Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Inde : des jeunes rockeuses interdites de scène

Inde : des jeunes rockeuses interdites de scène

C’est au Cachemire que cela se passe. Un groupe de rock composé de jeunes étudiantes s’est vu menacé par des intégristes musulmans. Une information révélée par le Figaro.

07 Février 2013 à 16h00 | | 0 avis

Inde : des jeunes rockeuses interdites de scène

Sur scène sans voile

Elles ont entre 15 et 16 ans, vivent au Cachemire, une province indienne, et ont fondé le premier groupe de rock uniquement composé de filles. Cela ne semble pas plaire à tout le monde.

C’est il y a un an que trois lycéennes décident de fonder Pragaash (de l’obscurité à la lumière). Pragaash est un groupe de rock d’inspiration heavy metal. Lors du concours Battle of the Band, elles obtiennent la 3ème place et suscite l’enthousiasme du public.

Cependant, tout le monde ne semble pas ravi par cette situation. Ainsi, des extrémistes musulmans se sont insurgés contre le fait que les trois jeunes filles aient joué sur scène et devant des hommes sans porter le voile. Une féroce campagne de haine a alors déferlé sur la page Facebook du groupe. Insultes, menaces, jusqu’à des prédictions de viol, rien ne leur est épargné.


La religion s’en mêle

Face à ce torrent d'injures, le ministre en chef du gouvernement du Cachemire a exprimé son soutien aux jeunes filles, espérant qu’elles « ne laisseront pas une poignée d’abrutis les faire taire ». L’affaire est ensuite arrivée aux oreilles du grand Mufti (plus haute autorité religieuse sunnite), qui a conseillé aux membres de Pragaash de retourner dans le droit chemin et de plutôt jouer tranquillement leurs concertes chez elles, devant les membres féminins de leur famille.

Face à ces pressions, les trois jeunes filles ont craqué et préféré laisser tomber leur groupe. Leur manager explique : « Elles ont terriblement peur et veulent mettre un terme immédiat à cette controverse une fois pour toutes ».

 

Crédit photo: © Andrew Bayda

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis