Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

Révisez sur digiSchool :

Bac Brevet BTS

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Menaces de carnage sur une université : un hom...

Menaces de carnage sur une université : un homme arrêté

 

16 Mars 2010 à 12h31 | | 0 avis

Menaces de carnage sur une université : un homme arrêté

Un homme suspecté d'avoir menacé sur internet de commettre un carnage lundi dans la grande université technique de Stockholm (KTH) a été arrêté et a avoué. Selon les médias suédois, il s'agirait d'un étudiant de l'établissement de 33 ans, sous le choc d'une rupture amoureuse.

 

"Lundi, je compte prendre mon pistolet (...) à l'école et tuer autant de personnes que je pourrai avant que la police n'arrive et ne me tue (...) Vous verrez, je vais battre le record de ce bâtard finlandais". Voici ce que l'on pouvait lire sur un forum Internet vendredi soir selon les médias suédois.

La dernière phrase faisant allusion au massacre de septembre 2008 qui s'était déroulé dans un lycée professionnel de de Kauhajoki (Finlande). Un étudiant de 22 ans avait tué dix personnes dans une salle de cours avant de se donner la mort. Un an auparavant, un autre jeune de 18 ans a tué 8 personnes dans un lycée de Jokela, au nord d'Helsinki, avant de retourner l'arme contre lui.

 

"Je compte prendre mon pistolet à l'école et tuer"

 

Au vu de la menace, la police a interpellé un invididu âgé de 33 ans : "Un homme a été arrêté à Göteborg (sud-ouest) en liaison avec les menaces contre la KTH. Il a été emmené pour interrogatoire et a avoué", a déclaré à l'AFP la porte-parole de la police de Göteborg, Pia Goksöyr. Il a néanmoins refusé d'expliquer les motifs d'une telle menace, affirmant que ce n'était qu'une "plaisanterie" selon un tabloïd.

 

Avant même son arrestation, la direction de la KTH avait décidé de maintenir les cours lundi, mais avait dit aux étudiants qui avaient des examens prévus ce jour-là qu'ils auraient la possibilité de les passer ultérieurement s'ils choisissaient de ne pas venir compte tenu des circonstances.

 

S.P avec agence

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis