Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Festival de Cannes: entre Russie et Corée du Sud

Festival de Cannes: entre Russie et Corée du Sud

 

20 Mai 2010 à 15h18 | | 0 avis

Festival de Cannes: entre Russie et Corée du Sud

 

 

La Corée du Sud et la Russie étaient à l'honneur mercredi au 63e Festival de Cannes. Le film "Poetry", du Sud-coréen Lee Chang-dong en compétition officielle côtoyait "Mon bonheur", de l'Ukrainien Sergueï Loznitsa. Un festival pluriculturel entre drame et road-movie.



Lee Chang-dong se livre à la poésie pour cette 63e édition du festival de Cannes. Le réalisateur sud-coréen livre son film "Poetry" en compétition officielle. Un itinéraire intimiste d'une femme nommée Mija, incarnée par Yoon Jung-hee, qui vit avec son petit-fils dans une ville de Corée du Sud. Un beau jour elle décide de s'initier à la poésie, sorte de béquille, quand elle doit affronter la mort d'un enfant.

 

A travers ce film, Lee Chang-dong son envie de "montrer la poésie à travers le film était une grande question pour moi. Malgré la laideur extérieure, il y a toujours quelque chose de très beau à l'intérieur", a-t-il souligné en conférence de presse.

 

Entre Corée du Sud et Russie, la sélection se révèle riche de cultures

 

Changement de décor avec "Mon bonheur", de Sergueï Loznitsa, également présenté en compétition officielle. La poésie n'est pas le point d'orgue du film qui révèle une Russie sombre, mâtiné de violences. Autour de Georgi, un conducteur de camion, le spectateur s'invite dans la campagne slave. Sorte de road-movie soviétique qui annonce une galerie de portraits divers, dont des policiers corrompus et une prostituée mineure.

 

"Je voulais faire un film d'amour mais comme ça arrive fréquemment avec les Russes, quel que soit votre projet, vous finissez avec une Kalachnikov", a expliqué Sergueï Loznitsa, qui est le premier cinéaste ukrainien sélectionné en compétition à Cannes.

"C'est un film sur la Russie. Et dans ce film, il y a énormément d'aspects qui concernent la Russie. Mais j'ai utilisé des techniques de tournage proches du documentaire", a-t-il noté, tout en soulignant qu'il ne pouvait pas "définir le style de ce film", "éclectique" et teinté de "scènes grotesques, mais aussi réalistes et dures".

 

S.P avec agence

 

Crédits : londonkorean/lecine

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis