Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Insultée sur Facebook, elle se venge et écope...

Insultée sur Facebook, elle se venge et écope de prison ferme

Megan, une étudiante de 20 ans, lassée de se faire insulter par son ex sur Facebook organise un guet-apens. Elle est condamnée à six mois de prison ferme, nous révèle un article du Figaro.fr.

06 Novembre 2012 à 11h44 | | 0 avis

Insultée sur Facebook, elle se venge et écope de prison ferme

« Violence avec préméditation »

Le 11 septembre dernier, Mérouane se fait passer à tabac par son ex petite amie et deux complices à la sortie de son travail. La raison ? La jeune étudiante de 20 ans n’en pouvait plus d’être insultée régulièrement par le jeune homme sur sa page Facebook cinq ans après leur rupture. Voulant se venger, elle organise un guet-apens avec l’aide de son petit copain, Alexandre et d’un ami Julien. Megan a expliqué pendant l’audience avoir préparé cette expédition punitive qui aurait mal tourné. Les images du passage à tabac de Mérouane ont été filmées par les caméras de vidéosurveillance du parking d’un centre commercial.

Le tribunal correctionnel de Grasse a condamné la jeune fille à 6 mois de prison ferme, son petit ami Alexandre et leur complice Julien, eux, à 4 mois. Ils devront tous trois payer 3 000 euros de dommages à la victime. C’est la « violence avec préméditation » qui a été retenue par le juge du tribunal de Grasse.


Se faire insulter sur Facebook : « extrêmement douloureux »

Les avocats de la partie civile ont expliqué qu’ils déplorent qu’« à partir d’élucubrations, on soit passé du virtuel au réel, de Facebook au tribunal ». Les trois accusés ont rappelé que le fait de se faire insulter sur le réseau social pouvait se révéler « extrêmement douloureux ».

La virtualité du site communautaire est toute relative pour les jeunes. En effet, Facebook est devenu une vitrine qui leur permet de d’entretenir une certaine image d’eux même. Or, si cette image est salie, c’est tous leurs amis qui deviennent témoins de ces insultes et c’est leur réputation qui peut se briser. Facebook est donc aujourd’hui intimement lié à la vie réelle des jeunes et, comme dans la vraie vie, des insultes peuvent parfois dégénérer en violences physiques.

Pour le moment, la famille de Megan n’a pas encore annoncé vouloir faire appel.

Source : http://etudiant.lefigaro.fr

 

Crédit photo: © olly

digiSchool a selectionné pour vous
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis