Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

Révisez sur digiSchool :

Bac Brevet BTS

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Dur, dur d'être un papa

Dur, dur d'être un papa

 

19 Mai 2010 à 14h41 | | 0 avis

Dur, dur d'être un papa

 

Le baby blues n'est pas qu'une affaire de maman! Ce phénomène de pseudo dépression qui survient en général après la grossesse peut avoir de graves conséquences. Une étude américaine publiée mardi révèle qu'un nombre significatif de pères en souffrent également.


 

Environ 10% des pères dans le monde souffrent d'une dépression pré ou post-natale. Phénomène attribué en général aux mères après l'accouchement, un étude américaine révèle que les papas aussi peuvent en souffrir. Et les pères américains sont dans ce domaine moins bien lotis que leurs homologues d'autres pays, assure l'étude publiée dans un numéro spécial du Journal of the American Medical Association.

 

Les pères connaissent aussi des baby blues

 

Ainsi, environ 14% des pères américains connaissent une dépression avant ou après la naissance de leur enfant contre 8,2% au niveau international. Chez les pères, le baby blues atteint en général son pic entre trois à six mois après la naissance de l'enfant, quand 25,6% des pères sont en proie à un épisode dépressif, selon l'étude menée par le Dr James Paulson de l'Eastern Virginia Medical School.

 

Les mamans sont néanmoins deux fois plus perméables au baby blues avec près de 24% de risques en plus que les pères. Selon cette étude, l'état de la mère jouerait sur la déprime du père.

L'étude appelle ainsi à de plus grands efforts pour détecter ces épisodes dépressifs chez les pères "d'autant plus qu'il y a de plus en plus de signes qui montrent qu'une dépression chez le nouveau père a des conséquences émotionnelles et comportementales chez l'enfant".

 

S.P avec agence

 

Crédits : Lenscap/alphao

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis