Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

Révisez sur digiSchool :

Bac Brevet BTS

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Harvard espionne ses doyens !

Harvard espionne ses doyens !

Selon Le Boston Globe et lefigaro.fr, 16 doyens de l'université Harvard ont vu leurs boites mails fouillées à leur insu. Le but était d'identifier la source qui a informé les journalistes sur l'affaire de triche qui a secoué l'institution.

12 Mars 2013 à 11h20 | | 0 avis

Harvard espionne ses doyens !

Retour sur l'affaire de tricherie

En août 2012, les journaux américains s'étaient emparés d'une affaire de tricherie à Harvard. Elle aurait impliqué la moitié des élèves inscrits dans une matière soit environ 140 étudiants. Pour mettre fin au scandale, 70 étudiants s'étaient vus poussés vers la sortie. Cette histoire, touchant l'une des universités les plus prestigieuses aux Etats-Unis, avait fait beaucoup de bruit et Harvard craignait que cela vienne entamer son prestige. L'université n'a pas communiqué sur le sujet mais elle a cependant tenter de déterminer d'où étaient parties ces informations arrivées aux oreilles des journalistes.


Harvard espionne ses doyens

Selon le journal américain, le Boston Globe, l'institution a fait fouiller les boites mails de 16 de ses employés à l'automne 2012. Le but étant de retrouver la source à l'origine de la fuite sur l'affaire de tricherie du début de l'année scolaire. Pour justifier cet acte d'intrusion, l'université explique paradoxalement avoir voulu défendre la vie privée de ses étudiants.


Débat sur le respect des procédures

D'après le New York Times, les comptes fouillés appartiennent à des doyens résidents, des personnes occupants des postes à mi-chemin entre un administrateur et un professeur. Seul problème : ces doyens n'ont pas été prévenus de telles intrusions. L'université explique qu'elle cherchait un email reproduit par les médias.

L'établissement dit vouloir conserver la vie privée de ses étudiants, considérant que le responsable des fuites sur l'affaire de tricherie porte préjudice aux jeunes. Cependant, aucun nom n'a filtré dans la presse.


Des règles pas claires sur le sujet

La surveillance des courriels des enseignants est bien interdite mais cela ne concerne pas les membres de l'administration. Le problème vient du fait que ces 16 doyens n'appartiennent pas clairement à l'une ou l'autre de ces catégories. De plus, si une telle fouille devait être mise en place, les personnes concernées devraient en être informé.

«Si lire les e-mails de ces doyens résidents ne posait pas de problème, pourquoi ne pas avoir exigé d’eux que le coupable se dénonce, tout en les menaçant d’aller vérifier directement leur boîte mail ?», demande Harry Lewis dans le Boston Globe, cet ancien doyen d’Harvard qui a lui même participé à la rédaction des règles en vigueur.  Pourquoi ne pas leur avoir dit ce qu’ils faisaient, si ce qu’ils faisaient ne posait pas de problème ?», insiste-il.

En tout cas le débat fait rage de l'autre côté de l'Atlantique !

Crédits: © razihusin - Sergey Nivens - Fotolia.com

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis