Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

« Love, et autres drogues » : Critique

« Love, et autres drogues » : Critique

31 Janvier 2011 à 00h00 | | 1 avis

« Love, et autres drogues » : Critique

Edward Zwick est un réalisateur dont on se souvient plus volontiers les films à combattants bourrés de testostérone. Avec Love, et autres drogues, il signe là un mélodrame qui met en scène un autre combat sur un autre front : celui d’un jeune couple face à la maladie.

/images/article/160_5_160.jpgMaggie (interprétée par Anne Hathaway), à seulement 26 ans est atteinte d’un Parkinson, maladie dégénérescente qui l’empêche d’avoir des vues sur l’avenir. Refusant tout lien réel avec le monde qui l’entoure, elle rencontre pourtant l’amour. Jamie (joué par Jake Gyllenhaal), représentant en antidépresseurs pour une grande firme pharmaceutique américaine, va tout faire pour lutter contre l’emmurement dans la solitude de la jeune femme.

Loin d’être seulement larmoyant, ce mélodrame ose la touche comique que permet la prestation de tombeur invétéré de Jack Gyllenhaal. Love, et autres drogues, que l’on peut comparer à d’autres films qui mettent en scène un couple face à une mort lente certaine, (comme Le temps d’un automne d'Adam Shankman ou l’un des multiples mélodrames japonais) a cette originalité de ne pas s’enliser dans le pathos. Bien au contraire, la variation thématique, justement dosée, fait facilement passer du rire aux larmes même le moins sensible des spectateurs.

Ce jeu de séduction réussi avec le spectateur tient à des formules à la mode. Love, et autre drogues est bien ancré dans le monde médical, en proposant un portrait aigre-doux tel que l’on aime les voir dans des séries télévisées (Grey’s Anatomy, Docteur House, etc.). Car c’est au cœur de la grande filière pharmaceutique qu’Edward Zwick pose sa caméra, construisant d’ailleurs son film sur un événement médical incontournable de ces 15 dernières années : l’arrivée de la petite pilule bleu sur le marché américain. Celui-ci est présenté comme le terrain surmédicamenté d’un combat sans merci mené entre les divers grands groupes pharmaceutiques, qui abreuvent les gens de drogues en leur promettant l’amour.

youyoupi

Les avis sur cet article
jujudu70

20 / 20

C'est fou comme les critiques ici donnent envie de les voir les films ^^
Par

jujudu70

- le 17 Septembre 12h25
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis