Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

Révisez sur digiSchool :

Bac Brevet BTS

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Lyon : Manifestation de soutien aux victimes du...

Lyon : Manifestation de soutien aux victimes du violeur du 8ème

Le violeur en série qui sévit depuis octobre dans le 8ème arrondissement de Lyon court toujours. En soutien à ses 5 victimes et pour rappeler aux étudiantes d'être prudentes, une manifestation de soutien est organisée devant la Manufacture des tabacs, à l'Université Lyon 3. Media Etudiant vous en dit plus.

07 Mars 2013 à 10h06 | | 0 avis

Lyon : Manifestation de soutien aux victimes du violeur du 8ème

Soutenir et informer

Ce jeudi à midi, un rassemblement de soutien aux victimes du violeur en série aura lieu devant la Manufacture des Tabacs à l'Université Lyon 3. Organisé par la Confédération Etudiante et le collectif Ni Putes Ni Soumises, les participants veulent dénoncer "l'improvisation de la gestion de cette affaire" et réclament "des mesures volontaires pour remédier au déficit de prévention, d'écoute au sein des universités". 

Farid Dekhli, le responsable lyonnais de Ni putes ni soumises, souhaite que des associations spécialisées interviennent dans les universités. Comme il l'a expliqué au journal 20minutes, "avec de la pédagogie, on en arriverait pas à des situations de panique comme aujourd'hui". "Pour rappeler aux filles, par exemple, de surveiller leurs verres en soirée pour ne pas être droguées au GHB" (ndlr : drogue du violeur)" précise-t-il. 


Des rumeurs qui ralentissent l'enquête

Du côté de l'enquête, cela avance peu. La faute aux innombrables rumeurs qui envahissent la toile : il préférerait les blondes, attirerait ses victimes en se servant d'un petit garçon en pleurs, leur infligerait le sourire de l'ange... Pour la plupart, elles sont créées de toutes pièces par des internautes qui prennent plaisir à rendre plus sombre une affaire qui l'est déjà bien assez. Le problème, c'est que les enquêteurs doivent tout vérifier, même les rumeurs les plus farfelues. Déterminer leur niveau de véracité prend beaucoup de temps à la police.

Si vous voyez passer des rumeurs sur cette affaire, ne les relayez pas. Vous ne feriez que compliquer la tâche des enquêteurs... et faciliteriez la vie du violeur. 


La ligne de tramway T2 surveillée

Initialement publié le 19 février 2013 - Une information judiciaire est en cours pour cinq faits d’agressions sexuelles ou des viols dans le 8ème arrondissement de Lyon. Selon le parquet, ces agressions seraient dues au même individu. Dans un souci de préserver l'enquête, la police n'a pas apporté plus de précisions actuellement. 

Les agressions se sont toutes déroulées aux alentours de 23h dans les quartiers de Grange Blanche et Monplaisir. L'enquête se concentre donc principalement sur les alentours du tramway T2. Les victimes sont toutes des étudiantes seules d'une vingtaine d'années. 

Pas de "sourire de l'ange"

L'homme agit cagoulé et armé d'un couteau ou d'un cutter. Certaines des jeunes femmes ont été blessées. Toutefois, le parquet insiste sur le fait que la rumeur voulant que le violeur inflige à ses victimes le "sourire de l'ange" est erronée. 


Les universités réagissent

Devant la gravité de l'affaire, les universités Lyon 1 et Lyon 3 ont envoyé vendredi un mail à leurs étudiants pour les avertir. L'Université jean Moulin a notamment écrit "la Présidence de l'Université Jean Moulin Lyon 3 a été informée d'une enquête policière sur le 8ème arrondissement. [...] Nous vous transmettons des consignes de prudence pour vos déplacements. Nous vous invitons à ne pas sortir non accompagné(e)s et à rester vigilant(e)s, cela concernant surtout les étudiantes et jeunes femmes."

N'hésitez pas à contacter la police si vous avez des éléments susceptibles de faire avancer l'enquête. 

 

Sources : 20minutes.fr

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis