La proximité créée ainsi renforce la peur chez le spectateur. 


 

UN PLAN PARFAIT

Isabelle a un problème. Dans sa famille, une espèce de malédiction fait que tous les premiers mariages sont un échec. Pour la contourner, elle décide de trouver un pigeon, de l’épouser et d’en divorcer aussi sec. Un plan parfait sauf que sa « victime » est rédacteur pour guides touristiques et qu’il l’emmènera du Kilimandjaro à Moscou. Un mariage pour le meilleur et surtout pour le pire.

Anecdote : Il s’agit de la première comédie de Diane Kruger qui, jusque là, n’interprétait que des personnages très sérieux. Dany Boon a, lui, tout de suite accroché à l’histoire. Les deux acteurs ont été en constant dépaysement et ont voyagé en Belgique, en Russie et au Kenya ou les écarts culturels sont considérables.

FRANKENWEENIE

Victor, désespéré par la mort de son chien Sparky, décide de ramener à la vie celui qui fut son meilleur ami. Il va tenter de cacher la créature qu’il a fabriquée mais lorsque Sparky s’échappe, la ville tout entière apprendra que vouloir jouer avec la vie peut avoir de monstrueuses conséquences.

Anecdote : Pour « Frankenweenie », Tim Burton utilise la technique du stop-motion. Elle consiste à manipuler chaque marionnette à la main et, pour obtenir une seconde de film, ce ne sont pas moins de 24 photos qui doivent être prises et projetées les unes après les autres pour obtenir un mouvement. Il y avait sur le plateau plus de 200 marionnettes dont 18 Victore et 15 Sparky.

V.B

 

Source : Allocine.fr

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis