Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

La moitié des français disent OUI à la réou...

La moitié des français disent OUI à la réouverture des maisons closes

 

23 Mars 2010 à 15h56 | | 0 avis

La moitié des français disent OUI à la réouverture des maisons closes

 

Environ 59% des Français ne seraient pas contre la réouverture des maisons closes révèle Le Parisien dans un sondage paru le 18 mars dernier. Fermées en 1946 en raison de la loi Marthe Richard, la France abritait près de 1400 établissements dont 300 à Paris.

 

Les maisons closes bientôt de retour? Dans un sondage paru dans Le Parisien, 59% des Français se disent favorables à leur réouverture. Des d'établissements déjà autorisés en Espagne ou en Suisse. En France, les maisons closes sont fermées depuis 1946 en application de la loi Marthe Richard. Les prostituées envahissent alors les trottoirs de France. En 2003, la loi sur la sécurité intérieure est votée et crée le délit de racolage passif.

 

59% des Français favorables aux maisons closes

 

Chantal Brunel, députée UMP de Seine-et-Marne s'est emparée du débat. Elle espère "sortir les prostituées de la rue et de la clandestinité". Pour elle, les maisons closes pourraient offrir certaines garanties aux "travailleurs du sexe". A savoir, une somme moindre à reverser "au tenancier de l'établissement que ce qu'elle donne à leur mac".

 

Le syndicat du travail sexuel s'est pourtant prononcé contre. Sur leur site, le syndicat évoque sa volonté de ne pas être soumis à "un système réglementariste [qui] divise les travailleurs du sexe entre des réguliers qui travailleraient en maisons closes et d'autres qui continueraient d'être criminalisés pour refuser de se plier au contrôle de l'Etat". Le Ministère de l'Intérieur a lancé un groupe de travail sur cette problématique.

 

S.P avec agence

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis