Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

« Rien à déclarer » et « Le discours d'un ...

« Rien à déclarer » et « Le discours d'un roi » : les films attendus de la semaine

Deux grands film sont à l'affiche aux cinémas cette semaine : « Rien à déclarer » et « Le discours d'un roi ».

07 Février 2011 à 00h00 | | 0 avis

« Rien à déclarer » et « Le discours d'un roi » : les films attendus de la semaine

Rien à déclarer

Après son succès « Bienvenus chez les ch’tis », Dany Boon (le douanier français) revient avec « Rien à déclarer », un duo qui fonctionne à merveille avec Benoît Poelvoorde (le douanier belge).


 

Histoire du film

Tout ce passe en 1992, quelques semaines avant l’entrée en vigueur des accords de Schengen, qui signent la fin d’un poste frontalier entre la France et la Belgique, les douaniers vont devoir collaborer.


 

Une bonne comédie

Pour faire bien grincer les ressorts de la comédie populaire : une demande en mariage, des trafiquants de drogue, un air de crétin et d’excellents seconds rôles.

Dany Boon ne renouvelle pas le genre mais l’assume avec prétention comme avec les Ch’tis, la touche rétro et la tendresse, joliment sous poudrés, offrent au film un petit plus attachant.


 

Le discours d’un roi

Peut être un ou plusieurs Oscar(s) pour ce film « royal » ? L’histoire est mal connue, celle d’un prince bègue qui ne voulait pas devenir roi, cela se passe en Grande Bretagne dans les années 30 et alors que la radio devient un outil de pouvoir incontournable pour le futur roi : le micro est, pour lui, une torture.


 

Histoire du film

Son secret (le bégaiement), il le passe entre les mains de tous les spécialistes et atterrit pour finir dans un cabinet d’un thérapeute peu ordinaire, ensemble ils vont déterrer les angoisses du futur roi et quand son frère abdique pour épouser une américaine divorcée, voilà George VI sur le trône alors que la guerre est imminente avec l’entrée d’Hitler au pouvoir de l’Allemagne.


 

Le premier rôle

Colin Firth est collé majestueusement dans le rôle d’un prince émotif, c’est l’angoisse que l’on lit dans ses yeux, plus qu’un bégaiement maitrisé, qui fait de son interprétation un modèle de justesse.


 

 

Lire également :

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis