Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Prisons : le délabrement français

Prisons : le délabrement français

 

12 Mars 2010 à 10h13 | | 0 avis

Prisons : le délabrement français

 

Locaux vétustes, équipements obsolètes, difficultés de réinsertion... Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue dresse un lourd constat sur l'Etat des prisons françaises. Aussi bien anciennes que nouvelles, qui favoriseraient l'aggressivité et la violence.

 

La République a du plomb dans l'aile. Et de sa devise de "Liberté, égalité, fraternité", Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation, la remplace par "Vétusté, brutalité, pauvreté" quand il s'agit de parler des prisons de l'Hexagone. Dans son bilan annuel, l'homme passe outre l'insalubrité des infrastructures pour surtout s'inquiéter de la vie des détenus après la "case prison".

 

Au sein des prisons, conformément aux normes européennes, un "parcours individualisé" est mis en place. Une "illusion" de parcours d'après le document. En effet, il consiste à opérer "un tri parmi les condamnés, en proposant une évolution à certains d’entre eux et en laissant les autres sans espoir d’amélioration de leur sort. Les premiers sont gratifiés d’un « contrat » quelquefois bien réel, mais parfois aussi vide de tout contenu (ni engagement du détenu, ni activité offerte par l’administration) ; les seconds n’ont aucune proposition de projet ou d’activité". Un dispositif qui crée ainsi une scission entre les détenus, pouvant favoriser le sentiment d'injustice, l'aggressivité voire des comportements violents. Et ne laissant peu de place à la réinsertion au sortir de sa peine.

 

Quelle réinsertion pour les détenus après la "case prison"?

 

Concernant les personnels pénitentiaires, le rapport prône un meilleur suivi au sein du personnel mais aussi des détenus : "Il est donc nécessaire que l’emploi du temps des responsables d’établissement leur permette de passer du temps en détention, de recevoir ceux des détenus qui le souhaitent en audience, de répondre à leurs demandes écrites et, plus généralement, d’avoir une connaissance précise et renouvelée des personnes incarcérées dans leur établissement".

 

Eu égard à la violente rixe opposant une quinzaine de détenus au sein d'une cour de promenades, le texte veut "reconquérir cet espace". En effet, il est bien souvent le théâtre "de toutes les tensions et toutes les frustrations, d’autant plus vives que les détenus sont massivement privés d’activités". En effet, seulement 15% d'entre eux ont accès à des activités en prison (activités sportives, travail, etc.). Ainsi règne la loi du plus fort, où la brutalité a le dernier mot et où les agresseurs ne sont pas nécessairement sanctionnés. "les surveillants, en effectifs suffisants, comme d’ailleurs tout autre acteur, doivent coexister dans tous les espaces avec les détenus. La cour doit redevenir ce pourquoi elle est faite : un lieu de promenade, c’est-à-dire de détente, de sociabilité ou de possibilité de rester seul".

 

Les prisons, théâtre de frustrations et violence

 

Au sort des détenus, s'ajoute les difficiles conditions de travail des personnels pénitentiaires. Surchargés de "tâches bureaucratiques", ils en finiraient, faute de temps à ne pouvoir accomplir la composante sociale de leur travail. Condition essentielle à l'équilibre des maisons d'arrêt et aux relations entre personnels pénitentiaires et détenus. "D’une part, l’écoute et la prise en considération des préoccupations des condamnés (...)dont les demandes restent sans réponse (...) et dont la personnalité est, par conséquent, de moins en moins réellement connue ; d’autre part, les actions en faveur de la population des prévenus, laquelle reste à l’écart de toute intervention sociale efficace".

 

Stéphanie Perrin

 

 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis